Manille

ANECDOT’HIC - Loi martiale : bref retour sur un sombre chapitre de l’histoire philippine

 

Dernière leçon d’histoire philippine avec notre chroniqueuse Lila Bunoan. Retrouvez dès le mois de septembre prochain ces brefs focus sur des points saillants de l’histoire, de la culture ou de la réalité contemporaine de l’archipel. Retour aujourd’hui sur un long et sombre chapitre : la loi martiale de Ferdinand Marcos.

Dans la nuit du 23 septembre 1972, le président Ferdinand Marcos est apparu à la télévision philippine pour annoncer le début de la loi martiale dans l’archipel. A travers une série de directives, Marcos plaçait ainsi le pouvoir du gouvernement sous le contrôle d’un seul homme : le sien.

Pour justifier la signature de la proclamation 1081 du 21 septembre 1972, le président Marcos a brandi une menace communiste déclarée imminente et nécessitant en urgence ces mesures d’exception. Mais, plusieurs indices montrent que cette déclaration était depuis longtemps en projet, ce que révèle l’Official Gazette elle-même.

Durant la longue période qui a suivi, soit près d’une vingtaine d’années, Ferdinand Marcos allait diriger seul la nation et l'action gouvernementale, ordonnant aux forces armées d'empêcher oude supprimer tout acte de rébellion et de neutraliser toute forme d’opposition, en particulier au sein de la classe politique et des médias.

La vie sociale a ainsi été fermement encadrée : imposition d’un couvre-feu, interdiction des rassemblements, mainmise sur les médias…

Les points de vue sur cette période restent contrastés au sein de la population philippine. Certaines personnes affirment que la loi martiale représente les meilleures années de l’histoire des Philippines et que le pays a vécu un âge d’or sous l’autorité ferme et bienveillante de la famille Marcos. Mais les réalités historiques et économiques sont plus sévères.

S’il est vrai que des efforts ont été faits en termes d’infrastructures, les dépenses engagées se sont avérées plonger les Philippines dans un endettement difficile à supporter : en 5 ans seulement, la dette du pays a grimpé de 8,2 milliards de dollars (en 1977) é à 24,4 milliards de dollars. Le gouvernement actuel continue de travailler au remboursement de cette dette.

Par ailleurs, les violations des droits de l’homme ont été nombreuses. On considère aujourd’hui qu’environ 70.000 personnes ont été emprisonnées et 34.000 torturées. Pendant ce sombre chapitre de l'histoire des Philippines, des milliers de personnes ont en effet été soumises à diverses formes de torture : des prisonniers ont ainsi été électrocutés, battus et étranglés, brûlés avec un fer plat ou des cigares ; des femmes ont été dévêtues et violées, subissant divers sévices sexuels.

Ferdinand Marcos a officiellement mis fin à la loi martiale le 17 janvier 1981, mais ce n'est qu'en 1986 que la démocratie a été rétablie, après que le dictateur et sa famille ont été contraints à l'exil, renversés par un soulèvement populaire qui a été connu sous le nom de  People Power Revolution.

Trente ans ont passé mais les victimes n'ont pas oublié, d'autant plus que la famille de Marcos n'a ni reconnu ses crimes ni proposé de réparations, malgré différents procès engagés à cette fin.

Lila BUNOAN (www.lepetitjournal.com/manille) lundi 10 juillet 2017

Relisez quelques ANECDOT’HIC

Lapu-Lapu, premier héros "national" philippin

Un cannibalisme rituel dans le nord de l’île de Luzon

EDSA, une avenue mémorable et révolutionnaire 

 

PORTRAITS – Un paradis à protéger

Durant dix jours, l’équipe de rédaction du petitjournal.com/manille vous propose de faire la rencontre ou de redécouvrir quelques figures de la…

PORTRAITS – Des artistes en voyage

Durant dix jours, l’équipe de rédaction du petitjournal.com/manille vous propose de faire la rencontre ou de redécouvrir quelques figures de la…
Une internationale

FRANÇAIS EN INDONÉSIE - Chanee le protecteur des gibbons

Aurélien Brulé dit Chanee est français et installé en Indonésie depuis 19 ans. Il est le fondateur de la fondation Kalaweit qui recueille les gibbons, ces petits singes à la fourrure laineuse. Au nombre de vues des ses vidéos sur internet, il est également un des principaux défenseurs de la forêt tropicale et de sa faune. Chanee nous raconte son parcours et son combat quotidien face à la déforestation 
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Nouvelle-Calédonie - Actualité

CHARLES AZNAVOUR - Il n'est jamais trop tard

Charles Aznavour a accepté de répondre aux questions des éditions de Perth et de Nouvelle-Calédonie, qui ont la joie de vous proposer cette…
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine