SOLIDARITE – Un collectif à l’origine de repas-poubelles à Madrid

Si vous avez l’habitude de vous balader dans les quartiers huppés de la ville, vous avez peut-être aperçu des hommes en costume fouiller dans les poubelles au cours de ces derniers mois. Rassurez-vous, ce n’était pas une hallucination ! Le collectif Comida Basura sait être créatif et reconnaît être un peu théâtral à l’occasion. Monté il y a près de deux ans à Madrid, ce dernier a vu son rôle s’amplifier avec la crise. Qui se cache derrière le groupe à qui profitent ses actions ? Explications par l’un des membres réguliers du collectif

"Ce n’est pas parce qu’un poivron n’est pas beau qu’il n’est pas bon !"
Le groupe Comida Basura (repas poubelle) porte bien son nom puisqu'il a pour mission principale de récolter les aliments directement dans les poubelles afin de confectionner des repas destinés aux plus démunis. Ricardo Merino, jeune membre du collectif, explique que le groupe est né d’une nécessité : "De plus en plus de gens ont commencé à faire les poubelles, à la recherche de restes de nourriture". L’idée ne date pas d’hier, "en fait ce type d’initiatives puise son origine aux États-Unis" précise Ricardo. Elle semble depuis avoir fait son chemin à Madrid si l’on en juge aux nombre croissant de personnes bénéficiaires et aux fluctuations constantes de ces membres. "Il nous arrive de préparer des repas pour près de cent cinquante personnes" raconte cet adepte de la récupération d’aliments, "le collectif, quant à lui, est composé de membres en tous genres, on vient vraiment de tous horizons, ce qui permet à chacun d’apporter ses compétences au collectif et de l’aider à avancer". Ricardo, lui, est ingénieur des ponts et chaussées. Son engagement, il l’explique en partie par son incompréhension. "Non, je ne comprends pas ces lois européennes comme espagnoles qui poussent les supermarchés et petits magasins à tout bonnement jeter les produits qui dépassent la date de péremption". "On est trop basés sur l’esthétique des aliments !" s’indigne-t-il, "ce n’est pas parce qu’un poivron n’est pas beau qu’il n’est pas bon !". Ricardo ne qualifie pas pour autant le collectif Comida Basura de groupe écologiste, "il s’agit plutôt d’être en harmonie avec la terre, avec ce qu’elle nous offre". Ce que semble désirer le groupe, c’est aussi que les lois soient en harmonie avec cette terre. Mais ça, ça ne semble pas gagné.

Plus de 150 kilos de gaspillage alimentaire par an et par personne en Europe
Première contrainte, récupérer des aliments issus des poubelles des supermarchés ou des particuliers est strictement interdit et passible d’une amende. À Madrid par exemple, Ricardo constate que "le contenu de toutes les poubelles de la ville appartient à la mairie" avant de reconnaître que "toute personne récupérant objets ou aliments dans l’une d’entre elles est passible d’une amende de cinq cents euros". Mais Ricardo l’affirme, "le collectif est prêt à prendre le risque". À nouveau, il s’indigne que les supermarchés et particuliers jettent autant d’aliments encore bons à la consommation : "En Europe, ce gaspillage représente plus de 150 kilos par an et par personne !" fait-il remarquer. Dépité, il ne peut que constater que "cela concerne tous les acteurs de la chaîne de distribution". C’est en partie pour tenter de rééquilibrer le tout que le collectif confectionne des repas-poubelles tous les uns à deux mois. Ainsi, en plein cœur du quartier populaire de Lavapiès, sur le terrain "Esta es una plaza", également converti en potager, plusieurs types de personnes se rencontrent pour profiter de ces repas un peu à part. Il y a ceux qui protestent contre ce gaspillage démesuré et sont pour donner une seconde vie aux aliments, ceux qui militent pour le changement des mentalités en général mais aussi et surtout ceux qui sont dans l’extrême nécessité et fréquentent avec assiduité les Comedores de la ville où ils bénéficient de repas gratuits. "Généralement, on organise la distribution des repas le lendemain de la récolte, pour garder les aliments en bon état" explique Ricardo Merino. Au menu, gazpachos et autres saveurs, principalement à base de fruits et légumes. "Dans les conteneurs, on ne récupère pas de viande ni de poisson car il est plus difficile de contrôler leur fraîcheur et leur qualité mais lors de la confection des repas, les membres peuvent amener un peu de riz ou de condiments" ajoute l’expert en la matière, avant de préciser que "le groupe est ouvert à tous, il suffit de participer à l’une des réunions si le cœur vous en dit. Et puis, c’est toute une philosophie de vie cette culture de la nourriture !". Pour philosopher en pratiquant la solidarité, rendez-vous donc au prochain repas public qui aura lieu en septembre.

Charlotte LAZAREWICZ (www.lepetitjournal.com - Espagne) Mardi 25 juillet 2012


Plus d’infos sur le blog du collectif http://comidabasurablog.wordpress.com/ ou la page facebook http://www.facebook.com/pages/Comida-Basura/375477932471338

Madrid
Actualité Espagne
A la une

NOEMIE LVOVSKY - "Le cinéma français est plus chanceux que les autres cinémas européens"

Avec Laura Smet et Marina Foïs, Noémie Lvovsky compose le trio drôle et émouvant du film Tiens-toi droite réalisé par Katia Lewkowicz, en salles depuis le 26 novembre. Elle incarne Sam, une mère de famille nombreuse décidée à prendre son indépendance mais rongée par la culpabilité. Quelques jours avant la sortie du long métrage, lepetitjournal.com a rencontré l’actrice et réalisatrice de 49 ans. Ses métiers, le verbe être, son enfance…
France/Monde
En direct d'Europe
Turin - actualité italie

BANLIEUES – Le malaise italien

Le mois de novembre a été marqué par de fortes tensions à la périphérie de quelques grandes villes italiennes. L’agitation, amplement…
Expat
Expat - Emploi

COACHING - Partir pour mieux revenir

"Je me sens seul comme au milieu de l’océan". Je suis à l’autre bout du téléphone et je peux ressentir toute la détresse de Patrick, 40 ans. En quinze ans, il s’est construit l’une des plus belles réputations de décorateur en Espagne, les clients se battent littéralement pour avoir ses services, et pourtant il a cette terrible impression d’être arrivé en bout de course. "Je veux arriver à prendre un virage que je n’arrive pas à négocier seul. Ce virage est un nouveau challenge professionnel qui me redonnera l’envie de me lever le matin".
Expat - Politique

MARC VILLARD – "L’AFE doit se concentrer sur l’essentiel"

Marc Villard, premier président élu de l’Assemblée des Français de l’Etranger (AFE), a aujourd’hui la lourde tache d’élaborer les règles de fonctionnement de la nouvelle assemblée. En pleine réflexion sur les rôles de chacun au sein de l’institution, ses priorités n’en demeurent pas moins centrées sur les préoccupations au quotidien des Français de l’étranger
Magazine
Les trophées

TROPHEES 2014 – Les sept lauréats ont été récompensés au Quai d’Orsay

La cérémonie des Trophées des Français de l’étranger, organisée par lepetitjournal.com, s’est déroulée ce jeudi 6 mars, dans le cadre prestigieux du Ministère des Affaires étrangères. Devant leurs proches, les élus, les partenaires et la Ministre déléguée chargée des Français de l’étranger, Hélène Conway-Mouret, les sept lauréats ont été récompensés pour leur parcours d’exception.
Francophonie

POURIA AMIRSHAHI - Francophonie : le sursaut ou le déclin

"Le XVe sommet de la Francophonie qui s’ouvre est avant tout l’occasion de poser les jalons d’une nouvelle vision et, partant, d’une nouvelle orientation stratégique....", déclare dans un communiqué Pouria Amirshahi, Député de la Neuvième circonscription des Français de l’Étranger.

FRANCOPHONIE – Peut-on oublier la langue de Molière?

Le sommet de la francophonie se tiendra ce week-end à Dakar. A cette occasion, nous vous proposons de relire un article consacré aux difficultés rencontrés dans leur propre langue par les expatriés de longue date. Alors que les chefs d’Etat et de gouvernement concernés s'occuperont des thèmes chers aux pays appartenant à l’Organisation internationale de la francophonie, quelles sont donc les préoccupations linguistiques des Français de l’étranger