XXII SOMMET IBÉRO-AMÉRICAIN - L’Amérique latine d'égale à égale avec l'Espagne

C'est l'un des corolaires de la crise politico-économique que traverse l'Espagne : freinée dans sa course à la croissance, la neuvième puissance mondiale voit se rapprocher ses anciennes colonies dans la compétition internationale. Vendredi et samedi à Cadix, en Andalousie, une vingtaine de pays d'Amérique latine viendront démontrer leur bonne santé économique aux yeux de la "vieille Europe", dans le cadre du XXIIe sommet ibéro-américain

VIII Conférencea Iberoamericaine des Ministres de l'Emploi et de la Sécurité Sociale
(Photo Archives Ministerio de Empleo y Seguridad Social)

L’Amérique latine d'égale à égale avec l'Espagne. Qui l'aurait cru il y a vingt et un ans, quand le premier sommet politique ibéro-américain avait pour simple intention de forger une communauté entre les anciennes métropoles ibériques (Portugal comprise) et leurs ex-colonies américaines sans remettre en cause les positions ? A cette époque-là, l'Espagne ne connaissait pas la crise, l'Amérique latine balbutiait son économie. Deux décades plus tard, ce sont des trajectoires inverses qui opposent les deux blocs politiques unis par une même langue et un héritage culturel commun : le "Nouveau Monde" foisonne de richesses quand la "vieille Europe" tangue dangereusement.

Vers des relations bilatérales plus équilibrées
Dans ce contexte, le XXIIe sommet ibéro-américain va s'ouvrir ce vendredi à Cadix, la belle andalouse aux yeux de velours. De nombreux chefs d’États et de gouvernements sont attendus, à commencer par le roi d'Espagne Juan Carlos, qui inaugurera ces deux jours de sommet politique annuels. Le Premier ministre Mariano Rajoy devrait présenter ce congrès comme celui de la rénovation des relations ibéro-américaines, non plus d'ex-métropole à ex-colonies mais d'égal à égal, ce qui marque un tournant dans les relations bilatérales entre les deux continents.



La crise diplomatique de l'an dernier au rayon des vieux souvenirs

Déjà l'année dernière, onze chefs d’États de pays d'Amérique latine avaient plus ou moins snobé le sommet d'Asunción, au Paraguay, montrant ainsi un signe d'irrévérence à leur ancienne métropole qu'il fallait comprendre comme un signe d'émancipation : parmi les absents figuraient la Brésilienne Dilma Rousseff, l'Argentine Cristina Fernandez de Kirchner, le Vénézuélien Hugo Chavez, le Colombien Juan Manuel Santos et le Cubain Raul Castro. El Pais avait alors titré : "L’Amérique latine tourne le dos à l'Europe." Cette année, la chef de gouvernement argentin a déjà fait savoir qu'elle ne se déplacerait pas en Andalousie pour des raisons de santé (elle souffre d'hypertension artérielle chronique). Hugo Chavez et Raul Castro, eux, n'ont toujours pas fait savoir s'ils assisteraient aux échanges, mais leur silence laisse à penser qu'ils ne viendront pas. Les autres dirigeants d'Amérique latine devraient être de la partie, ce qui laisse envisager que la crise diplomatique est terminée.

La question de la coopération économique au centre des débats
Les relations ibéro-américaines sont donc en voie de stabilisation. Et c'est un bon signe car les deux blocs politiques sont inter-dépendants dans leur économie : l'Espagne puise chaque année ses matières premières dans les mines du Brésil ou les forêts d'Amazonie quand les pays d'Amérique latine scrutent chaque jour avec un œil inquiet l’essoufflement de la société de consommation européenne, préjudiciable pour la croissance de leurs PIB (estimée globalement à 5% ces dernières années). Ce n'est pas un hasard si la question d'une meilleure coopération économique sera au centre des débats pendant ces deux jours de discussion. Reste à savoir si ce regain de travaux en commun sera suivi d'actes concrets. Le sommet ibéro-américain, faute d'avancées significatives ces dernières années, était menacé d'extinction. En cette fin de semaine, il en ira de sa bonne continuité : on parle déjà de le rendre bisannuel.

Damien LEMAÎTRE (www.lepetitjournal.com - Espagne) Mercredi 14 novembre 2012

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite

Madrid
Actualité Espagne

PRATIQUE – En savoir plus sur les commissions bancaires facturées en Espagne

L’une des premières démarches à réaliser lors d’une installation à l’étranger, c’est l’ouverture d’un compte bancaire. Le montant des commissions de gestion de compte courant est un critère très important à l’heure de choisir une banque. Une fois le compte ouvert, il est judicieux de se pencher sur ses relevés périodiques afin d’en analyser le contenu. Quels sont les frais bancaires qui sont facturés par les banques espagnoles, et quelles sont les différences avec la France ? Enquête
A la une

Le dernier grand voyage vers l'île de Sainte-Hélène

Cinq jours aller, cinq jours retour: Sainte-Hélène, l'île où Napoléon vécut les dernières années de sa vie, est l'une des dernières destinations que l'on ne peut atteindre qu'après un long voyage en mer. Une traversée déjà teintée de nostalgie, car le bateau sera bientôt remplacé par un avion bien moins romantique.
France/Monde
En direct d'Europe
Varsovie - Actualité

UKRAINE-UE - Immigration

Rzeczpospolita écrit qu’en dépit des déclarations de plein soutien à l’Ukraine émanant des autorités polonaises, rares sont les Ukrainiens…
Expat
Expat - Emploi

ENTREPRENEURS & SAC À DOS – Un tour d’Asie de l’entrepreneuriat

http://entrepreneurs-et-sac-a-dos.com/
Marlène et Cyrille sont partis découvrir l’entrepreneuriat sous toutes ses formes au cours d’une traversée de l’Asie. Jeunes et passionnés, ils partent à l’aventure avec leurs économies à la recherche de modèles d’entrepreneuriat social et responsable sous le nom d’ « Entrepreneurs et sac à dos ».
Expat - Politique

THIERRY MARIANI – "Il faut que notre diplomatie serve les intérêts de la France"

Thierry Mariani
Député de la XIème circonscription des Français de l’étranger (Asie Océanie), Thierry Mariani était à Singapour pour célébrer, avec la communauté française, le 50ème anniversaire de la cité Etat. L’occasion d’évoquer avec lui Singapour, les Français de l’étranger, et la nécessité, sur le plan diplomatique de distinguer entre les zones où dominent les enjeux économiques et celles qui restent essentiellement confrontées à des problèmes de sécurité.

TAHAR BEN JELLOUN – Le conteur arabe qui écrit dans la langue de Molière

Tahar Ben Jelloun a rencontré son premier succès populaire en 1985 grâce au roman "L’enfant de sable". Il est couronné deux ans plus tard par le prestigieux prix Goncourt, avec "La nuit sacrée". A l’occasion de la 20e édition de la fête de la francophonie, il est venu à la rencontre de ses lecteurs de Shanghai.
Magazine
Les trophées

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Une soirée de gala au Quai d’Orsay pour les lauréats

Pour la troisième édition des Trophées des Français de l’étranger, plus de 300 personnes étaient réunies mardi 17 mars au Quai d’Orsay pour récompenser les lauréats. Ces sept expatriés aux parcours exceptionnels, faisant rayonner la France au-delà de ses frontières grâce à leurs projets variés, étaient à l’honneur. Aux côtés du Secrétaire d’Etat chargé des Français de l’étranger, Matthias Fekl, sénateurs, députés et partenaires étaient présents pour la cérémonie.

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L’ÉTRANGER – Découvrez les lauréats 2015

lepetitjournal.com met à l’honneur nos compatriotes avec les Trophées des Français de l'étranger. Découvrez les lauréats de cette troidième édition. Ils sont luthier au Portugal, entrepreneur au Vietnam, artiste scupteur en Thaïlande, apprenti forgeron au Japon, ils ont fondé une école au Danemark, une ONG au Cambodge ou voué leur vie à l'agro-écologie en Afrique...Tous ont en commun un engagement et un parcours exceptionnels. Ils ont été récompensé hier soir au Quai d'Orsay, lors d'une soirée de gala