Manille

SCIENCES – Une découverte révolutionnaire : un ver qui mange du plastique !

 Des scientifiques viennent de nous révéler qu'un ver de moins d'un pouce de long pourrait être la clé pour débarrasser la terre des déchets en plastique. Des chercheurs ont en effet découvert récemment que les vers de cire (galleria mellonella) pourraient décomposer le polyéthylène, un plastique très résistant à la biodégradation, utilisé notamment pour la fabrication des sacs en plastique.

 Ces vers, qui sont en fait les larves du "papillon des ruches", sont généralement utilisés comme appâts de pêche. Selon les expériences menées, les vers en question ne font pas que mâcher le sac en plastique mais ils le biodégradent, à un rythme d’ailleurs beaucoup plus rapide que les organismes précédemment testés.

Les recherches indiquent que la découverte pourrait être cruciale pour réduire les déchets enfouis et pour dépolluer les océans, deux problèmes croissant, et bien connus aux Philippines aujourd’hui. La prochaine étape consiste à identifier l'enzyme que les vers utilisent pour décomposer le matériau afin que les scientifiques puissent le reproduire à une échelle industrielle.

Des plastiques ultrarésistants, et envahissants

Les plastiques dont il est question sont des polymères synthétiques dérivés du pétrole et largement résistants à la biodégradation. Le polyéthylène (PE) et le polypropylène (PP) représentent environ 92% de la production totale de plastique. Lepolyéthylène est largement utilisé dans les emballages, représentant environ 40% de la demande totale de produits en plastique avec plus d'un milliard de sacs en plastique produits et utilisés chaque année. Tous les ans, 80 millions de tonnes de polyéthylène sont ainsi produites dans le monde.

La production de plastique a augmenté de façon exponentielle au cours des 50 dernières années. Par conséquent, de nouvelles solutions pour dégrader ce plastique sont nécessaires.

La capacité des larves de la pyrale de cire à biodégrader le polyéthylène, rapidement et efficacement, répond de manière presque inespérée à cette nouvelle nécessité.

Une découverte révolutionnaire

Federica Bertocchini, chercheuse à l'Institut de Biomédecine et de Biotechnologie de Cantabrie, a sélectionné des Galleria mellonella à partir d'une ruche et les a placés dans un sac en plastique. Au bout d'un moment, elle a constaté que les chenilles s’étaient échappées : les chenilles avaient mangé le plastique ! En outre, le processus observé était ultra rapide : un sac plastique "digéré" en 12h, alors qu’il aurait fallu attendre 200 ans dans la nature pour qu'il s'y décompose.

L'équipe a constaté que 100 chenilles de galleria mellonella avaient consommé 92 milligrammes de plastique en une demi-journée, soit un peu plus de 3% d'un sac à provisions. Mais les chenilles avaient-elles vraiment digéré le polyéthylène ? Ou étaient-elles simplement en train de traverser le plastique ?

"Une fois que nous avons vu les trous, nous avons décidé de poursuivre l'enquête", précise Federica Bertocchini. Les tests de laboratoire ont détecté la présence d'éthylène glycol dans les tripes des vers de cire, confirmant que les vers à dents étaient effectivement en train de digérer le polyéthylène.

Ces vers produisent donc des enzymes qu’il s’agit maintenant d’isoler pour pouvoir les produire en quantité industrielle afin de développer une façon rapide de décomposer le polyéthylène.

Parfois, même un parasite destructeur peut donc finalement s’avérer être une aubaine pour l’environnement…

Un nouveau regard sur l’avenir de notre planète

Aujourd’hui, les scientifiques envisagent sérieusement le développement de cette découverte comme un moyen viable de se débarrasser des déchets plastiques. C’est là une excellente nouvelle pour l’avenir de nos océans, de nos rivières et de tout un pan de notre environnement saturé et mis en danger par l’accumuluation des déchets plastiques.

Mais cette découverte ne doit en aucun cas nous déresponsabiliser : aucun rejet de polyéthylène dans la nature n’est justifiable, même si nous envisageons aujourd’hui des solutions pour le biodégrader. Les tortues des fonds marins philippins qui ingurgitent des sacs plastiques (les confondant avec des méduses) et meurent d’occlusion intestinale ne pourront en effet en aucun cas être sauvé par ces vers.

Johanna BECK (TS – LFM) (www.lepetitjournal.com/manille) mardi 30 mai 2017

SOURCES 

http://www.courrierinternational.com/article/environnement-des-vers-mangeurs-de-sac-plastique-reperes

https://actualite.housseniawriting.com/science/2017/04/25/decouverte-dune-chenille-qui-mange-du-plastique/21628/

http://www.lefigaro.fr/sciences/2017/04/25/01008-20170425ARTFIG00316-des-larves-capables-d-ingurgiter-du-plastique.php

https://www.newscientist.com/article/2128659-plastic-munching-caterpillars-may-show-us-how-to-dissolve-waste/

https://www.forbes.com/sites/grrlscientist/2017/04/24/these-caterpillars-can-eat-your-plastic-trash/#45206d9a7e6d

 

IMPRESSIONS DE MANILLE – On the road again…

Nouvelle chronique poétique cédée aux élèves de 2de de l’option Littérature et Société du Lycée français de Manille. En écho au travail d’exploration et d’analyse géographiques du quartier de Betterliving à Parañaque, ils se sont emparés des outils du poète pour interroger le défilé du paysage urbain au rythme chaotique du tricycle. Traverser et vivre différemment cet environnement a priori si familier.

TOURISME – Besoin d’évasions…

C’est à un été d’évasions que l’équipe du petitjournal.com de Manille vous invite dès le début du mois prochain. Et l’année à venir devrait être elle…

SCIENCES – Histoires d’eau

L’eau courante est aujourd’hui un service courant dans les pays développés et un critère de développement des pays émergents. Mais saviez-vous que la…
Une internationale

EXPATRIATION ET IMPATRIATION - Le revers de la médaille

De plus en plus d’entreprises transfèrent une partie de leurs activités à l’étranger, vers des pays à moindre coût. L’expatrié et l’impatrié sont destinés à être le lien physique entre le siège et son centre d’opération délocalisé pour assurer le contrôle des opérations et procéder aux transferts de connaissances entre les deux entités. Or il s’avère que le transfert de personnel n’a pas toujours un impact positif !
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

EXPATRIATION ET IMPATRIATION - Le revers de la médaille

De plus en plus d’entreprises transfèrent une partie de leurs activités à l’étranger, vers des pays à moindre coût. L’expatrié et l’impatrié sont destinés à être le lien physique entre le siège et son centre d’opération délocalisé pour assurer le contrôle des opérations et procéder aux transferts de connaissances entre les deux entités. Or il s’avère que le transfert de personnel n’a pas toujours un impact positif !

EXPATRIATION – 10 pays pour booster sa carrière

Etats-Unis, Royaume-Uni, Taïwan... Sur la base des réponses apportées par 14.000 personnes expatriées (de toutes nationalités), la dernière enquête publiée par InterNations compile les pays où il faut s’expatrier si l’on veut booster sa carrière. L'Europe est mal classée.
Expat - Politique
Magazine