ÉCO - Le spectre d'un sauvetage européen s'éloigne. L'Espagne garde la tête sous l'eau

Par la grâce de nouvelles émissions de bons du Trésor sur le marché obligataire, le gouvernement espagnol a bouclé jeudi dernier son programme de financement pour 2012. C'est une agréable surprise, qui devrait permettre au Premier ministre Mariano Rajoy de remiser l'aide financière de l'Europe à plus tard

Evolution de la prime de risque espagnole (Source eInforma.com)

L'Espagne veut se débrouiller toute seule et elle le montre. En émettant mercredi dernier sur le marché obligataire des bons du Trésor public, la quatrième puissance économique de la zone euro a emprunté la bagatelle de 4,763 milliards d'euros, qui lui permettent instantanément de boucler son programme de financement pour 2012, estimé à 86 milliards d'euros. En clair, elle a joint les deux bouts pour cette année, et peut s'en féliciter.

Attitude payante

Depuis le mois de septembre, l'ombre d'un sauvetage financier diligenté par l'Union européenne planait au-dessus du gouvernement Rajoy, qui avait d'emblée adopté la posture de "la patate chaude", repoussant coûte que coûte la main tendue par Bruxelles. Sur le court terme, cette attitude exonère son pays de vendre une partie de sa dette à la banque centrale européenne et donc d'être pieds et mains liés à la Commission européenne.

La crise est toujours là
Mais cette bonne nouvelle n'efface pas la situation économique détestable qu'endurent les 47 millions d'Espagnols. Elle ne fait que repousser une échéance. Bruxelles indiquait précisément la semaine dernière ses prévisions en matière de déficit et de croissance pour la quatrième puissance économique de la zone euro. Et elles ne sont pas bonnes : selon la Commission européenne, l'Espagne ne devrait pas atteindre ses objectifs de réduction budgétaire en 2013 ni en 2014 puisque le taux restera au-dessus de 6 % (contre 4,5 et 2,8% espérés par Madrid). Idem pour l'évolution du Produit intérieur brut : l'indice de richesse espagnole devrait constater un nouveau repli d'1,4% pour l'année prochaine. Et que dire de la dette, qui s'aggrave toujours un peu plus à mesure que les jours passent.

La banque centrale européenne tend toujours sa main
C'est dans ce contexte inattendu que le président de la banque centrale européenne, Mario Draghi, s'est exprimé jeudi sur l'Espagne, à l'issue d'une réunion mensuelle sur la politique monétaire menée par Francfort. Selon différents médias européens, il a réitéré sa proposition de sauvetage financier au gouvernement de Mariano Rajoy en réaffirmant les règles du jeu : "C'est au pays concerné de faire le premier pas pour activer le mécanisme. En aucun cas nous n'interviendrons." Et d'ajouter, répondant aux interrogations du Premier ministre sur les contraintes engendrées par un tel contrat : "On ne peut rien garantir pour le moment. Il n'y a aucun quiproquo automatique." La balle est donc plus que jamais dans le camp de Madrid pour décider de son avenir. Vendredi soir, la prime de risque espagnole culminait à 448 points (5,82%). Elle a atteint la semaine dernière son niveau le plus haut depuis début octobre, preuve que les investisseurs restent méfiants vis à vis de l'économie espagnole, en dépit des manoeuvres gouvernementales pour repousser le sauvetage européen.

Damien LEMAÎTRE (www.lepetitjournal.com - Espagne) Lundi 12 novembre 2012

Inscrivez vous à notre newsletter gratuite

 
Madrid

ÉRIC BESNARD : "Je voulais faire un film sur la force du faible"

Lumineux, délicat, sensuel et charmant. Voilà comment on pourrait définir le dernier film du réalisateur français Eric Besnard. "Le Goût des merveilles" ("Pastel de pera con lavanda") sort cette semaine en Espagne. Située au cœur de la Drôme provençale, l´histoire que nous propose Besnard parle d´amour entre deux êtres apparemment très différents. Louise, jeune veuve qui élève seule ses enfants et lutte pour conserver son exploitation agricole…
Actualité Espagne

CINÉMA - De nouveaux films français sur les écrans en août

De plus en plus, le mois d´août devient une époque de sorties importantes au cinéma. Une sorte de pré-rentrée cinématographique qui permet à tous ceux qui resteront en ville de pouvoir se délecter avec des films pour tous les goûts. Parmi les nouveautés françaises, voici trois long-métrages intéressants (une comédie, un drame et un documentaire) ainsi qu´un film suisse, auquel nous tenons spécialement, qui ramène à notre enfance
Une internationale

CHERI(E) ON S’EXPATRIE ! – Et le couple dans tout ça ?

On aurait tendance à oublier, voire à occulter, que l’expatriation peut être délicate pour les couples avec son lot de surprises, de challenges, de remises en question. Pour traverser sans dommages ce "big bang personnel", ne manquez pas le "guide de survie à l’usage des couples aventuriers", d’Alix Carnot. Drôle et pratique, il donne des clés pour partir averti, et revenir à deux.
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

GAME CHANGERS - Le témoignages de celles et ceux qui "disruptent" le jeu à l’international

Qui sont les Game Changers ? Celles/ceux qui incarnent l'agilité, l'audace et la transformation. Lors de la récente conférence de l’International au Féminin, étaient invitées stars de l'E-commerce, chefs d'entreprise, responsables innovation d’entreprises libérées, VP International de grands groupes, Startupeuses. Voici les secrets de celles et ceux qui ouvrent l'horizon et partagent les clefs de leur réussite.

EXPATRIATION - Pourquoi se reconvertir est important ?

Que vous soyez une femme, un homme, le conjoint suiveur ou le/la salarié(e) qui est expatrié(e), la problématique est totalement identique. Il arrive des moments (une expatriation ou une nième expatriation, un accouchement, un burn-out ou tout autre évènement) qui peuvent être un déclencheur. Ce(s) moment(s) permettent de « sortir la tête du guidon » et nous aident à prendre du recul pour nous apercevoir que nous avons été, jusque-là, en mode automatique. Nous avons suivi un chemin sans même nous poser trop de questions et/ou prendre de vraies décisions quant à la vie que nous souhaitons avoir.
Expat - Politique

MATTHIAS FEKL – "Il ne faut pas affoler tout le monde avec le Brexit"

Bientôt deux ans que Matthias Fekl occupe le poste de secrétaire d’Etat au commerce extérieur, à la promotion du tourisme et aux Français de l’étranger. Le ministre est confronté à de nombreux chantiers à commencer par les négociations en vue du futur traité transatlantique, le TTIP. Plus récemment s’est aussi posé le problème des Français au Royaume-Uni. Retour sur les principaux enjeux de la fonction de Matthias Fekl. 
Magazine