Madrid

CO-WORKING - Ne plus travailler seul à Madrid

Les co-workings fleurissent de plus en plus dans la capitale madrilène. Ces espaces réinventent au quotidien la manière de travailler de nombre de travailleurs indépendants qui fonctionnaient jusque-là en solitaires, souvent depuis chez eux. En bref, une alternative à l'isolement privilégiant l'échange. A Madrid, le mouvement a pris une belle ampleur ces dernières années. Le site de bonnes adresses 11870.com en a dernièrement fait un focus. Retour sur cette nouvelle mode qui a du bon
CO-WORKING,11870.com,Madrid,Corinne Pitiot, lepetitjournal.com,Espagne
(Photo HUB Madrid)

Organiser son travail différemment, c'est ce que propose le co-working. L'idée est née à San Francisco en 2005 et depuis n'a cessé de proliférer partout dans le monde. L'espace partagé, dédié au travail, permet aux co-workers de ne pas rester isolés chez eux et de se sociabiliser via le réseau. L'Espagne et Madrid en particulier n'ont pas échappé à la propagation. Selon le site 11870.com, le pays se place en troisième position dans le classement des nations ayant le plus grand nombre d'espaces de co-working, juste derrière les Etats-Unis et l'Allemagne. L'étude Global Coworking Census: 2013 réalisée par Deskwanted chiffre à cent quatre-vingt-dix neuf le nombre d'espaces de ce type en Espagne. Quarante d'entres eux seraient répartis entre Madrid et Barcelone.

L'intérêt, c'est le partage
Corinne Pitiot est co-worker depuis plus d'un an à Madrid. Elle explique que "le co-working est un endroit de travail collectif et partagé". Pour elle, l'intérêt c'est le partage : "On partage notre expérience, on rencontre des gens qui sont dans la même démarche ; on partage nos problèmes et on s'entraide. C'est assez enrichissant et c'est une manière de rompre avec la solitude". L'espace que Corinne a choisi s'appelle The Women Station, situé rue de Medellin à Madrid. Cet espace "aide les femmes à se lancer dans leur projet en leur donnant des facilités" précise-t-elle. L'ambiance ? "C'est comme au travail. Ce qu'il y a de bien c'est qu'il y a une synergie qui se crée entre les personnes, mais pour cela il faut maintenir une continuité dans la relation. C'est ce que permet le co-working". Comme le confirme Corinne, le co-working se base sur deux principes : le partage d'un bureau mais aussi l'accès à un réseau qui promeut l'échange et l'ouverture. Dans ces espaces, des personnes de tous les domaines se rencontrent et sont libres d'échanger leur expérience.

Utopic_US regroupe plus de deux cent co-workers et de ce fait peut être considéré comme le plus grand d'Espagne. Olivia Czetwertynski est chargée du marketing et de la communication de Utopic_US, un espace de co-working situé dans le centre de Madrid. "L'idée est née du fait qu'on voulait créer un espace pour changer le monde". Utopic_US est centré sur la créativité et l'innovation à travers l'art, le monde culturel mais aussi le marketing et la communication. Il y est possible de devenir co-worker pour dix ou vingt heures à la semaine, de s'abonner au mois, d'avoir des prix spéciaux pour les startups. Les co-workers d'Utopic_US "cherchent à travailler sans être seuls chez eux, en venant ici, ils cherchent à se réinventer en tant qu'auto-entrepreneurs par exemple". La collaboration est l'un des points forts de cette forme d'organisation du travail. "Les projets naissent de la collaboration gratuite entre les différents membres", lance Olivia.

Le site 11870.com propose une liste d'espaces de co-working situés dans la capitale espagnole. On y trouve notamment Studio Banana dans le quartier Tetuan, HUB Madrid (un réseau international, HUB, avec des connexions à travers le monde et une antenne dans la capitale, donc), Espiritu 23, La Industrial (tous deux dans le quartier de Malasaña) et plusieurs autres espaces à découvrir.

Milia Colombani (www.lepetitjournal.com - Espagne) lundi 29 avril 2013
Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

 
Madrid

SORTIES – Cinq idées pour ce week-end à Madrid

La semaine touche à sa fin, place maintenant au repos et à la diversion. Madrid ne déçoit jamais, et reste toujours aussi vivante le week-end. Au programme cette fois-ci : les meilleures photos de l'année, soirée disco roller, ou encore découverte de l'architecture
Actualité Espagne
Une internationale

HISTOIRE – Le mystique soufi Mansur al Hallaj, premier "expatrié"?

On connaît les pérégrinations de Paul de Tarse dans le monde méditerranéen ou encore l'épopée légendaire de l'apôtre Thomas jusqu'en Inde. Moins connue est la vie de Mansur al-Hallaj, mystique persan du soufisme, qui s'installa longtemps en terre non-musulmane pour répandre sa religion et son amour de Dieu. Cette grande figure mystique a donné lieu à une biographie rédigée par l'islamologue Stéphane Ruspoli qui lui attribue le titre d'"expatrié".
Bleu Blanc Box

BLEU BLANC BOX – lepetitjournal.com chouchoute les expatriés

Les produits français vous manquent ? Découvrez la dernière nouveauté concoctée spécialement pour vous par lepetitjournal.com. Chaque mois, aux quatre coins du monde, la BLEU BLANC BOX vous réserve une surprise avec des produits aussi indispensables qu’introuvables à des milliers de kilomètres !
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

TOURISME EN IRAN - Un secteur en expansion et des défis à surmonter

 Depuis le rétablissement et l’amélioration des relations entre l’Iran et l’Occident, il y a un secteur qui se porte à merveille... le tourisme. Annoncé par les analystes depuis déjà plusieurs années, Marc Botinelli parlait déjà en 2013 de « Bombe touristique à retardement » et il ne s’était pas trompé.
Expat - Politique

ESSAI – Comment concilier vie à l’étranger et citoyenneté ?

Etre citoyen lorsque l’on réside hors de France, ce n’est pas facile. Quels droits ? Quels devoirs ? Passionné de politique, résidant depuis plus de 20 ans à l’étranger, Jacques Saillant publie un essai engagé sur la citoyenneté des Français de l’étranger, en forme de réflexion mais aussi de « coup de gueule » face aux instances qui les représentent

AUDIOVISUEL – Haro sur les anglicismes !

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel s'agace. La multiplication des titres d'émissions en anglais, jusque dans le service public, ne convient pas à l'organe chargé d'encadrer les productions télévisées françaises. Seront donc reçus les patrons des grandes chaînes françaises afin de rappeler la règle établie par la loi du 30 septembre 1986 sur le rôle du CSA : utiliser le français autant que faire se peu.
Magazine