A QUESTION OF COLOUR – Cartier-Bresson à la lumière de ses descendants

Depuis le 8 novembre, la Somerset House accueille l’exposition "Cartier-Bresson : a question of colour". Dix clichés exclusifs du pionnier français du photojournalisme sont entourés par soixante-quinze autres en couleurs. Un projet mené par la Positive View Foundation qui a voulu mettre en lumière certains photographes contemporains qui se sont inspirés du grand Henri Cartier-Bresson

(Brooklyn, New York, 1947 © Henri Cartier-Bresson/Magnum Photos, Courtesy Fondation Henri Cartier-Bresson)

Un maître du XXe siècle
Henri Cartier-Bresson, cofondateur, avec Robert Capa, David Seymour, William Vandivert et George Rodger, de l’agence Magnum, a parcouru le monde en tant que photographe humaniste. Ses travaux l’ont emmené en Afrique, au Mexique, aux Etats-Unis et sa réputation s’est construite autour d’un unique mélange entre photojournalisme et photographie d’art.

Considéré comme l’un des pionniers du photojournalisme, Cartier-Bresson est l’inventeur du concept de "l’instant décisif", ou, comme il le disait lui-même, "l’image à la sauvette". Cette exposition, contrairement à ce que son nom peut laisser penser, n’inclut que dix clichés du photographe. L’aspect le plus intéressant est de comprendre la façon dont quinze photographes contemporains s’en sont inspirés.

(Tehuantepec, Mexico, 1985 © Alex Webb)

Soixante-quinze clichés en couleurs contrastent avec le travail de Cartier-Bresson
Ces photographies de Cartier-Bresson n’ont jamais été à proprement parlé exposées au Royaume-Uni auparavant. Accompagnées par les travaux de Karl Baden (USA), Carolyn Drake (USA), Melanie Einzig (USA), Andy Freeberg (USA), Harry Gruyaert (Belgique), Ernst Haas (Autriche), Fred Herzog (Canada), Saul Leiter (USA), Helen Levitt (USA), Jeff Mermelstein (USA), Joel Meyerowitz (USA), Trent Parke (Australie), Boris Savelev (Ukraine), Robert Walker (Canada) et Alex Webb (USA), un tout nouveau sens leur est donné.

Très rares furent les clichés en couleurs de "l’œil du siècle", comme l’a ainsi surnommé un des biographes de Cartier-Bresson, Pierre Assouline. Ce nom s’explique par son parcours extraordinaire – et surtout ses quatre-vingt-quinze ans – qui lui ont permis d’observer à travers son objectif les évènements majeurs du siècle dernier.

(Fort Lauderdale, Florida, 1968 © Joel Meyerowitz)

Le but de l’exposition est de voir l’évolution des mœurs grâce à cet "instant décisif" et ce, chez des photographes venant d’Europe et d’Amérique du Nord. Il ne s’agit pas seulement de capturer l’instant présent, mais surtout de comprendre à travers un seul cliché ce qu’il se passe au quotidien.

"Challenge et réponse"
Le conservateur du projet, William A. Ewing, a qualifié l’exposition de ‘challenge et réponse’. "Cela va montrer la façon dont Henri Cartier-Bresson, malgré son scepticisme face à la valeur artistique de la photographie en couleur, a tout de même exercé une forte influence sur certains photographes. A Question of Colour rend à la fois hommage au grand ponte, mais également à un groupe de photographes qui prouve que la couleur tient sa place dans cet univers" a-t-il expliqué.

(Chestnut Hill, Massachusetts, 2009 © Karl Baden)

Si certains clichés sont très loin des emblématiques images de Cartier-Bresson, certains font ressentir une certaine nostalgie que l’on peut éprouver devant le travail  du grand maître. Il y en a cependant pour tous les goûts – et les couleurs.

Les clichés de Robert Walker rendent un New York très flashy, tandis que ceux d’Alex Webb sont imprégnés d’une douceur retrouvée. Carolyn Drake s’inspire clairement de scènes de vie quotidienne et laisse transparaître une Amérique profonde. Harry Gruyaert dévoile un Maroc plein de couleurs – que l’on ne voudrait peut-être pas voir en noir et blanc…

Clea Broadhurst (www.lepetitjournal.com/londres) jeudi 15 novembre 2012

Recevez gratuitement notre newsletter !

Remerciement à la Positive View Foundation et la Somerset House pour les photographies.

"Cartier-Bresson : a question of colour" à la Somerset House jusqu’au 27 janvier 2013

SIMPLIFICATIONS ADMINISTRATIVES – Vos papiers en quelques clics

Obtenir certains papiers administratifs peut s’avérer être une épreuve du combattant. Entre justificatifs à fournir, photocopies, déplacements et questionnaires, les procédures administratives en ont fait cauchemarder plus d’un. Heureusement, certaines procédures ont été simplifiées. Des simplifications qui, lorsque l’on habite à l’étranger, peuvent s’avérer indispensables. 

BLIND MAN’S SONG - Quand le mime nous transporte.

Le London International Mime Festival a ouvert ses portes début janvier pour un mois ! C’est l’occasion de découvrir cet art multidisciplinaire à la fois poétique et porteur de message. Le festival…
A la une

EXPATRIATION - La Coréegraphie

Le W Project s'est rendu à Séoul, Corée du Sud. Quelle surprise ! A vrai dire nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre… mais le wifi et les téléphones gratuits dans le métro nous ont vite convaincus ! Le pays le plus connecté au monde renferme en effet de belles opportunités… à condition de faire les efforts nécessaires et apprendre cette complexe chorégraphie qu’est le business coréen. Reportage vidéo
France/Monde
En direct d'Europe
Les trophées
Expat
Expat - Emploi

EXPATRIATION - La Coréegraphie

Le W Project s'est rendu à Séoul, Corée du Sud. Quelle surprise ! A vrai dire nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre… mais le wifi et les téléphones gratuits dans le métro nous ont vite convaincus ! Le pays le plus connecté au monde renferme en effet de belles opportunités… à condition de faire les efforts nécessaires et apprendre cette complexe chorégraphie qu’est le business coréen. Reportage vidéo

EXPATRIATION - L'ombre de mon mari

"Après plusieurs expatriations, et à tout juste 34 ans, l'avenir de mon mari s’annonce brillant. Le mien ? Ce déménagement super glamour à Rome il y a déjà 9 mois est la tragique confirmation que je suis devenue malgré moi, l’ombre de mon mari, ou encore pire, « l’ombre de son ombre » comme le chantait Brel. À force de ne penser qu’aux autres et surtout à lui, je me suis oubliée en route. Je n’existe plus".
Expat - Politique

VENTE D'IMMOBILIER À L'ETRANGER – La France dilapide-t-elle son patrimoine ?

En 2011, le patrimoine immobilier de la France à l'Etranger (consulats, ambassades, instituts français, etc) s'élevait à 1.500 biens répartis dans 160 pays, pour une valeur d'environ 5 milliards d'euros. Au cours des six dernières années, 152 biens auraient été vendus par le Ministère des Affaires Etrangères pour une valeur totale de 307 millions d’euros. L'ambassadeur de France en Malaisie nous explique l'impact de cette politique
Magazine
Francophonie