Madrid

MADRID – La propreté, première source de préoccupation des habitants

Les habitants de la capitale espagnole considèrent que le manque de propreté est le principal problème de leur ville.

(photo CC Nemo) Chaque année, la mairie de Madrid interroge ses citoyens afin de connaître leur ressenti sur leur quotidien, par le biais d’une enquête sur la qualité de vie et sur la satisfaction des services publics. Pour la première fois, la principale préoccupation des madrilènes est le manque de propreté dans les rues de la ville. En effet, 48,4% des 8.500 habitants questionnés considèrent que la saleté observée dans leurs quartiers est le problème le plus important, loin devant le chômage (25,9%) et la contamination de l’air (21,8%). Voilà un défi que les autorités tentent de régler par la mise en place de plusieurs mesures. 

Les zones considérées comme les plus sales de Madrid
D’après les réponses recueillies lors de cette enquête, les zones perçues comme les plus sales de la ville sont : Barajas, Vicálvaro et Chamartín. C’est en tout cas ce qu’expriment les propres habitants de ces districts, qui se lassent de vivre entourés de saleté. Certains, comme dans le quartier de la Alameda de Osuna (Barajas), en sont venus, en avril dernier, à organiser une campagne de ramassage des déchets, à laquelle s’était jointe la maire de la ville : Manuela Carmena.

D’autres plus épargnées par ce problème
À la différence des zones précédemment citées, d’autres vivent beaucoup moins cette préoccupation. Les quartiers considérés comme les plus propres de la ville se situent à Moratalaz, Puente de Vallecas et à Villaverde. Dans les deux premiers, seulement un habitant sur trois considère que la question de la propreté est importante. Les personnes qui vivent à Puente de Vallecas considèrent que le chômage est le principal problème urbain de la ville.

Les autorités réagissent à ce constat
Après avoir pris connaissance des résultats de cette enquête sur les conditions de vie de leurs habitants, les autorités de la capitale espagnole tentent de résoudre ce problème. Le nouveau contrat de ramassage des ordures, mis en place en novembre dernier, permet une meilleure conservation de la ville grâce à des mesures telles que le ramassage des cartons dans les zones commerciales ou celui de verre dans les bars et restaurants de quatre quartiers, considérés comme étant en "zones sensibles". Autre mesure importante qui pourra contribuer à l’amélioration de la situation : la nette augmentation du nombre de rues qui seront nettoyées tous les jours. Pour cela, la mairie a négocié la hausse du nombre de travailleurs des entreprises de nettoyage entre 650 et 800, afin de pouvoir réaliser ce nettoyage quotidien, ce qui pourrait être un premier grand pas vers la propreté des rues de la ville de Madrid. 

Kévin TOMAS (www.lepetitjournal.com - Espagne) Jeudi 15 juin 2017

 
Madrid

MAISON DE L'AMITIE FRANCO-ESPAGNOLE - La nouvelle association affiche ses ambitions

Méconnue du grand-public jusqu'il y a peu, cette organisation a été officialisée récemment sous forme d'association de droit espagnol, avec pour objectif de développer les relations franco-espagnoles dans de nombreux secteurs, mettre sur pied une série d'événements d'envergure sur l'ensemble de la péninsule, et proposer différentes prestations, dans le domaine de la santé ou de l'emploi notamment, à un public de Français expatriés, toujours dans…
Actualité Espagne
Une internationale

EXPATRIATION – 10 pays pour booster sa carrière

Etats-Unis, Royaume-Uni, Taïwan... Sur la base des réponses apportées par 14.000 personnes expatriées (de toutes nationalités), la dernière enquête publiée par InterNations compile les pays où il faut s’expatrier si l’on veut booster sa carrière. L'Europe est mal classée.
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

EXPATRIATION – 10 pays pour booster sa carrière

Etats-Unis, Royaume-Uni, Taïwan... Sur la base des réponses apportées par 14.000 personnes expatriées (de toutes nationalités), la dernière enquête publiée par InterNations compile les pays où il faut s’expatrier si l’on veut booster sa carrière. L'Europe est mal classée.

COACHING - Le sacrifice du conjoint suiveur

Selon une enquête récente auprès de la population francophone expatriée, 49% des conjoints suiveurs en recherche d’emploi auraient le sentiment d’avoir sacrifié leur carrière*. Ce chiffre m’a interpellée, car je trouve cela dommage de voir autant de personnes qui voient leur expatriation comme un sacrifice de leur carrière. 
Expat - Politique
Magazine