Marrakech

TRIPORTEURS- Pas d'homologation pour plus de 90%

Les propriétaires de triporteurs conduisent sans permis, car ils ont une cylindrée trafiquée de 150 cm3 à 50 cm3 et s'en servent tant pour le commerce que pour le transport de personnes


Photos P.Verger

Certes, on en voit de plus en plus dans les grandes villes mais aussi en campagne, et pourtant la plupart sont illégaux. Ces triporteurs munis d'une benne à l'arrière ou à l'avant, prolifèrent grâce à l'Initiative Nationale de Développement Humain (INDH) qui a lancé un programme pour privilégier des investisseurs à acheter ce type d'engins. Si certains sont utilisés pour le transport de marchandises, d'autres les ont aménagés en transport "isotherme" ou en ateliers d'électricité ou de menuiserie ambulants. Mais d'autres vont plus loin et les utilisent pour véhiculer des personnes pour en faire un travail lucratif ou parfois pour le transport d'animaux. Il existerait environ 80.000 de ces engins dont 50% sont assemblés par des industriels marocains. En l'espace de 2 ans, c'est entre 20 et 25.000 triporteurs qui ont été importés de Chine en majorité.


Un prix d'achat entre 15.000 et 18.000 Dhs
L'utilité de ces engins n'est pas à prouver mais le problème vient du fait de leur illégalité par rapport au code la route. Plus de 90% circulent en étant enregistrés dans la catégorie des moins de 50 cm3 or ils disposent d'une cylindrée de 150 cm3 au minimum. C'est tout simplement une falsification qui vise à échapper à 3 points essentiels : obligation de passer un permis de conduire, d'être assujetti à une carte grise et de payer une assurance plus onéreuse. Une campagne, après la mise en route du nouveau code en octobre 2010, a été menée au cours de laquelle plusieurs triporteurs ont été saisis. Depuis, les autorités laissent circuler ces triporteurs car la plupart sont des outils de travail. Car les considérations sociales, conjuguées aux printemps arabes ont poussé les acheteurs vers ce type d'engin peu onéreux, puisqu'ils se situent entre 15.000 et 18.000 Dhs.


Changement avant janvier 2013  
Si l'obligation de respecter la législation pouvait bloquer un processus de promotion socio-économique pour des catégories sociales défavorisées, il devient plus en plus obligatoire de faire respecter le code de la route. Le coût pour chaque triporteur serait de l'ordre de 4.500 Dhs qui n'est pas du tout à la portée des utilisateurs. Un problème que les autorités ont du mal à canaliser car dans certains quartiers défavorisés, ces triporteurs pallient la défaillance des services publics de transport. Dans l'impossibilité de faire respecter à la lettre la loi, les autorités ont prévu de laisser circuler ces triporteurs jusqu'en janvier 2013, après quoi les contrôles se feront plus stricts. D'un autre côté, certains tiennent à respecter la loi et regrettent que sous le prétexte de jouer un rôle social le nombre de ces engins se développe au détriment de la sécurité. Un nouveau changement qui aura du mal à passer comme le port obligatoire du casque, le respect des feux tricolores, les stops et bien d'autres anomalies qui ne nous surprennent plus.

Pierre Verger (www.lepetitjournal.com/marrakech.html) mercredi 11 janvier 2012

Marrakech

(Publi-info) - Avec Regus, développez sans risque votre entreprise en Afrique du Nord

Le leader mondial des espaces de travail flexibles propose la solution idéale pour développer votre activité en toute sérénité.Afin de partir à la conquête d’un marché régional, de se rapprocher d’un client ou d’un fournisseur en Afrique du Nord… rien n’est plus efficace que d’opter pour des bureaux sur place. Pour autant, ’engager sur un bail classique peut s’avérer compliqué… et très contraignant en cas de retournement de conjuncture ! La…

EXPLOIT – Un Marocain en haut de l'Everest

Depuis le 19 mai, le Maroc est très fier ! Nacer Ibn Abdeljalil, 33 ans, vient de réussir l'exploit de gravir l'Everest, faisant de lui le premier marocain a planter le drapeau du royaume au sommet de ce mont mythique ! Il revient sur son incroyable expédition

DARIJA - Comment trouver son chemin ?

Il n'est pas toujours facile de se repérer et se diriger au Maroc.A la campagne, les routes ne sont pas toujours indiquées par des panneaux et en ville, lesdits panneaux sont souvent écrits en arabe

BUZZ

Le Maroc est plein de surprises... Deux nouvelles preuves en images!

HUMOUR - Gad Elmaleh triomphe encore et toujours !

L'humoriste franco-marocain Gad Elmaleh a donné la toute dernière représentation de son spectacle « Papa est en haut » en direct du Palais des Sports de Paris samedi dernier. Retransmis sur la première chaîne française, le show a explosé les scores d'audience...

DARIJA - Comment trouver son chemin ?

Il n'est pas toujours facile de se repérer et se diriger au Maroc.A la campagne, les routes ne sont pas toujours indiquées par des panneaux et en…

BUZZ

Le Maroc est plein de surprises... Deux nouvelles preuves en images!
Marrakech en bref
Vous avez aimé
A la une

DROIT- Que faire en cas de séparation à l'étranger ?

Que faire lorsque son couple bat de l'aile à l'étranger ? Vers quel pays se tourner ? Isabelle Rein-Lescastereyres et Rahima Nato-Kalfane, avocates spécialisées en droit international de la famille répondent à ces questions.
France/Monde
Expat
Expat - Emploi

DECATHLON - Au top de sa forme en Chine !

Du matériel et des vêtements pour 60 sports en magasin, bien sûr, mais c’est avant tout la promotion du sport que la marque française souhaite développer. Interview de Pannya Khamphommala, directeur de la distribution Chine, qui nous donne les facteurs clés du succès de la marque lilloise

TRANSITION DE CARRIERE - Les 3 freins les plus fréquents pour les expatriées

Suivre son conjoint en expatriation est une occasion qui permet de prendre du recul sur sa vie et sa carrière. C’est à ce moment-là que nous nous apercevons de tous les besoins que nous avons et nous souhaitons les rééquilibrer. Accompagnant des femmes en transition de carrière depuis plus de 3 ans maintenant, voici les 3 principaux freins au passage à l’action que j’ai identifiés.
Expat - Politique
Magazine
Les trophées 2014

TROPHEES 2014 - Revivez la soirée en vidéo avec France Diplomatie et France 24

À l'initiative du petitjournal.com, les "Trophées des Français de l'étranger" ont été remis à leurs sept lauréats jeudi 6 mars au Quai d'Orsay, en présence de Mme Hélène Conway-Mouret, ministre déléguée chargée des Français de l'étranger. Découvrez les reportages consacrés aux lauréats sur France 24 et la vidéo officielle de la soirée réalisée par le ministère des Affaires étrangères