COMMUNAUTE - Départ d'Annie Mari, Consul Général de France : bilan et perspectives

Jeudi soir au Consulat de France de Madrid, une centaine de personnalités était venue assister aux adieux d'Annie Mari, qui de 2009 à 2012 aura été à la tête de la 3e circonscription consulaire la plus importante sur le plan administratif, après Genève et Londres. Elections législatives et présidentielles, aide aux Français de la Péninsule, affaires courantes ou événements extraordinaires : Annie Mari a fait le bilan de son activité à Madrid. Elle a dévoilé sa destination et son prochain poste. On connait déjà la personne qui aura charge de prendre sa succession

Arrivée à la rentrée 2009 dans la capitale espagnole, Annie Mari déclarait lors de sa présentation publique à la communauté française : "Je veux que le Consulat soit un lieu ouvert sur les entreprises, les associations, sur la société civile, qu’il travaille en étroite collaboration avec les autorités espagnoles et les autres Consulats généraux". Au cours de son discours d'adieux, Annie Mari aura démontré, en rendant hommage à l'ensemble des acteurs de la communauté française actifs dans la capitale et sur sa circonscription, qu'elle a appris au cours de ses 3 années en poste, à connaître sur le bout des doigts cette communauté qu'elle quitte désormais. Et pour cause : avec deux échéances électorales primordiales au printemps dernier, madame le Consul s'est efforcé durant tout son mandat à mobiliser les ressortissants pour les inciter à s'inscrire sur les registres du Consulat et voter. Elle aura largement compté à ces fins sur l'aide des institutions et des organismes qu'elle citait lors de la cérémonie de jeudi. "Grâce à vous tous, grâce à votre sens civique, ces élections ont été un succès", déclarait-elle.

Par décret du 6 avril 2012 portant sur la nomination d’une consule générale de France à Madrid, c'est Mme Christine Toudic, conseillère des affaires étrangères, 48 ans, qui est nommée en remplacement de Mme Annie Mari, appelée à d’autres fonctions. Jusqu'alors sous-directeur des affaires domaniales et administratives à la direction générale de l'administration et de la modernisation du Quai d'Orsay, elle travaille au ministère des Affaires étrangères et européennes depuis 1987. Chargée de mission au cabinet de Roland Dumas entre 1990 et 1993, elle fut notamment deuxième conseiller à La Havane entre 2000 et 2004.
A Madrid, elle aura entre autres à gérer la prochaine élection des représentants de l'Assemblée des Français de l'Etranger et sera en poste à l'occasion du 400e anniversaire de Saint-Louis des Français.

"Qu'est ce qu'un Consul ?"
Mais Annie Mari a aussi profité de son discours pour brosser un bilan de son activité et de ses responsabilités, qui pour nombre d'auditeurs aura permis de brosser un portrait de la personne elle-même, au-delà de ses fonctions. "J'ai passé les trois années de mon mandat à sillonner l'Espagne, de Madrid à Valence, Alicante, Murcie, Valladolid, Salamanque, les Canaries et aussi Malaga (...) J'ai surtout passé ces trois années à préparer les élections présidentielles et législatives de 2012", expliquait-elle en guise d'introduction. "Le Consulat a connu deux phases intenses : lors de l'affaire du Raid Latécoère, un petit avion qui s'est écrasé dans les Pyrénées près de Pampelune et lors du nuage de cendres venant du volcan islandais". Les affaires sociales ne s'arrêtent jamais, a souligné Annie Mari : rapatriements sanitaires, aide aux plus démunis, bourses... les services consulaires sont constamment mobilisés pour répondre aux besoins des ressortissants, a-t-elle tenu à rappeler. "J'ai vécu, à Madrid, une époque intense, avec un grand nombre de contacts humains", continuait-elle, non sans une certaine émotion dans la voix. "Qu'est ce qu'un Consul ? Ce n'est ni un maire, ni un préfet : c'est un confesseur, un animateur, un rassembleur".

"Parlons maintenant d'avenir"
Annie Mari n'aura certainement pas été un Consul ordinaire. Elle aura constamment surpris : par sa proximité, sa disponibilité, son engagement, certes -et ce n'est pas peu. Mais aussi parce qu'elle a toujours su cultiver l'art du décalage, l'effet de surprise. Ce n'est pas une diplomate engoncée dans les convenances de sa fonction qui nous quitte, c'est une femme de terrain, une voyageuse qui a pris part à la vie de sa communauté, en dedans et en dehors des bureaux de l'administration. Jeudi soir, elle déclarait : "Parlons maintenant d'avenir : un proverbe roumain dit que 'les rêves ne meurent que si on ne les utilise pas'. Moi j'ai toujours rêvé de voyage. Je suis nomade". Nouveau départ, nouvelle destination : "Comme certains d'entre vous le savent, je pars comme numéro 2 de l'Ambassade de Roumanie", concluait l'oratrice, ajoutant : "Dans ma carrière j'ai occupé trois postes consulaires et une série de postes politiques, en France ou à l'étranger, j'ai alterné entre les affaires bilatérales, multilatérales, stratégiques. Je repars maintenant vers un poste politique".

Vincent GARNIER (www.lepetitjournal.com - Espagne) Lundi 9 juillet 2012

A relire :
COMMUNAUTE - Annie Mari : Le Consulat général de France à Madrid change de visage

Madrid

JEROME BONNAFONT - "On peut aimer plusieurs pays à la fois, mais on n'a qu'une patrie"

jérôme bonnafont, ambassadeur de France en Espagne
Dans le cadre de l'atelier de journalisme animé au Lycée français de Madrid par lepetitjournal.com et le directeur du cycle 3, en collaboration avec l'équipe pédagogique, dix élèves de CM2 ont interviewé début juin l'Ambassadeur de France en Espagne, à la Chancellerie. Les enfants ont pu échanger sur la représentation de la France à l'étranger et l'actualité franco-espagnole. Une véritable plongée dans l'univers de la diplomatie donc, avec…
Actualité Espagne

JEROME BONNAFONT - "On peut aimer plusieurs pays à la fois, mais on n'a qu'une patrie"

jérôme bonnafont, ambassadeur de France en Espagne
Dans le cadre de l'atelier de journalisme animé au Lycée français de Madrid par lepetitjournal.com et le directeur du cycle 3, en collaboration avec l'équipe pédagogique, dix élèves de CM2 ont interviewé début juin l'Ambassadeur de France en Espagne, à la Chancellerie. Les enfants ont pu échanger sur la représentation de la France à l'étranger et l'actualité franco-espagnole. Une véritable plongée dans l'univers de la diplomatie donc, avec découverte et respect du protocole, et même accès à (quelques) secrets divulgués en "off"... Au cours de l'interview, les élèves auront mesuré le poids des responsabilités inhérentes à la profession, sans perdre de vue pour autant l'enfant de leur âge qui, il y a une quarantaine d'années, a décidé que quand il serait grand, il serait ambassadeur
Une internationale
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

INTERNATIONALISATION – Les PME-ETI disent « oui »

L’internationalisation ne se limite pas aux grands groupes et concerne de plus en plus les PME (Petites et Moyennes Entreprises) et les ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire) françaises. Elles sont chaque année plus nombreuses à sauter le pas et à vanter les mérites de l’extension de leur activité à l’étranger. 

ALAIN BENTEJAC – "La compétitivité est un enjeu majeur"

Le Comité National des Conseillers du Commerce Extérieur de la France (CNCCEF) est un réseau mondial d’entrepreneurs français ayant une expérience à l’international. Les CCE sont présents dans 140 pays. Alain Bentéjac en est le Président. Il a pour mission principale de conseiller les pouvoirs publics et de promouvoir l’attractivité du secteur privé français.
Expat - Politique

FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Etude sur le vote par Internet, le cas de la République Tchèque

En 2014, les Français de l'étranger ont à nouveau pu voter par Internet. Si ce moyen est de plus en plus utilisé, l'abstention reste en hausse. Pour tenter d'expliquer ce paradoxe, Alix Guillard a utilisé les données collectées sur sa circonscription de Prague pour y voir plus clair. Curieux sur le fonctionnement des nouvelles technologies en général, Alix Guillard s'intéresse au vote par Internet depuis 2011; il a été suppléant aux élections législatives de 2012 et candidat à l'élection partielle de 2013.

ANNE-MARIE DESCOTES – "Il est nécessaire de prendre en compte les enjeux globaux du développement"

Anne-Marie Descotes est la Directrice Générale à la Mondialisation, au Développement et aux partenariats (DGM) du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International (MAEDI). Nommée par Laurent Fabius à l’été 2013, elle a notamment pour mission d’étendre la diplomatie économique de la France. Lepetitjournal.com l’a rencontrée en pleine préparation de la COP21, la conférence du Bourget sur le climat
Magazine