ÉCO - Le spectre d'un sauvetage européen s'éloigne. L'Espagne garde la tête sous l'eau

Par la grâce de nouvelles émissions de bons du Trésor sur le marché obligataire, le gouvernement espagnol a bouclé jeudi dernier son programme de financement pour 2012. C'est une agréable surprise, qui devrait permettre au Premier ministre Mariano Rajoy de remiser l'aide financière de l'Europe à plus tard

Evolution de la prime de risque espagnole (Source eInforma.com)

L'Espagne veut se débrouiller toute seule et elle le montre. En émettant mercredi dernier sur le marché obligataire des bons du Trésor public, la quatrième puissance économique de la zone euro a emprunté la bagatelle de 4,763 milliards d'euros, qui lui permettent instantanément de boucler son programme de financement pour 2012, estimé à 86 milliards d'euros. En clair, elle a joint les deux bouts pour cette année, et peut s'en féliciter.

Attitude payante

Depuis le mois de septembre, l'ombre d'un sauvetage financier diligenté par l'Union européenne planait au-dessus du gouvernement Rajoy, qui avait d'emblée adopté la posture de "la patate chaude", repoussant coûte que coûte la main tendue par Bruxelles. Sur le court terme, cette attitude exonère son pays de vendre une partie de sa dette à la banque centrale européenne et donc d'être pieds et mains liés à la Commission européenne.

La crise est toujours là
Mais cette bonne nouvelle n'efface pas la situation économique détestable qu'endurent les 47 millions d'Espagnols. Elle ne fait que repousser une échéance. Bruxelles indiquait précisément la semaine dernière ses prévisions en matière de déficit et de croissance pour la quatrième puissance économique de la zone euro. Et elles ne sont pas bonnes : selon la Commission européenne, l'Espagne ne devrait pas atteindre ses objectifs de réduction budgétaire en 2013 ni en 2014 puisque le taux restera au-dessus de 6 % (contre 4,5 et 2,8% espérés par Madrid). Idem pour l'évolution du Produit intérieur brut : l'indice de richesse espagnole devrait constater un nouveau repli d'1,4% pour l'année prochaine. Et que dire de la dette, qui s'aggrave toujours un peu plus à mesure que les jours passent.

La banque centrale européenne tend toujours sa main
C'est dans ce contexte inattendu que le président de la banque centrale européenne, Mario Draghi, s'est exprimé jeudi sur l'Espagne, à l'issue d'une réunion mensuelle sur la politique monétaire menée par Francfort. Selon différents médias européens, il a réitéré sa proposition de sauvetage financier au gouvernement de Mariano Rajoy en réaffirmant les règles du jeu : "C'est au pays concerné de faire le premier pas pour activer le mécanisme. En aucun cas nous n'interviendrons." Et d'ajouter, répondant aux interrogations du Premier ministre sur les contraintes engendrées par un tel contrat : "On ne peut rien garantir pour le moment. Il n'y a aucun quiproquo automatique." La balle est donc plus que jamais dans le camp de Madrid pour décider de son avenir. Vendredi soir, la prime de risque espagnole culminait à 448 points (5,82%). Elle a atteint la semaine dernière son niveau le plus haut depuis début octobre, preuve que les investisseurs restent méfiants vis à vis de l'économie espagnole, en dépit des manoeuvres gouvernementales pour repousser le sauvetage européen.

Damien LEMAÎTRE (www.lepetitjournal.com - Espagne) Lundi 12 novembre 2012

Inscrivez vous à notre newsletter gratuite

Madrid

JEROME BONNAFONT - "On peut aimer plusieurs pays à la fois, mais on n'a qu'une patrie"

jérôme bonnafont, ambassadeur de France en Espagne
Dans le cadre de l'atelier de journalisme animé au Lycée français de Madrid par lepetitjournal.com et le directeur du cycle 3, en collaboration avec l'équipe pédagogique, dix élèves de CM2 ont interviewé début juin l'Ambassadeur de France en Espagne, à la Chancellerie. Les enfants ont pu échanger sur la représentation de la France à l'étranger et l'actualité franco-espagnole. Une véritable plongée dans l'univers de la diplomatie donc, avec…
Actualité Espagne

JEROME BONNAFONT - "On peut aimer plusieurs pays à la fois, mais on n'a qu'une patrie"

jérôme bonnafont, ambassadeur de France en Espagne
Dans le cadre de l'atelier de journalisme animé au Lycée français de Madrid par lepetitjournal.com et le directeur du cycle 3, en collaboration avec l'équipe pédagogique, dix élèves de CM2 ont interviewé début juin l'Ambassadeur de France en Espagne, à la Chancellerie. Les enfants ont pu échanger sur la représentation de la France à l'étranger et l'actualité franco-espagnole. Une véritable plongée dans l'univers de la diplomatie donc, avec découverte et respect du protocole, et même accès à (quelques) secrets divulgués en "off"... Au cours de l'interview, les élèves auront mesuré le poids des responsabilités inhérentes à la profession, sans perdre de vue pour autant l'enfant de leur âge qui, il y a une quarantaine d'années, a décidé que quand il serait grand, il serait ambassadeur
Une internationale
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

INTERNATIONALISATION – Les PME-ETI disent « oui »

L’internationalisation ne se limite pas aux grands groupes et concerne de plus en plus les PME (Petites et Moyennes Entreprises) et les ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire) françaises. Elles sont chaque année plus nombreuses à sauter le pas et à vanter les mérites de l’extension de leur activité à l’étranger. 

ALAIN BENTEJAC – "La compétitivité est un enjeu majeur"

Le Comité National des Conseillers du Commerce Extérieur de la France (CNCCEF) est un réseau mondial d’entrepreneurs français ayant une expérience à l’international. Les CCE sont présents dans 140 pays. Alain Bentéjac en est le Président. Il a pour mission principale de conseiller les pouvoirs publics et de promouvoir l’attractivité du secteur privé français.
Expat - Politique

FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Etude sur le vote par Internet, le cas de la République Tchèque

En 2014, les Français de l'étranger ont à nouveau pu voter par Internet. Si ce moyen est de plus en plus utilisé, l'abstention reste en hausse. Pour tenter d'expliquer ce paradoxe, Alix Guillard a utilisé les données collectées sur sa circonscription de Prague pour y voir plus clair. Curieux sur le fonctionnement des nouvelles technologies en général, Alix Guillard s'intéresse au vote par Internet depuis 2011; il a été suppléant aux élections législatives de 2012 et candidat à l'élection partielle de 2013.

ANNE-MARIE DESCOTES – "Il est nécessaire de prendre en compte les enjeux globaux du développement"

Anne-Marie Descotes est la Directrice Générale à la Mondialisation, au Développement et aux partenariats (DGM) du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International (MAEDI). Nommée par Laurent Fabius à l’été 2013, elle a notamment pour mission d’étendre la diplomatie économique de la France. Lepetitjournal.com l’a rencontrée en pleine préparation de la COP21, la conférence du Bourget sur le climat
Magazine