PROFS - Le grand ras-le-bol

L'apprentissage du français est-il mis à mal par les réformes dans le Secondaire madrilène ? En juillet dernier, la Communauté de Madrid avait annoncé l’augmentation du nombre d’heures hebdomadaires de cours des professeurs dans le Secondaire pour "répondre à des besoins économiques dus à la crise". Les professeurs vacataires sont les premiers touchés par cette mesure qui met en péril leur poste de travail. De ce fait les langues sont aussi mises à mal : le français, option dans les lycées, serait aussi en difficulté dans les écoles de langues

Manifestation à Getafe (Photo Lepetitjournal.com)

Cela fait maintenant plus d’un mois que les professeurs madrilènes du Secondaire manifestent contre la lettre qui leur a été envoyée en juillet dernier afin de leur expliquer la décision de la Communauté de Madrid d’augmenter le nombre d’heures hebdomadaires de classes, de 18 à 20 heures. D’après les déclarations du cabinet de presse du Département de l’éducation de Madrid (Consejería de Educación) ces mesures permettront d’économiser 80 millions d’euros. "Cette année nous allons embaucher les professeurs intérimaires en fonction des besoins", ajoute le cabinet de presse.
Les professeurs de toute la communauté ont donc décidé de faire entendre leur mécontentement mais aussi leurs inquiétudes sur la qualité de l’enseignement que vont recevoir leurs élèves. Les professeurs de la Communauté de Madrid ont de nouveau appelé à manifester dans toutes les villes, demain jeudi 20 octobre. Pour la première fois, les crèches et les écoles primaires devraient se joindre au mouvement.

 

Professeurs de français sur la Communauté de Madrid* :
Instituteurs en 1er cycle de ESO : 53
Professeurs collèges et lycées : 530
Professeurs Escuelas Idiomas : 126
Conseillers linguistiques : 2
Auxiliaires de conversation : 32
Total : 743
* chiffres provisoires fournis par la Consejería de educación de Madrid (11 octobre 2011)

Une décision qui affecte aussi les écoles de langues
L'augmentation du nombre d'heures s’applique aussi aux écoles officielles de langues (EOI : escuelas oficiales de idiomas) de la communauté autonome. "Nous ne comprenons pas et nous ne partageons pas cette philosophie. Le fait de nous demander de travailler plus veut en fait dire que nous détruisons les postes de travail de nos collègues intérimaires. Nous ne voulons pas d’indemnités pour compenser le fait de travailler plus. Ce que nous voulons, c’est offrir une éducation de qualité", explique Carlos Pérez Sierra, professeur de français pendant huit ans dans le Secondaire et professeur à l’École officielle de langue, Madrid-Goya, depuis maintenant six ans. "Nos élèves ont commencé depuis début octobre les cours. Malheureusement, lorsque les cours ont commencé, il nous manquait encore plusieurs professeurs à mi-temps et des élèves ont dû rentrer chez eux ". Depuis, l'EOI Goya a reçu les professeurs qui lui manquaient. Pour Carlos cependant, les mesures ont été appliquées de façon désorganisée. "La communauté a pris cette décision en sachant qu’à cette époque (puisque c’est elle qui fixe le calendrier académique) beaucoup d'élèves sont inscrits dans les écoles de langue. Autrement dit, cela a provoqué un véritable chaos : nous avons dû réorganiser les horaires et les groupes". Et d'ajouter : "L’an dernier j’avais trois groupes de français, cette année j’en ai cinq, avec minimum 26 élèves par classe. Un professeur prépare ces cours, il y passe du temps. Là, on nous demande de faire du bâclé".  

Le français mis à mal dans les lycées publics madrilènes
Dans la communauté de Madrid, l’apprentissage de la deuxième langue n’est pas obligatoire, mais optionnel. Le français fait donc partie des options, comme d’autres langues ou comme le théâtre et la communication. "La Communauté de Madrid mise sur l’apprentissage d’une unique première langue. Les autres langues sont délaissées alors qu’il serait logique de penser à l’apprentissage d’une troisième langue, si on en domine déjà deux", estime Carlos.  
Autre facette de l’enseignement dans les établissements secondaires : les "materias afines" ou "matières voisines". Des professeurs (intérimaires et fonctionnaires) se verraient attribuer des matières pour lesquelles ils ne sont pas formés. Le 27 septembre, le quotidien 20minutos dans un article intitulé "Je donne des cours de français, mais je ne le parle pas", publiait le témoignage d'une professeure de langue (espagnol) expliquant qu’elle aurait à donner des cours de latin et de français. Une mesure exceptionnelle en train de se généraliser ?
À Getafe, les professeurs se plaignent du dispositif. "Dans les lycées de Getafe, des professeurs d´éducation sportive doivent donner des cours de biologie. Les intérimaires ont une fonction vitale au sein des établissements et dans mon établissement", indique José-Luis, professeur de langue au lycée José Hierro de Getafe, "nous ne sommes plus en mesure de proposer des classes de français à nos élèves".

Audrey CORDOVA (www.lepetitjournal.com - Espagne) Mercredi 19 octobre 2011


Lire aussi :

TEMOIGNAGE - Jérôme, professeur de français vacataire à Madrid
Il a travaillé pendant 5 ans en tant que vacataire, dans différents établissements de la banlieue madrilène. En fin d'année scolaire, comme nombre d'autres collègues, il a commencé à sentir le vent tourner. Entre rumeurs et confirmations de la rumeur, ce Français a dû faire face à la rentrée aux mesures d'austérité de la communauté. Sans poste cette année, c'est la galère de la recherche d'une place et la colère face au traitement reçu. Rencontre

 

 

 

 

 

 

INTERVIEW - Pascal Sanchez : "L’enseignement du français n’obtient pas en Espagne le soutien qu’il devrait avoir dans la logique bilatérale"
Attaché de coopération éducative au sein de l'Ambassade de France en Espagne, Pascal Sanchez supervise notamment l'enseignement de la langue de Molière dans la Péninsule. Si l'apprentissage du français en Espagne constitue aujourd'hui un enjeu majeur pour l'Hexagone et fait écho au formidable engouement que connaît la langue espagnole en France, force est de constater que son développement n’est pas servi par la politique en faveur du plurilinguisme conduite en Espagne
 
Madrid

LÉGISLATIVES 2017 - La parole à Natacha Barral, candidate du FN

Les Français installés à l'étranger sont appelés aux urnes les 4 et 18 juin prochains afin d'élire les députés qui les représenteront à l'Assemblée nationale. Tous les jours jusqu'aux élections, lepetitjournal.com donne la voix à chaque candidat pour qu'il puisse se présenter aux Français d'Espagne. Ils sont 84.730 électeurs à être inscrits sur les listes électorales en Espagne, pour un total de 112.029 électeurs pour l'ensemble de la 5ème…
Actualité Espagne

LÉGISLATIVES 2017 - La parole à Natacha Barral, candidate du FN

Les Français installés à l'étranger sont appelés aux urnes les 4 et 18 juin prochains afin d'élire les députés qui les représenteront à l'Assemblée nationale. Tous les jours jusqu'aux élections, lepetitjournal.com donne la voix à chaque candidat pour qu'il puisse se présenter aux Français d'Espagne. Ils sont 84.730 électeurs à être inscrits sur les listes électorales en Espagne, pour un total de 112.029 électeurs pour l'ensemble de la 5ème circonscription des Français de l'Étranger, correspondant aux citoyens français installés en Espagne, au Portugal, en Andorre et à Monaco
Une internationale

TENDANCE – Le Fidget Spinner, ce jouet qui rend accro

Le Fidget Spinner. Si vous n'avez pas d'enfants vous ignorez peut-être ce que c'est mais dans les cours de récré du monde entier, il fait un vrai ravage. Cette espèce de toupie est devenue en quelques semaines un vrai phénomène de mode et le jouet le plus vendu sur Amazon. De quoi s'agit-il exactement ? Notre édition de Perth vous propose de découvrir tout ce qu'il y a à savoir sur ce mystérieux objet !
Actu internationale
En direct d'Europe
Turin - Actualité

«Connaissez-vous Turin ?»

Cette question de Nietzsche vaut la peine d'être remise à l'ordre du jour. Car que connaissons nous de Turin aujourd'hui ? Quelle image…
Expat
Expat - Emploi

COACHING - Comment réinventer sa carrière grâce à une non-équivalence des diplômes à l’étranger

Vous êtes psychologue, sage-femme, orthophoniste, juriste, avocate, médecin, pharmacienne….et votre diplôme n’est pas reconnu dans le pays dans lequel vous vivez. Cela fait plusieurs années que vous exerciez ou bien, vous venez juste de terminer votre formation dans le cadre d’une reconversion, vos perspectives sont les mêmes : il est tout à fait possible de réinventer positivement votre carrière. 

COACHING - Avancer sans bouger...

Vous tournez en rond, sans but précis. Vous vous sentez triste, insatisfait, perdu, frustré, bloqué voire inutile ? Dans sa nouvelle rubrique, Nicolas Serres Cousiné vous dévoile la première étape pour avancer sereinement vers une vie qui vous ressemble : commencez par ne plus bouger !
Expat - Politique

REPUBLIQUE EN MARCHE – Qui sont les candidats pour les Français de l’étranger ?

Ils sont inconnus du grand public et pourtant, forts du score important d’Emmanuel Macron à l’étranger, ils pourraient créer la surprise et vous représenter à l’Assemblée nationale. Jeunes ou moins jeunes, issus de la société civile, de la tech ou dans la politique de longue date, on lève le voile sur leurs profils et leurs ambitions
Magazine