Manille

SCIENCES - G3PP : la molécule des régimes ?

Les vacances d’été approchent, leurs promesses de bonheurs et de plaisirs, et leur lot d’angoisses et d’obsessions : pourrons-nous succomber aux tentations qui s’offriront à nous, petits plats et douceurs, sans en payer le prix fort pour notre ligne ? La récente découverte d'une enzyme de détoxification du glucose ouvre opportunément de nouvelles portes pour le traitement de l'obésité et du diabète. Allons-nous donc enfin pouvoir manger des sucreries sans culpabiliser ? Peut-être...

Des scientifiques du Centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CRCHUM) ont en effet découvert une enzyme capable de contrer les effets toxiques du sucre dans divers organes du corps.

Cette enzyme, le glycérol-3-phosphate-phosphatase (G3PP), joue un rôle clé dans la régulation du glucose et des lipides. La G3PP peut détoxifier l'excédent de sucre des cellules, une découverte qui pourrait déboucher sur la mise au point d'un traitement pour l'obésité et le diabète de type 2.

Le sucre c’est bon, avec modération !

Le sucre, ou plus précisément le glucose, est l’un des principaux nutriments des cellules de mammifères. En sa présence, les cellules bêta sécrètent de l’insuline, les nutriments se dégradent pour produire de l’énergie et les tissus adipeux stockent des lipides. Le corps régule le glucose grâce à l'insuline, une hormone qui contrôle la production d'énergie.

Mais quand le sucre atteint un niveau trop élevé dans le sang, le glycérol-3-phosphate, dérivé du glucose (à ne pas confondre avec le G3PP : glycérol-3-phosphate-phosphatase), atteint des taux excessifs dans les cellules, ce qui peut causer des lésions à divers tissus. Ses premières victimes sont les cellules du pancréas, dans lequel se trouvent les cellules bêta qui produisent l'insuline. Le glucose n’est ainsi plus régulé : il s’agit de diabète. Les nerfs sont également fragilisés par un excès de sucre, ce qui entraîne une foule de problèmes touchant la digestion, le mouvement et même la vision.

Le rôle du G3PP

L’ équipe du CRCHUM a constaté que la G3PP peut dégrader une grande partie de l’excès de glycérol-3-phosphate, et le détourner des cellules touchées. De cette manière, les cellules bêta pancréatiques productrices d'insuline et les divers organes seront protégés des effets toxiques d'un taux élevé de glucose.

Mais les effets de cette molécule concerne également notre poids. Comme nous l’avons précédemment exposé, si le sucre que l'on consomme sert à produire de l'énergie pour les cellules, le surplus est stocké en graisse. Or, l’enzyme G3PP s'attaque à ce surplus de sucre durant cette dernière transformation en graisse et le convertit en glycérol. Sous cette forme, le sucre est rapidement éliminé de l’organisme. Ainsi, le corps ne forme ni ne stocke plus de lipides en excès, et réduit également la production excessive de glucose dans le foie, un problème majeur dans les cas du diabète.

Le Dr Prentki résume les bienfaits de cette molécule :  "contrôler cette enzyme pourrait diminuer non seulement les complications du diabète, mais pourrait aussi empêcher son développement si on prend les patients à temps. On pourrait aussi diminuer la production de graisse, qui est l'une des principales causes de plusieurs maladies cardiovasculaires".

Une porte ouverte

Mais les promesses du G3PP ne s'arrêtent pas là. En effet, l’enzyme pourrait être utilisée contre le cancer : "Les cellules cancéreuses ont besoin de beaucoup plus de sucre qu'une cellule normale pour se développer. Si on trouve un moyen de baisser la production d'énergie dans la tumeur, on peut diminuer sa croissance."

À partir de cette découverte, les chercheurs veulent créer "de petites molécules capables d'activer l'enzyme G3PP". En ce moment même, l’expérimentation animale est en cours. Si celle-ci se trouvait confirmer les travaux théoriques, nous pourrions bientôt bénéficier d’un nouveau traitement de grande efficacité pour ces maladies des sociétés modernes 

Bérénice GAUTROT (TS – LFM) (www.lepetitjournal.com/manille) mardi 6 juin 2017

SOURCES

http://diabetes-hebdo.com/une-enzyme-pour-reguler-la-glycemie/#more-884

https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/13664-Diabete-decouverte-d-une-enzyme-qui-regule-les-exces-de-sucre

https://www.sciencesetavenir.fr/sante/diabete/decouverte-d-une-enzyme-contre-l-exces-de-sucre-une-potentielle-arme-contre-le-diabete_29882

http://nouvelles.umontreal.ca/article/2016/01/11/trop-de-sucre-il-y-a-une-enzyme-pour-ca/

 

PSYCHOLOGIE – Quelques enjeux de l’expatriation

L’équipe de rédaction du petitjournal.com de Manille vous propose la relecture de quelques chroniques de notre psychologue, Adélaïde LEFEVRE, pour interroger et mieux comprendre quelques questions clefs de l’expatriation.

PORTRAITS – Un paradis à protéger

Durant dix jours, l’équipe de rédaction du petitjournal.com/manille vous propose de faire la rencontre ou de redécouvrir quelques figures de la…

PORTRAITS – Des artistes en voyage

Durant dix jours, l’équipe de rédaction du petitjournal.com/manille vous propose de faire la rencontre ou de redécouvrir quelques figures de la…
Une internationale

A la découverte d'un Paris insolite en compagnie d'un greeter

 Comme beaucoup d'Américains, Mike, Dennis, Brian et Derek rêvaient de visiter Paris, mais pas forcément à la manière de touristes ordinaires. Ils ont donc fait appel aux greeters, ces habitants qui font découvrir aux voyageurs une capitale hors des sentiers battus. 
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine