Manille

SCIENCES - G3PP : la molécule des régimes ?

Les vacances d’été approchent, leurs promesses de bonheurs et de plaisirs, et leur lot d’angoisses et d’obsessions : pourrons-nous succomber aux tentations qui s’offriront à nous, petits plats et douceurs, sans en payer le prix fort pour notre ligne ? La récente découverte d'une enzyme de détoxification du glucose ouvre opportunément de nouvelles portes pour le traitement de l'obésité et du diabète. Allons-nous donc enfin pouvoir manger des sucreries sans culpabiliser ? Peut-être...

Des scientifiques du Centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CRCHUM) ont en effet découvert une enzyme capable de contrer les effets toxiques du sucre dans divers organes du corps.

Cette enzyme, le glycérol-3-phosphate-phosphatase (G3PP), joue un rôle clé dans la régulation du glucose et des lipides. La G3PP peut détoxifier l'excédent de sucre des cellules, une découverte qui pourrait déboucher sur la mise au point d'un traitement pour l'obésité et le diabète de type 2.

Le sucre c’est bon, avec modération !

Le sucre, ou plus précisément le glucose, est l’un des principaux nutriments des cellules de mammifères. En sa présence, les cellules bêta sécrètent de l’insuline, les nutriments se dégradent pour produire de l’énergie et les tissus adipeux stockent des lipides. Le corps régule le glucose grâce à l'insuline, une hormone qui contrôle la production d'énergie.

Mais quand le sucre atteint un niveau trop élevé dans le sang, le glycérol-3-phosphate, dérivé du glucose (à ne pas confondre avec le G3PP : glycérol-3-phosphate-phosphatase), atteint des taux excessifs dans les cellules, ce qui peut causer des lésions à divers tissus. Ses premières victimes sont les cellules du pancréas, dans lequel se trouvent les cellules bêta qui produisent l'insuline. Le glucose n’est ainsi plus régulé : il s’agit de diabète. Les nerfs sont également fragilisés par un excès de sucre, ce qui entraîne une foule de problèmes touchant la digestion, le mouvement et même la vision.

Le rôle du G3PP

L’ équipe du CRCHUM a constaté que la G3PP peut dégrader une grande partie de l’excès de glycérol-3-phosphate, et le détourner des cellules touchées. De cette manière, les cellules bêta pancréatiques productrices d'insuline et les divers organes seront protégés des effets toxiques d'un taux élevé de glucose.

Mais les effets de cette molécule concerne également notre poids. Comme nous l’avons précédemment exposé, si le sucre que l'on consomme sert à produire de l'énergie pour les cellules, le surplus est stocké en graisse. Or, l’enzyme G3PP s'attaque à ce surplus de sucre durant cette dernière transformation en graisse et le convertit en glycérol. Sous cette forme, le sucre est rapidement éliminé de l’organisme. Ainsi, le corps ne forme ni ne stocke plus de lipides en excès, et réduit également la production excessive de glucose dans le foie, un problème majeur dans les cas du diabète.

Le Dr Prentki résume les bienfaits de cette molécule :  "contrôler cette enzyme pourrait diminuer non seulement les complications du diabète, mais pourrait aussi empêcher son développement si on prend les patients à temps. On pourrait aussi diminuer la production de graisse, qui est l'une des principales causes de plusieurs maladies cardiovasculaires".

Une porte ouverte

Mais les promesses du G3PP ne s'arrêtent pas là. En effet, l’enzyme pourrait être utilisée contre le cancer : "Les cellules cancéreuses ont besoin de beaucoup plus de sucre qu'une cellule normale pour se développer. Si on trouve un moyen de baisser la production d'énergie dans la tumeur, on peut diminuer sa croissance."

À partir de cette découverte, les chercheurs veulent créer "de petites molécules capables d'activer l'enzyme G3PP". En ce moment même, l’expérimentation animale est en cours. Si celle-ci se trouvait confirmer les travaux théoriques, nous pourrions bientôt bénéficier d’un nouveau traitement de grande efficacité pour ces maladies des sociétés modernes 

Bérénice GAUTROT (TS – LFM) (www.lepetitjournal.com/manille) mardi 6 juin 2017

SOURCES

http://diabetes-hebdo.com/une-enzyme-pour-reguler-la-glycemie/#more-884

https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/13664-Diabete-decouverte-d-une-enzyme-qui-regule-les-exces-de-sucre

https://www.sciencesetavenir.fr/sante/diabete/decouverte-d-une-enzyme-contre-l-exces-de-sucre-une-potentielle-arme-contre-le-diabete_29882

http://nouvelles.umontreal.ca/article/2016/01/11/trop-de-sucre-il-y-a-une-enzyme-pour-ca/

 

IMPRESSIONS DE MANILLE – On the road again…

Nouvelle chronique poétique cédée aux élèves de 2de de l’option Littérature et Société du Lycée français de Manille. En écho au travail d’exploration et d’analyse géographiques du quartier de Betterliving à Parañaque, ils se sont emparés des outils du poète pour interroger le défilé du paysage urbain au rythme chaotique du tricycle. Traverser et vivre différemment cet environnement a priori si familier.

TOURISME – Besoin d’évasions…

C’est à un été d’évasions que l’équipe du petitjournal.com de Manille vous invite dès le début du mois prochain. Et l’année à venir devrait être elle…

SCIENCES – Histoires d’eau

L’eau courante est aujourd’hui un service courant dans les pays développés et un critère de développement des pays émergents. Mais saviez-vous que la…
Une internationale

EXPATRIATION ET IMPATRIATION - Le revers de la médaille

De plus en plus d’entreprises transfèrent une partie de leurs activités à l’étranger, vers des pays à moindre coût. L’expatrié et l’impatrié sont destinés à être le lien physique entre le siège et son centre d’opération délocalisé pour assurer le contrôle des opérations et procéder aux transferts de connaissances entre les deux entités. Or il s’avère que le transfert de personnel n’a pas toujours un impact positif !
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

EXPATRIATION ET IMPATRIATION - Le revers de la médaille

De plus en plus d’entreprises transfèrent une partie de leurs activités à l’étranger, vers des pays à moindre coût. L’expatrié et l’impatrié sont destinés à être le lien physique entre le siège et son centre d’opération délocalisé pour assurer le contrôle des opérations et procéder aux transferts de connaissances entre les deux entités. Or il s’avère que le transfert de personnel n’a pas toujours un impact positif !

EXPATRIATION – 10 pays pour booster sa carrière

Etats-Unis, Royaume-Uni, Taïwan... Sur la base des réponses apportées par 14.000 personnes expatriées (de toutes nationalités), la dernière enquête publiée par InterNations compile les pays où il faut s’expatrier si l’on veut booster sa carrière. L'Europe est mal classée.
Expat - Politique
Magazine