Marrakech

TRIPORTEURS- Pas d'homologation pour plus de 90%

Les propriétaires de triporteurs conduisent sans permis, car ils ont une cylindrée trafiquée de 150 cm3 à 50 cm3 et s'en servent tant pour le commerce que pour le transport de personnes


Photos P.Verger

Certes, on en voit de plus en plus dans les grandes villes mais aussi en campagne, et pourtant la plupart sont illégaux. Ces triporteurs munis d'une benne à l'arrière ou à l'avant, prolifèrent grâce à l'Initiative Nationale de Développement Humain (INDH) qui a lancé un programme pour privilégier des investisseurs à acheter ce type d'engins. Si certains sont utilisés pour le transport de marchandises, d'autres les ont aménagés en transport "isotherme" ou en ateliers d'électricité ou de menuiserie ambulants. Mais d'autres vont plus loin et les utilisent pour véhiculer des personnes pour en faire un travail lucratif ou parfois pour le transport d'animaux. Il existerait environ 80.000 de ces engins dont 50% sont assemblés par des industriels marocains. En l'espace de 2 ans, c'est entre 20 et 25.000 triporteurs qui ont été importés de Chine en majorité.


Un prix d'achat entre 15.000 et 18.000 Dhs
L'utilité de ces engins n'est pas à prouver mais le problème vient du fait de leur illégalité par rapport au code la route. Plus de 90% circulent en étant enregistrés dans la catégorie des moins de 50 cm3 or ils disposent d'une cylindrée de 150 cm3 au minimum. C'est tout simplement une falsification qui vise à échapper à 3 points essentiels : obligation de passer un permis de conduire, d'être assujetti à une carte grise et de payer une assurance plus onéreuse. Une campagne, après la mise en route du nouveau code en octobre 2010, a été menée au cours de laquelle plusieurs triporteurs ont été saisis. Depuis, les autorités laissent circuler ces triporteurs car la plupart sont des outils de travail. Car les considérations sociales, conjuguées aux printemps arabes ont poussé les acheteurs vers ce type d'engin peu onéreux, puisqu'ils se situent entre 15.000 et 18.000 Dhs.


Changement avant janvier 2013  
Si l'obligation de respecter la législation pouvait bloquer un processus de promotion socio-économique pour des catégories sociales défavorisées, il devient plus en plus obligatoire de faire respecter le code de la route. Le coût pour chaque triporteur serait de l'ordre de 4.500 Dhs qui n'est pas du tout à la portée des utilisateurs. Un problème que les autorités ont du mal à canaliser car dans certains quartiers défavorisés, ces triporteurs pallient la défaillance des services publics de transport. Dans l'impossibilité de faire respecter à la lettre la loi, les autorités ont prévu de laisser circuler ces triporteurs jusqu'en janvier 2013, après quoi les contrôles se feront plus stricts. D'un autre côté, certains tiennent à respecter la loi et regrettent que sous le prétexte de jouer un rôle social le nombre de ces engins se développe au détriment de la sécurité. Un nouveau changement qui aura du mal à passer comme le port obligatoire du casque, le respect des feux tricolores, les stops et bien d'autres anomalies qui ne nous surprennent plus.

Pierre Verger (www.lepetitjournal.com/marrakech.html) mercredi 11 janvier 2012

Marrakech

BUZZ

Le Maroc est plein de surprises... Deux nouvelles preuves en images!

HUMOUR - Gad Elmaleh triomphe encore et toujours !

L'humoriste franco-marocain Gad Elmaleh a donné la toute dernière représentation de son spectacle « Papa est en haut » en direct du Palais des Sports de Paris samedi dernier. Retransmis sur la première chaîne française, le show a explosé les scores d'audience...

BUZZ

Nouveau! Découvrez l’image insolite du jour…

REVUE DE PRESSE – Que s’est-il passé cette semaine ?

ECO – Les énergies solaires et éoliennes africaines alimenteront l’Europe / CULTURE & POLITIQUE – Mohammed VI, un roi mécène / SOCIETE – Expulsés pour prosélytisme / SAHARA – Le Barça au secours des jeunes Sahraouis / CULTURE - Quand les romans photos brisent les tabous

THEATRE - Molière en tournée au Maroc

Molière remonte sur les planches... Ses comédies, intemporelles, seront à l’honneur d’une tournée organisée à travers les plus grandes villes du…
Marrakech en bref
A la une

EXPATRIATION - La Coréegraphie

Le W Project s'est rendu à Séoul, Corée du Sud. Quelle surprise ! A vrai dire nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre… mais le wifi et les téléphones gratuits dans le métro nous ont vite convaincus ! Le pays le plus connecté au monde renferme en effet de belles opportunités… à condition de faire les efforts nécessaires et apprendre cette complexe chorégraphie qu’est le business coréen. Reportage vidéo
France/Monde
Les trophées
Expat
Expat - Emploi

EXPATRIATION - La Coréegraphie

Le W Project s'est rendu à Séoul, Corée du Sud. Quelle surprise ! A vrai dire nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre… mais le wifi et les téléphones gratuits dans le métro nous ont vite convaincus ! Le pays le plus connecté au monde renferme en effet de belles opportunités… à condition de faire les efforts nécessaires et apprendre cette complexe chorégraphie qu’est le business coréen. Reportage vidéo

EXPATRIATION - L'ombre de mon mari

"Après plusieurs expatriations, et à tout juste 34 ans, l'avenir de mon mari s’annonce brillant. Le mien ? Ce déménagement super glamour à Rome il y a déjà 9 mois est la tragique confirmation que je suis devenue malgré moi, l’ombre de mon mari, ou encore pire, « l’ombre de son ombre » comme le chantait Brel. À force de ne penser qu’aux autres et surtout à lui, je me suis oubliée en route. Je n’existe plus".
Expat - Politique

VENTE D'IMMOBILIER À L'ETRANGER – La France dilapide-t-elle son patrimoine ?

En 2011, le patrimoine immobilier de la France à l'Etranger (consulats, ambassades, instituts français, etc) s'élevait à 1.500 biens répartis dans 160 pays, pour une valeur d'environ 5 milliards d'euros. Au cours des six dernières années, 152 biens auraient été vendus par le Ministère des Affaires Etrangères pour une valeur totale de 307 millions d’euros. L'ambassadeur de France en Malaisie nous explique l'impact de cette politique
Magazine
Francophonie