GREVE GENERALE – 14N : mobilisation nocturne autour du Congrès

Dans la série des manifestations contre la politique du gouvernement, un nouvel épisode va bientôt s’écrire. Demain, une partie importante du territoire européen (Espagne, France, Portugal, Grèce, Italie, Belgique… 23 pays au total) comptera de nombreux services paralysés, suite à la grève générale négociée par les syndicats. Pour appuyer ce mouvement, le collectif Coordinadora#25s, à l’origine de l’opération "Rodea el Congreso", appelle à une mobilisation nocturne

(Photo archives lepetitjournal.com)

A l’initiative des syndicats UGT (Union Générale des Travailleurs) et CCOO (Confédération Syndicale des Commissions Ouvrières), la grève générale du 14 novembre risque de perturber fortement le quotidien des Espagnols. Pour les Madrilènes habitués à prendre le métro, il faudra compter avec seulement 35% des rames disponibles aux heures de pointe, et un petit 30% pour le reste de la journée. Le scénario est quasi-identique en ce qui concerne le réseau des bus (voir encadré). En soutien à ce mouvement social, le collectif Coordinadora#25s, fer de lance de la protestation populaire espagnole depuis cet été, y va de son grain de sel. Fort de ses précédentes actions collectives (voir nos articles : 25S et 23O), les gérants de la plateforme numérique donnent rendez-vous aux indignés à 19h30 place de Neptune, nouveau symbole de contestation.

Les manifestants encore présents pour accueillir les députés jeudi matin
"La nuit de la dignité et de l’indignation citoyenne". C’est le nom donné à l’événement organisé par le collectif. Inspiré des "Acampadas", ces campements formés lors du 15M, il invite les participants à passer la nuit du mercredi 14 au jeudi 15 novembre sur la place de Neptune. Non sans raison. En effet, les manifestants devraient encore être là lorsque les députés arriveront jeudi matin au Congrès, alors qu’une séance plénière y est prévue. Pour sûr, c’est à coup de "Démission" et de "Stop aux coupes budgétaires" qu’ils seront accueillis.

"Nous n’avons pas peur"
Sur son site, le collectif affirme : "Nous n’avons pas peur". Ni de la longueur de la nuit, ni du froid, ni de la fatigue accumulée après une journée de manifestation. Les manifestants semblent déterminés à montrer une fois de plus leur indignation face aux politiques du gouvernement. Ils dénoncent les coupes budgétaires, l’austérité comme solution face à la crise, et les expulsions des familles qui ne peuvent plus payer leur loyer. Un message qui vise à mobiliser les couches sociales les plus touchées par la crise : "les travailleurs, les chômeurs, les expulsés, les jeunes sans futur". Sur Twitter, les Indignés d’Europe font entendre leur voix, regroupés sous la bannière "#14NRiseUp".

Dix-huit députés soutiennent la grève

Certains députés n’assisteront pas à ce rassemblement populaire. Selon Europa Press, dix-huit d’entre eux soutiendront la grève générale et ne participeront pas à la séance plénière du jeudi 15 novembre, durant laquelle aura lieu un débat final sur le vote du budget étatique de 2013.

INFOS PRATIQUES
> Les transports les plus touchés. En Espagne, un TGV sur cinq circulera mercredi, un train de banlieue sur trois et une rame de bus et de métro sur trois, aux heures de pointe (6 h 30 - 9 h 30 et 16 h 30 - 20 h 30). Le secteur aérien est aussi très concerné : Iberia, principale compagnie espagnole, a déjà annoncé la suppression de 350 de ses vols. Sur le territoire intérieur, seul un vol sur dix sera assuré. Les liaisons européennes, une sur cinq ; extra-européennes, 40 %, et inter-insulaires (Baléares et Canaries), une sur deux. À Barcelone, le service de navette Aerobus fonctionnera à moitié, avec une rotation assurée sur deux tout au long de la journée. Le trafic maritime sera également à l'arrêt : il n'y aura que trois aller-retour entre la péninsule et les Baléares, un vers Melilla, un vers les Canaries et deux vers Ceuta. Des débrayages importants parmi le personnel de chaque mode de transport sont également attendus : à la Renfe par exemple, un employé sur dix sera à son poste pour renseigner les voyageurs et vendre des billets.
> L'enseignement également paralysé. En Catalogne, les garderies seront tenues par une personne sur trois. Dans les écoles primaires, il n'y aura qu'un enseignant pour six classes. Même constat à Madrid, avec le directeur de l'établissement et un autre membre de la direction qui seront réquisitionnés pour tenir chaque établissement scolaire. Globalement en Espagne, la majorité des syndicats de l'école publique ont exprimé leur soutien à cette journée de grève et appelé à une large mobilisation, du personnel mais aussi des syndicats d'étudiants. Les associations de parents d'élèves sont plus partagées.
> La santé au régime strict. Tous les services d'urgence fonctionneront normalement en Catalogne. A Madrid, les unités d'oncologie, de soins palliatifs, de protection SIDA et de transports d'organe tourneront à leur régime minimum, avec 35 % du service assuré. Des difficultés sont à prévoir dans les hôpitaux publics d'Espagne, durement touchés cette année par des coupes budgétaires.

Arnaud ROY et Damien LEMAITRE (www.lepetitjournal.com - Espagne)  Mardi 13 novembre 2012
Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

Madrid

RUGBY - Où voir les matches du XV de France à Madrid ?

RUGBY,matches,XV de France à Madrid,Madrid,lepetitjournal.com,Espagne
C'est parti ! Le Tournoi des Six Nations débute cette semaine et dès samedi les Bleus seront opposés à l'équipe d'Ecosse. Après son dernier grand chelem en 2010, la France n'a plus remporté le Tournoi. Cette année sera-t-elle la bonne ? Pour le savoir, rien de plus simple que de suivre les matches, en direct, à Madrid
Actualité Espagne

RETRAITE - L’Espagne, eldorado du troisième âge français

RETRAITE,soins médicaux, loisirs, gastronomie, infrastructures,Espagne,Madrid,lepetitjournal.com,Espagne
Dans un récent palmarès des destinations les plus attractives pour les retraités, l’Espagne se retrouve sans surprise dans le peloton de tête. Qualité des soins médicaux, loisirs, gastronomie, infrastructures et évidemment accessibilité y sont pour beaucoup.
A la une

EXPATRIATION - La Coréegraphie

Le W Project s'est rendu à Séoul, Corée du Sud. Quelle surprise ! A vrai dire nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre… mais le wifi et les téléphones gratuits dans le métro nous ont vite convaincus ! Le pays le plus connecté au monde renferme en effet de belles opportunités… à condition de faire les efforts nécessaires et apprendre cette complexe chorégraphie qu’est le business coréen. Reportage vidéo
France/Monde
En direct d'Europe
Francfort - Actualité

SPORT – Reprise de la Bundesliga

Après plus d’un mois de pause les clubs de football allemands reprennent ce week-end la compétition avec la 18ème journée de Bundesliga
Les trophées
Expat
Expat - Emploi

EXPATRIATION - La Coréegraphie

Le W Project s'est rendu à Séoul, Corée du Sud. Quelle surprise ! A vrai dire nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre… mais le wifi et les téléphones gratuits dans le métro nous ont vite convaincus ! Le pays le plus connecté au monde renferme en effet de belles opportunités… à condition de faire les efforts nécessaires et apprendre cette complexe chorégraphie qu’est le business coréen. Reportage vidéo

EXPATRIATION - L'ombre de mon mari

"Après plusieurs expatriations, et à tout juste 34 ans, l'avenir de mon mari s’annonce brillant. Le mien ? Ce déménagement super glamour à Rome il y a déjà 9 mois est la tragique confirmation que je suis devenue malgré moi, l’ombre de mon mari, ou encore pire, « l’ombre de son ombre » comme le chantait Brel. À force de ne penser qu’aux autres et surtout à lui, je me suis oubliée en route. Je n’existe plus".
Expat - Politique

VENTE D'IMMOBILIER À L'ETRANGER – La France dilapide-t-elle son patrimoine ?

En 2011, le patrimoine immobilier de la France à l'Etranger (consulats, ambassades, instituts français, etc) s'élevait à 1.500 biens répartis dans 160 pays, pour une valeur d'environ 5 milliards d'euros. Au cours des six dernières années, 152 biens auraient été vendus par le Ministère des Affaires Etrangères pour une valeur totale de 307 millions d’euros. L'ambassadeur de France en Malaisie nous explique l'impact de cette politique
Magazine
Francophonie