Manille

URBANISME- Pourquoi des quartiers aussi cloisonnés ?

Troisième analyse des élèves de 2de de l’option Littérature et Société consacrée au quartier du Lycée français de Manille : Betterliving à Parañaque. Avec les outils du géographe, ils ont tenté de comprendre le cloisonnement urbain, un élément incontournable de la ville de Manille.

La capitale des philippines est en effet en grande partie découpée en quartiers résidentiels privés dits "Residential Villages" gérés par des associations. La ville de Parañaque ne fait pas exception. Mais pourquoi donc un tel cloisonnement ? Plusieurs explications peuvent être avancées.

Un modèle d'urbanisme à l'américaine

Il ne faut pas oublier qu’avant la Seconde guerre mondiale les Philippines étaient considérées comme un "territoire d’outre-mer" des Etats-Unis et subissaient leur influence dans tous les domaines. A la fin de la guerre, Manille est détruite par les bombardements. Malgré cela, les flots de migrants venus des campagnes s’accentuent et Manille devient une ville de plus en plus congestionnée : à la fin des années quarante, elle est, avec Jakarta, la seule ville à atteindre le million d’habitants en Asie du sud-est. La surpopulation et les ravages de la guerre dans cette mégalopole entrainent les plus riches à quitter les quartiers du centre de la ville pour créer, dans les banlieues, un type d’habitat inspiré des "Gated communities" américaines. C’est la naissance des quartiers résidentiels privés. Mais une autre raison, elle aussi historique et propre aux Philippines, explique ce cloisonnement généralisé de la ville.

Une conséquence de la loi martiale

Pendant la période de la loi martiale imposée en 1972 par le dictateur Ferdinand Marcos, un couvre-feu systématise les check points et les contrôles des individus. Les grillages, barrières et murs se multiplient : se murer chez soi devient la norme. Ce cloisonnement impose évidemment une régulation systématique de l’accès à l’espace privé.

Une organisation urbaine qui perdure et creuse les inégalités sociales

Aujourd’hui les quartiers résidentiels privés continuent de se développer. Mais il ne s’agit plus ni de l’influence du modèle américain de développement urbain ni des conséquences de la loi martiale : ce cloisonnement urbain est le reflet de la fracture d’une société très inégalitaire dans laquelle les plus riches s’enferment dans des villages pour bénéficier d’aménités que les plus pauvres ne sont pas en mesure de s’offrir et se protéger contre les "nuisances" qu’impliquent pour eux la pauvreté.

A leur tour, les classes moyennes développement de nouveaux quartiers résidentiels privés pour imiter le mode de vie de plus riches : c’est exactement le cas de Betterliving, à Parañaque.

Isabella NOUVELOT (2de-LFM) (www.lepetitjournal.com/manille) mercredi 7 juin 2017

 

IMPRESSIONS DE MANILLE – On the road again…

Nouvelle chronique poétique cédée aux élèves de 2de de l’option Littérature et Société du Lycée français de Manille. En écho au travail d’exploration et d’analyse géographiques du quartier de Betterliving à Parañaque, ils se sont emparés des outils du poète pour interroger le défilé du paysage urbain au rythme chaotique du tricycle. Traverser et vivre différemment cet environnement a priori si familier.

TOURISME – Besoin d’évasions…

C’est à un été d’évasions que l’équipe du petitjournal.com de Manille vous invite dès le début du mois prochain. Et l’année à venir devrait être elle…

SCIENCES – Histoires d’eau

L’eau courante est aujourd’hui un service courant dans les pays développés et un critère de développement des pays émergents. Mais saviez-vous que la…
Une internationale

EXPATRIATION ET IMPATRIATION - Le revers de la médaille

De plus en plus d’entreprises transfèrent une partie de leurs activités à l’étranger, vers des pays à moindre coût. L’expatrié et l’impatrié sont destinés à être le lien physique entre le siège et son centre d’opération délocalisé pour assurer le contrôle des opérations et procéder aux transferts de connaissances entre les deux entités. Or il s’avère que le transfert de personnel n’a pas toujours un impact positif !
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

EXPATRIATION ET IMPATRIATION - Le revers de la médaille

De plus en plus d’entreprises transfèrent une partie de leurs activités à l’étranger, vers des pays à moindre coût. L’expatrié et l’impatrié sont destinés à être le lien physique entre le siège et son centre d’opération délocalisé pour assurer le contrôle des opérations et procéder aux transferts de connaissances entre les deux entités. Or il s’avère que le transfert de personnel n’a pas toujours un impact positif !

EXPATRIATION – 10 pays pour booster sa carrière

Etats-Unis, Royaume-Uni, Taïwan... Sur la base des réponses apportées par 14.000 personnes expatriées (de toutes nationalités), la dernière enquête publiée par InterNations compile les pays où il faut s’expatrier si l’on veut booster sa carrière. L'Europe est mal classée.
Expat - Politique
Magazine