GREVE GENERALE – 14N : mobilisation nocturne autour du Congrès

Dans la série des manifestations contre la politique du gouvernement, un nouvel épisode va bientôt s’écrire. Demain, une partie importante du territoire européen (Espagne, France, Portugal, Grèce, Italie, Belgique… 23 pays au total) comptera de nombreux services paralysés, suite à la grève générale négociée par les syndicats. Pour appuyer ce mouvement, le collectif Coordinadora#25s, à l’origine de l’opération "Rodea el Congreso", appelle à une mobilisation nocturne

(Photo archives lepetitjournal.com)

A l’initiative des syndicats UGT (Union Générale des Travailleurs) et CCOO (Confédération Syndicale des Commissions Ouvrières), la grève générale du 14 novembre risque de perturber fortement le quotidien des Espagnols. Pour les Madrilènes habitués à prendre le métro, il faudra compter avec seulement 35% des rames disponibles aux heures de pointe, et un petit 30% pour le reste de la journée. Le scénario est quasi-identique en ce qui concerne le réseau des bus (voir encadré). En soutien à ce mouvement social, le collectif Coordinadora#25s, fer de lance de la protestation populaire espagnole depuis cet été, y va de son grain de sel. Fort de ses précédentes actions collectives (voir nos articles : 25S et 23O), les gérants de la plateforme numérique donnent rendez-vous aux indignés à 19h30 place de Neptune, nouveau symbole de contestation.

Les manifestants encore présents pour accueillir les députés jeudi matin
"La nuit de la dignité et de l’indignation citoyenne". C’est le nom donné à l’événement organisé par le collectif. Inspiré des "Acampadas", ces campements formés lors du 15M, il invite les participants à passer la nuit du mercredi 14 au jeudi 15 novembre sur la place de Neptune. Non sans raison. En effet, les manifestants devraient encore être là lorsque les députés arriveront jeudi matin au Congrès, alors qu’une séance plénière y est prévue. Pour sûr, c’est à coup de "Démission" et de "Stop aux coupes budgétaires" qu’ils seront accueillis.

"Nous n’avons pas peur"
Sur son site, le collectif affirme : "Nous n’avons pas peur". Ni de la longueur de la nuit, ni du froid, ni de la fatigue accumulée après une journée de manifestation. Les manifestants semblent déterminés à montrer une fois de plus leur indignation face aux politiques du gouvernement. Ils dénoncent les coupes budgétaires, l’austérité comme solution face à la crise, et les expulsions des familles qui ne peuvent plus payer leur loyer. Un message qui vise à mobiliser les couches sociales les plus touchées par la crise : "les travailleurs, les chômeurs, les expulsés, les jeunes sans futur". Sur Twitter, les Indignés d’Europe font entendre leur voix, regroupés sous la bannière "#14NRiseUp".

Dix-huit députés soutiennent la grève

Certains députés n’assisteront pas à ce rassemblement populaire. Selon Europa Press, dix-huit d’entre eux soutiendront la grève générale et ne participeront pas à la séance plénière du jeudi 15 novembre, durant laquelle aura lieu un débat final sur le vote du budget étatique de 2013.

INFOS PRATIQUES
> Les transports les plus touchés. En Espagne, un TGV sur cinq circulera mercredi, un train de banlieue sur trois et une rame de bus et de métro sur trois, aux heures de pointe (6 h 30 - 9 h 30 et 16 h 30 - 20 h 30). Le secteur aérien est aussi très concerné : Iberia, principale compagnie espagnole, a déjà annoncé la suppression de 350 de ses vols. Sur le territoire intérieur, seul un vol sur dix sera assuré. Les liaisons européennes, une sur cinq ; extra-européennes, 40 %, et inter-insulaires (Baléares et Canaries), une sur deux. À Barcelone, le service de navette Aerobus fonctionnera à moitié, avec une rotation assurée sur deux tout au long de la journée. Le trafic maritime sera également à l'arrêt : il n'y aura que trois aller-retour entre la péninsule et les Baléares, un vers Melilla, un vers les Canaries et deux vers Ceuta. Des débrayages importants parmi le personnel de chaque mode de transport sont également attendus : à la Renfe par exemple, un employé sur dix sera à son poste pour renseigner les voyageurs et vendre des billets.
> L'enseignement également paralysé. En Catalogne, les garderies seront tenues par une personne sur trois. Dans les écoles primaires, il n'y aura qu'un enseignant pour six classes. Même constat à Madrid, avec le directeur de l'établissement et un autre membre de la direction qui seront réquisitionnés pour tenir chaque établissement scolaire. Globalement en Espagne, la majorité des syndicats de l'école publique ont exprimé leur soutien à cette journée de grève et appelé à une large mobilisation, du personnel mais aussi des syndicats d'étudiants. Les associations de parents d'élèves sont plus partagées.
> La santé au régime strict. Tous les services d'urgence fonctionneront normalement en Catalogne. A Madrid, les unités d'oncologie, de soins palliatifs, de protection SIDA et de transports d'organe tourneront à leur régime minimum, avec 35 % du service assuré. Des difficultés sont à prévoir dans les hôpitaux publics d'Espagne, durement touchés cette année par des coupes budgétaires.

Arnaud ROY et Damien LEMAITRE (www.lepetitjournal.com - Espagne)  Mardi 13 novembre 2012
Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

 
Madrid

FITUR 2017 - Le tourisme à la fête à Madrid

Cette semaine, la capitale espagnole accueille la trente-septième édition du FITUR ( salon international du tourisme de Madrid) et compte bien une fois de plus en faire un événement suivi et partagé. Entre rencontres destinées aux professionnels et activités ouvertes au grand public, le salon s'érige en événement de référence du secteur touristique
Actualité Espagne

E-COMMERCE - Un secteur en plein boom en Espagne

Le commerce électronique croît à un rythme très soutenu partout dans le monde. On estime que 44% des personnes ont effectué un achat sur internet en 2015. Un pourcentage qui tend à augmenter encore considérablement. En Espagne, la tendance est très forte, si bien que le e-commerce s'impose comme une stratégie de croissance pour les entreprises
Une internationale

TÉLÉTRAVAIL – Les entreprises françaises championnes!

Je télétravaille, tu télétravailles, ils télétravaillent… Plus de 70% des entreprises françaises autorisent à des degrés divers leurs salariés à travailler depuis leur domicile. Elles répondent à une demande des salariés qui invoquent en premier lieu un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Pour les expatriés, le télétravail peut aussi être un moyen de mieux appréhender la mobilité souvent inhérente aux carrières…
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

TÉLÉTRAVAIL – Les entreprises françaises championnes!

Je télétravaille, tu télétravailles, ils télétravaillent… Plus de 70% des entreprises françaises autorisent à des degrés divers leurs salariés à travailler depuis leur domicile. Elles répondent à une demande des salariés qui invoquent en premier lieu un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Pour les expatriés, le télétravail peut aussi être un moyen de mieux appréhender la mobilité souvent inhérente aux carrières internationales.

GWENAELLE DE BIZEMONT - "Dubaï nous offre la possibilité d’entreprendre"

Femme d’expatriée, ayant vécu dans six pays différents en vingt ans, Gwenaëlle de Bizemont pose ses valises en 2005 à Dubaï. Entrepreneuse depuis toujours avec la création de huit (!) sociétés à son actif, Gwenaëlle nous parle de son dernier projet et de sa vision du monde des affaires à Dubaï. 
Expat - Politique

ELECTIONS – Trop coûteuses pour des Français de l’étranger peu mobilisés ?

Entre 2011 et 2014, le coût des élections organisées pour les Français établis hors de France a été supérieur à 34 millions d’euros, un montant pointé par la Cour des Comptes qui s’inquiète de nombreuses faiblesses relatives à la fiabilité de la Liste électorale consulaire ou au vote par internet, et surtout d’une faible participation.

IMPÔT UNIVERSEL – Mélenchon veut en imposer aux expatriés

Le candidat de La France Insoumise à la présidentielle, a annoncé vouloir créer un impôt universel basé sur la nationalité du cotisant, inspiré du modèle américain. Cette proposition censée éviter l'évasion fiscale vise les expatriés payant un faible impôt dans leur pays d'accueil.
Magazine