INTERVIEW - Richard Onses, candidat Parti Radical pour la 5e circonscription

Né de parents espagnols en France, il réside depuis près de 25 ans à l'étranger, dont 19 passés en Espagne, notamment à Barcelone. Il a été en charge de responsabilités dans le groupe Suez, à la Chambre de Commerce Française de Barcelone, ou encore au comité des infrastructures du parti catalan CiU, à l'occasion des législatives espagnoles de mai 2011. Jouissant d'une double-investiture, celle du Parti radical valoisien et celle d'ARES, il est entré en campagne le mois dernier, avec à son actif un plan en douze points, validé par son équipe locale et ses pairs en France. Rencontre

(Photo DR)

Lepetitjournal.com : Pouvez-vous revenir sur la genèse de votre candidature ?

Richard Onses : Ma candidature est née d'un agacement face au choix que nous offrait, il y a deux mois, les deux grandes formations politiques pour cette échéance électorale : on nous proposait soit un ministre à Paris, soit une personne basée à Lisbonne. S'il y avait eu à l'époque un candidat basé en Espagne, avec une expérience significative de ce pays, je ne me serais peut être pas présenté. Il se trouve que pour ma part, je connais les problématiques des Français de l'étranger et que je dispose d'un réseau conséquent sur place. A partir d'un programme en douze points, élaboré avec une équipe de personnes expérimentées qui comptent entre 10 et 20 ans d'expatriation dans la Péninsule, j'ai proposé ma candidature au Parti radical valoisien, présidé par Jean-Louis Borloo, et j'ai été investi. J'ai dans la foulée été investi par la formation ARES (Alliance Républicaine, Ecologiste et Sociale), puisque les deux formations ont fait le choix de présenter des candidatures communes pour les 11 circonscriptions de l'étranger.
Nous jouissons donc de l'appui et de l'approbation de Paris, qui fait confiance à son candidat et qui m'a donné son feu vert pour m'engager personnellement sur mon programme.

Comment va se dérouler votre campagne ?
La campagne va tout d'abord s'appuyer sur le programme que nous avons rendu public et sur lequel nous nous sommes engagés. Nous disposons d'une présentation détaillée de chacun des 12 points du programme, développés dans des mini-clips d'une minute, et que nous allons divulguer sur les réseaux sociaux. Dans un second temps, nous allons entreprendre une série de déplacements, de février à avril, dans les principales villes de la circonscription, pour organiser des réunions sur place et présenter notre projet. Il est hors de question de faire des pots ostentatoires dans des palaces : nous souhaitons rester dans le débat, on n'est pas là pour faire des cocktails. Notre préoccupation du débat de fond explique aussi pourquoi j'ai tenu à rendre public si tôt mon programme. Parallèlement, nous allons lancer un débat citoyen sur Internet, en demandant aux internautes de valoriser les différents points du programme, afin de connaître exactement quelles sont les priorités des Français de la circonscription. Je crois sincèrement qu'il faut réveiller l'intérêt des gens pour ces élections, en lançant le débat suffisamment tôt et en rentrant dans le détail, sur le concret.

LIRE AUSSI

INTERVIEW - Bernard Soulier, candidat indépendant pour la 5e circonscription
Economiste, Président de société, ex-diplomate, Bernard Soulier est aussi un personnage actif au sein de nombreux organismes en Espagne, où il réside depuis plus de 40 ans. Il se présente comme candidat indépendant... Lire la suite

ERIC BESSON – Fin de carrière ?
C'est entre la poire et le fromage qu'Eric Besson, le ministre de l'Industrie, a confié à des chefs d'entreprise qu'il comptait mettre un terme à sa carrière politique en mai 2012... Lire la suite

INTERVIEW - Arnaud Leroy, candidat PS pour la 5e circonscription
Arnaud Leroy, 35 ans, expert auprès de l’Agence Européenne de Sécurité Maritime en charge des changements climatiques et secrétaire de la section du Parti Socialiste à Lisbonne représentera le PS aux législatives... Lire la suite

VOTEZ ! - Elections présidentielles et législatives en 2012
L'année 2012 sera marquée par deux échéances électorales primordiales en France : les présidentielles et les législatives. C'est cependant dès 2011 que les citoyens de l'étranger doivent penser à effectuer les démarches administratives pour pouvoir participer aux votes... Lire la suite

Quelles sont les grandes lignes de votre programme ?
Nous avons dégagé cinq grandes thématiques : éducation, famille, économie et emploi, culture et fiscalité. Nos propositions sont grandement basées sur une réflexion issue du monde de l'entreprise. La plupart peuvent être réglées par la combinaison de l'initiative privée et de l'action en local du candidat.

Pouvez-vous développer ?

Par exemple, nous sommes en faveur de la création de 100 bourses d'études supérieures, prises en charge par de grands groupes français présents dans la circonscription. Nous estimons en effet qu'il n'est pas acceptable que nos enfants se retrouvent à chercher du travail en France, tandis que les grandes entreprises installées à l'étranger embauchent des élèves de la métropole. Il faut faire une charnière entre la terminale à l'étranger et l'embauche sur place, c'est le but de cette bourse, qui serait décernée au mérite.
Même chose concernant notre proposition de création de maisons de retraite pour les ressortissants français : c'est un projet entièrement financé par l'initiative privée, qui ne requiert que très peu d'efforts de la part de l'Etat, et qui permettrait à des personnes âgées en situation de détresse de trouver un lieu d'accueil où on leur parle en français.
Il en va de même concernant le renforcement des échanges économiques et des investissements entre le sud de la France et la circonscription. Entre l'Aquitaine, le Pays Basque et la Navarre, ou entre Midi-Pyrénées, l'Aragon et la Catalogne, les gros pôles de compétences nationaux pourraient permettre l'investissement transfrontalier, sans que ce soit un processus piloté par Bruxelles, ni même par un quelconque ministre à Paris : nous pouvons régler nos problèmes ici, entre nous, en agissant de façon locale, pour l'intérêt des Français de l'étranger.

D'autres priorités pour les Français de la circonscription ?
Nous prônons notamment le maintien de la gratuité des Lycées Français au niveau actuel (terminale, première et seconde, avec remboursements des frais indexés sur l'année 2007/2008) : pas plus, mais pas moins non plus. Nous demandons l'équivalence des annuités dans le calcul des retraites sur l'ensemble de la circonscription. Nous voulons impulser une proposition de loi pour un accord de double-nationalité franco-espagnole...
Concernant la fiscalité, je veux que cela soit indiqué noir sur blanc que je ne laisserai pas passer les projets de double imposition des Français de l'étranger et que je m'opposerai à toute future résurgence. Même chose pour la taxe des résidences secondaires.

Votre formation politique a-t-elle véritablement un rôle à jouer dans cette élection ?
Evidemment. Nous nous présentons pour gagner en Espagne. L'alliance PR / ARES, avec une quarantaine de députés en France, devrait donner un support aux Français de la circonscription, en cas de ma victoire, qui nous donnerait un véritable appui pour relayer notre action en local. Je pense qu'il va y avoir une élection relativement disputée entre PS et UMP au niveau des législatives, et que nous allons jouer un rôle de charnière entre ces deux formations, qui devrait nous permettre de disposer d'un pouvoir de pression à Paris et faire en sorte que les propositions pour les Français de la circonscription puissent passer.
Pour ma part, je me suis lancé pour avoir une investiture centriste. Je l'ai eue, j'ai un programme, on va pousser en avant le projet. S'il y a aujourd'hui de nouveaux candidats sur la circonscription, ce n'est pas mon problème. Le Parti radical est content de son accord avec ARES dans les circonscriptions de l'étranger, dans lesquelles il compte être véritablement actif et est convaincu de ses chances de l'emporter. Mon but est d´être au Centre le candidat de tous les Français d´Espagne, et de la circonscription. Le Centre peut rassembler, pour éviter d'avoir un député qui ne représente que la moitié des électeurs. Les Français de l´étranger sont avant tout des Français unis avec des problématiques communes, au delà des partis.

Propos recueillis par Vincent GARNIER (www.lepetitjournal.com - Espagne) Lundi 12 décembre 2011

A lire aussi :
DEPUTES FRANÇAIS DE L'ETRANGER - Laurence Sailliet investie par l'UMP pour la 5ème circonscription


 

 

 

 

Plus d'informations :
www.onses.com
www.partiradical.net
Page Facebook du candidat

Madrid

JEROME BONNAFONT A VALENCE - "La France voit l´Europe comme un projet politique et un outil économique"

Ambassadeur de France en Espagne depuis 2 ans, Jerôme Bonnafont effectuait son premier déplacement à Valence les 11 et 12 novembre dernier. Visite de l´Université de Valence, de l´Agence Consulaire, de la Chambre de Commerce, cérémonie pour «Les Poilus de Valence» au Lycée Français, hommage à la participation espagnole à la Résistance française et à la libération de Paris à l´Institut Français, étaient au programme de ce voyage diplomatique,…
Actualité Espagne

HEDI SAÏM - "A l'Alliance Française de Malaga nous avons décidé de nous axer autour du cinéma"

Sortir, Málaga, Alliance Française de Malaga,Festival cinéma,Centre Pompidou, Carmen Pineda,lepetitjournal.com, Espagne
Hédi Saïm, responsable de culture et de coopération de l´Alliance Française de Malaga, est aussi le directeur du Festival de Cinéma qui a lieu, tous les ans, dans la capitale andalouse, patrie de Picasso ou de l´acteur Antonio Banderas. A travers cette action culturelle de l´Alliance, le cinéma français et francophone trouve sa place au soleil, en plein sud de l´Espagne, dans une ville vivante, culturelle (Málaga accueillera en mars, un annexe du Centre Pompidou) et cinématographique. Hédi Saïm nous parle, avec passion, de la manifestation, dont la dernière édition vient de se clôturer
A la une

JACKY DEROMEDI – Des chantiers de Singapour au Sénat

Jacqueline Deromedi, que les Français de Singapour connaissent bien, vient d’être élue sénateur. Le parcours de cette femme entrepreneur, engagée et élégante, qui n’a pas vraiment cherché à faire carrière dans la politique, détonne au Palais du Luxembourg
France/Monde
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

ENJEUX - "L'Europe a-t-elle manqué le virage du numérique?"

Les Entretiens de Royaumont étaient de retour au Château Royal de Varsovie ce samedi 15 novembre. Des intervenants français et polonais, dont Jacques Attali ou François Fillon, ont constaté que l'Europe a mal négocié ce virage technologique. Ils en appellent à une Europe unifiée numériquement
Expat - Politique

JACKY DEROMEDI – Des chantiers de Singapour au Sénat

Jacqueline Deromedi, que les Français de Singapour connaissent bien, vient d’être élue sénateur. Le parcours de cette femme entrepreneur, engagée et élégante, qui n’a pas vraiment cherché à faire carrière dans la politique, détonne au Palais du Luxembourg

FRANÇAIS DE L’ETRANGER – Les choix budgétaires pour 2015

Le budget 2015 de "l'Action extérieure de la France" va être examiné par le Parlement. Les crédits dévolus aux Français de l’étranger et aux Affaires consulaires sont en légère baisse. L’aide sociale en pâtira. En revanche, les crédits consacrés aux bourses scolaires augmentent de 5,6 %.
Magazine
Les trophées

TROPHEES 2014 – Les sept lauréats ont été récompensés au Quai d’Orsay

La cérémonie des Trophées des Français de l’étranger, organisée par lepetitjournal.com, s’est déroulée ce jeudi 6 mars, dans le cadre prestigieux du Ministère des Affaires étrangères. Devant leurs proches, les élus, les partenaires et la Ministre déléguée chargée des Français de l’étranger, Hélène Conway-Mouret, les sept lauréats ont été récompensés pour leur parcours d’exception.
Francophonie

LANGUE FRANÇAISE – Le monde compte 274 millions de francophones

La francophonie progresse dans le monde. C’est la conclusion du second rapport quadriannuel de l’OIF sur l’usage de la langue française dans le monde, présenté au siège de l’organisation à Paris mercredi 5 novembre. En 4 ans, le nombre de francophones a augmenté de près de 25%. Le français est aujourd’hui la seconde langue la plus étudiée dans le monde. D’ici 2060, les francophones pourraient être 767 millions à travers le monde, ce qui constitue un formidable potentiel économique et culturel. Encore faut-il soutenir cette dynamique, prévient l’OIF.