PARFUMOI - Sylvie Jourdet crée des parfums sur mesure, disponibles en Grande-Bretagne

 

Parfumoi, création, Créassence, parfum, unique, Sylvie, Jourdet, France, LondresInstallée à Paris, Sylvie Jourdet dirige son entreprise – Créassence – et enseigne à l’Institut Supérieur International du Parfum. Cette créatrice de fragrances n’a de cesse d’innover. Dans ses compositions tout d’abord, où il lui faut toujours trouver les bons accords olfactifs, mais aussi dans sa volonté de proposer de nouvelles expériences. Nous l’avons rencontrée car elle vient de lancer Parfumoi au Royaume-Uni, un site internet qui permet de commander un parfum unique, bien à soi !

 

 

LPJ : Comment devient-on un « nez » ?

Sylvie Jourdet : Il faut bien sûr avoir un bon odorat. Mais cela ne suffit pas. Il est nécessaire de travailler, de cultiver ce talent tous les jours et d’être curieux, imaginatif, ouvert sur le monde. La formation nécessite de bonnes connaissances en chimie mais requiert également un long apprentissage olfactif dans la connaissance des matières premières. 

LPJ : Le métier de parfumeur-créateur reste-t-il bien français ? 

Parfumoi, création, Créassence, parfum, unique, Sylvie, Jourdet, France, LondresSylvie Jourdet : La Société Française des Parfumeurs que je préside a créé une association internationale, dans le but de recenser tous les professionnels dignes de ce nom dans le monde. Nous ne sommes au final pas plus d’un millier de parfumeurs, dont 60 % sont français. La création de parfums est donc un métier très confidentiel et reste en effet un savoir-faire bien français, en partie grâce à l’Institut supérieur international du Parfum de Versailles. Cette école a été fondée en 1976 à l’initiative de Guerlain, et c’est là que j’ai suivi mes études, avant d’y enseigner depuis 1990. 

LPJ : Quelles sont vos sources d’inspiration ? 

Sylvie Jourdet : Il faut s’entraîner quotidiennement, en sentant des matières premières, qu’elles soient naturelles ou de synthèse. C’est la partie « structurée » du travail. Et puis, il faut toujours avoir le nez en éveil et être curieux de ce qui nous entoure. Une promenade dans un bois, un jardin, en bord de mer peut déclencher une idée. Mais aller voir une exposition, un concert participe aussi à l’éveil sensoriel… l’inspiration est partout : un roman, une ambiance, une personne peuvent  m’évoquer tout à coup une sensation olfactive, que je vais ensuite transposer. Je me nourris d’émotions pour créer des parfums sur mesure qui collent vraiment aux attentes de mes clients. 

LPJ : Comment est née l’idée de créer Parfumoi ?  

Parfumoi, création, Créassence, parfum, unique, Sylvie, Jourdet, France, LondresSylvie Jourdet : L’idée de départ est de proposer une nouvelle manière de choisir son parfum. Dans les grandes surfaces spécialisées, les clients sont souvent démunis face à la multitude de flacons et à une qualité de conseil parfois décevante. Du coup, on assiste à une sorte de standardisation où 10 grands parfums habillent 50 % de la population. Parfumoi adopte la démarche inverse. Un questionnaire online nous permet de définir et proposer à notre client un parfum unique, qui sera en quelque sorte son « miroir ». Grâce à 10 questions très simples, nous arrivons à percevoir une identité, une personnalité, des goûts, un caractère et du coup, à composer une senteur en phase avec la personne, et ce à quoi elle aspire. Notre psycho-sociologue analyse les réponses, ce qui me permet de créer la bonne alchimie. Derrière le concept Parfumoi, il n’y a pas de robot ou d’algorithmes, mais bien un traitement manuel et humain.

LPJ : Et qui sont vos clients ? 

Sylvie Jourdet : On oublie déjà toutes les personnes qui veulent s’identifier à une marque ou une égérie. Nous nous adressons à une clientèle à la recherche d’une expérience innovante, d’un brin de fantaisie et à la fin du compte, d’un parfum personnel. C’est intéressant d’avoir un condensé de soi dans en flacon. Du reste, depuis que nous avons lancé ce concept en France il y bientôt deux ans, nous avons déjà collecté beaucoup d’anecdotes. Ainsi, une maman, curieuse de voir comment son fils la percevait, a demandé à son enfant de répondre au questionnaire à sa place. Ou ces jeunes femmes, qui ont voulu offrir un cadeau personnalisé à leur meilleure amie, le jour de son enterrement de vie de jeune fille ; cette dernière nous a d’ailleurs ensuite vivement remerciés ! Enfin, cette entreprise qui a choisi de récompenser ses collaborateurs d’une manière très personnelle… Le parfum reste l’un des cadeaux les plus offerts. Nous agrandissons seulement le champ des possibles. 

LPJ : Une belle idée cadeau disponible en Grande-Bretagne ?

Parfumoi, création, Créassence, parfum, unique, Sylvie, Jourdet, France, LondresSylvie Jourdet : Oui, nous sommes désormais présents au Royaume-Uni, comme dans la majorité des pays européens. C’est le cadeau idéal pour marquer un événement ou pour Noël. Le plus judicieux est d’offrir un « bon cadeau ». Car le bénéficiaire est d’abord invité à vivre une expérience unique (le questionnaire), avant de recevoir sous trois semaines son parfum personnalisé, en vaporisateur 12 ml, souvent choisi pour tester la fragrance, ou en flacon 50 ml, dans un joli coffret.

 

BON PLAN : -15% de remise sur votre première commande 

Avec le code RT9DYJ45P1 // Offre réservée aux lecteurs du journal, valable jusqu’au 31 décembre 2106 sur le site www.parfumoi.co.uk

 

Laurent Colin (www.lepetitjournal.com/londres), le 5 décembre 2016

 

 

 

 

 
A la Une

AQUABIKE - Où pratiquer cette activité pour un beach body de rêve ?

expat, expatrié, francophone, french, français, R-U, UK, Angleterre, Great, Britain, journal, News, information, actualité, communauté, magazine, Londres, aquabike, sport, tendance, Wetbike, AquaFit, Hydrofit, Wetbikes
Pour ceux chez qui le sport est loin d’être une seconde nature comme pour les drogués de fitness, l’aquabike est la dernière solution miracle : tonus du corps, cardio, relaxation, cette technique a des résultats rapides et se pratique, comme son nom l’indique, dans l’eau. Très répandue en France, la petite reine aquatique pointe discrètement le bout de son guidon au Royaume-Uni. Voici les trois meilleurs plans à Londres et environs, pour…
Une internationale

DON'T GO TO ALGERIA – Tolt : "J’ai envie de découvrir les pays qui souffrent des préjugés"

Benjamin Martinie, alias "Tolt". Un an après avoir connu un franc succès avec sa vidéo « Don’t go to Iran » qui efface tous les stéréotypes entendus sur la République islamique, Benjamin Martinie, alias Tolt, revient avec une nouvelle vidéo, cette fois sur l’Algérie, tout en gardant le même concept. Le principe est simple, « Tolt » part deux semaines dans le pays en question, et y découvre sa culture et son peuple.
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine