Manille

SCIENCES – Nos villes verticales...

L’invention de l’ascenseur a sans aucun doute permis plus que la facilitation d’un déplacement de bas en haut, ou de haut en bas : il a eu une influence directe et forte sur la fondation des villes modernes, constituées d’immeubles comportant d’innombrables étages, étages auquel l’on accède par le biais desdits ascenseurs. Sans ascenseur, notre monde d’aujourd’hui serait donc bien différent. Imaginez Manille sans ascenseur…

Un peu d’histoire

Au 3ème  siècle avant notre ère, le Grec Ctésibios invente un monte-charge qui fonctionne grâce à la pression de l’eau. C’est la première trace connue de ce genre de machine dans l’histoire, même si l’on pense que des monte-charges ont été utilisés lors de la construction de pyramides en Egypte Antique.

Par la suite, de nombreux noms ont contribué à la création l’ascenseur au fil des siècles, à travers l’invention de plusieurs machines au fonctionnement similaire à celui de l’ascenseur.

Le nom le plus célèbre de cette histoire reste aujourd’hui celui d’Elisha Otis même s’il n’est, à proprement, l’inventeur de notre ascenseur : il est celui qui l’a démocratisé au 19ème siècle en créant le limiteur de vitesse et le frein parachute, destinés à sécuriser le transport, et surtout en en faisant des démonstrations convaincantes au grand public.

Quelques explications

Le fonctionnement des ascenseurs électriques à contrepoids est assez complexe.

Un ascenseur est composé d’une cabine, souvent le seul élément connu de la généralité des gens, qui est l’habitacle dans lequel les utilisateurs se placent. Elle est généralement opaque, mais il arrive que certains ascenseurs soient équipés de vitres. Elle est aujourd’hui équipée de portes automatiques disposant d’un détecteur de choc, permettant d’éviter un triste sort aux passagers imprudents.

Cette cabine est guidée par des rails, appelés rails de guidage : ils permettent à l’ascenseur de ne pas dévier de sa trajectoire.

On nomme "gaine" le conduit contenant tout le système de l’ascenseur : cabine, câbles de suspension permettant de maintenir l’ascenseur, et dans le cas de certains ascenseurs modernes, la machine de traction.

Cette machine de traction est le cœur du système : elle est constituée d’une poulie de traction, d’un moteur, et d’un frein. Son but est évidemment de soulever la cabine : c’est le cœur du système. Elle est liée au contrepoids qui permet, comme son nom l’indique, de "contrer" le poids de l’ascenseur : il pèse en général le même poids que celui-ci plus la moitié de sa charge maximale, et permet une traction ne nécessitant pas trop d’énergie, contrairement à d’autres systèmes plus limités dans leur charge maximale.

La machine de traction est limitée par un régulateur de vitesse qui permet de régler la vitesse au cours du trajet. La vitesse augmente jusqu’à mi-chemin où elle est à son maximum, puis diminue progressivement jusqu’à l’arrivée. Ce système permet également de ne pas atteindre une vitesse pouvant mettre en danger les passagers.

Le système de sécurité le plus important de l’ascenseur est le système de "parachute" qui, en cas de vitesse trop importante de la cabine, bloque un câble auxiliaire reliée à celle-ci, diminuant sa vitesse, d’où son nom.

Quelques conséquences de l’ascenseur sur nos sociétés contemporaines

L’ascenseur a eu un impact évident sur la société d’aujourd’hui. Il a permis la création de villes non plus uniquement en étendue de territoire comme plus tôt dans l’histoire, mais dans la verticalité, permettant d’optimiser l’espace et donc concrètement, la construction de villes bien plus compactes.

On peut donc dire qu’il a changé la face du monde dans son urbanisation, car toutes les villes considérées comme "modernes" sont dépendantes de l’ascenseur : en France, par exemple, tous les immeubles de trois étages ou plus sont dans l’obligation d’en avoir un.

Brieuc FRESNEL (1ère S – LFM) (lepetitjournal.com/manille) mardi 21 mars 2017

SOURCES

http://michel.marquis7.free.fr/ressources/MC/sequence/seq1/dossier.pdf

http://www.montremoicomment.com/expliquer/comment-fonctionne-un-ascenseur.html

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ascenseur

 

SCIENCES – Nos villes verticales...

L’invention de l’ascenseur a sans aucun doute permis plus que la facilitation d’un déplacement de bas en haut, ou de haut en bas : il a eu une…

CULTURE - Vive la francophonie !

Alors que le sénat philippin vient d’approuver à l’unanimité, en troisième et dernière lecture, la ratification par l’état philippin de l’accord de…
Une internationale

BAÏKA – La promesse d’un "voyage à chaque page"

Lancer un nouveau magazine est un pari audacieux. D’autant plus quand on souhaite s’adresser aux plus jeunes et les sensibiliser aux différentes cultures du monde. C’est pourtant le défi que s’est lancé Noémie Monier, éditrice et rédactrice en chef de Baïka, trimestriel dédié aux 8-12 ans qui cherche à travers son magazine à éveiller ses lecteurs à « l’autre », en mêlant fictions, récits mythologiques et documentaires. 
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

COACHING - Comment faire en sorte que chaque jour compte ?

Ce matin, comme tous les matins, ça sent bon le café et le pain grillé dans ma cuisine. Je prends le petit déjeuner avec mon mari et mon fils de 7 ans. J’adore ce moment de la journée. Je ne suis pas hyper vivace, par contre mon fils lui, il pète la forme, comme tous les jours !

FRENCH HEALTHCARE – Exporter l’excellence française en matière de santé

Largement envié à l’étranger, notre modèle de santé « à la française » bénéficie d’une solide réputation. La France a su devenir une référence en la matière, rayonnant bien au-delà des frontières de l’hexagone. Pour poursuivre sur cette voie, et apporter plus de lisibilité à ce secteur, Jean-Marc Ayrault vient de lancer le label French Healthcare, « la santé française, une excellence qui s’exporte », une marque unique fédérant tous les acteurs du secteur. 
Expat - Politique

MICHAELLE JEAN – "«J’aime, je partage», c’est parler comme un francophone"

Le 20 mars, c’est la Journée Internationale de la Francophonie. Pour l’occasion, nous avons rencontré une ardente protectrice de la langue de Molière, Michaëlle Jean, secrétaire générale de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) depuis 2014. Très déçue de voir que la France a opté pour un slogan en anglais pour sa candidature aux Jeux Olympiques de 2024, elle nous parle avec enthousiasme de ses projets, notamment numériques, pour développer notre langue dans le monde.
Magazine
Frases de la vida frases de la vida frases de enamorados poeme d'amour Joyeux Anniversaire