CONCERT - Baloji, un artiste congolais à l'assaut de Londres

 

L'artiste congolais Baloji se produit le 28 novembre au Village Underground à Londres. L'occasion de découvrir son dernier album “Kinshasa Succursale”, énergique mélange de hip-hop et de soul. Entretien

Le concert de Baloji le 28 novembre au Village Underground n'est pas la première de l'artiste congolais dans la capitale britannique. Nous l'avions rencontré le 6 septembre dernier au Royal Albert Hall dans le cadre des BBC Proms. Il nous avais reçu dans sa loge au cœur de l'imposant bâtiment londonien, quelques minutes avant son entrée sur scène. "C'est excitant de se produire ici où tous les plus grands sont passés", confiait t-il. Fidèle à lui-même, Baloji fit le show sur les planches, déclenchant les vivas de la foule britannique. "It's a difficult job", lâchera t-il hilare à son retour dans les coulisses.

Lepetitjournal.com - Baloji, vous vous produisez le 28 novembre au Village Underground. Londres est-elle une ville qui vous inspire musicalement ?

Baloji : Je suis déjà venu de nombreuses fois jouer ici à Londres. Notamment dans le cadre de l'Africa Express [une série de concerts à bord d'un train qui effectue chaque un tour du Royaume-Uni avec un finish à King's cross]. Artistiquement c'est une ville imbattable. Il y a une dynamique perpétuelle d'innovation. Les Anglais ont toujours un temps d'avance sur la mode musicale. La scène rap, étrange, pleine d'influences différentes, est par exemple très avant-gardiste.

Parlez-nous de "Kinshasa Succursale", votre dernier album, dont vous jouerez plusieurs titres le 28 novembre...

C'est un album qui a été réalisé dans l'urgence, en 6 jours. J'ai travaillé jour et nuit avec 45 musiciens congolais pour ce disque enregistré en République démocratique du Congo (RDC). Il y avait par exemple les artistes de Konono N°1 que j'adore. J'ai vraiment écrit les titres comme ça, en improvisant. Et puis nous avions des conditions difficiles à Kinshasa. Même si c'est toujours une cité créatrice de rêves. D'ailleurs cela a été une expérience extraordinaire. Musicalement, je définis mon album comme un mélange de groove, de hip-hop à la sauce congolaise mais aussi de soul américaine.

 

Vous êtes né en RDC à Lubumbashi, avant de partir très tôt vivre en Belgique. Comment ces différentes cultures inspirent votre musique ?

J'ai quitté le Congo dès mes 4 ans, mais j'y ai passé beaucoup de temps jusqu'à 8 ans. Puis, j'ai commencé la musique par accident à Bruxelles grâce à l'un de mes professeurs. C'est une ville que j'apprécie beaucoup, très cosmopolite, ouverte sur le monde. Mais mon inspiration ne vient pas forcément de la Belgique. J'adore la musique ghanéenne, Gorillaz ou Fatou Mata.

Et la scène congolaise ?

 

Contrairement aux apparences, la RDC est un pays très conservateur sur le plan musical. C'est quelque chose de culturel. Les artistes d'ici n'aiment pas changer leur façon de faire. Tout l'inverse du Mali par exemple, où il y a une ébullition musicale passionnante.

Quels sont vos liens avec la France, un pays où vous venez souvent vous produire en concert ?

Je crois que je suis plus connu en France qu'en Belgique (rire). J'ai un lien naturel avec votre pays. Quand tu grandis en Wallonie, tu es culturellement très proche de ce qui se fait en France. Les médias francophones d'ici parle autant de l'actualité française que de ce qui se passe chez nous. On regarde tout le temps de l'autre côté de la frontière. Le succès des artistes belges passent souvent par la France (sourire).

Vous chantez uniquement en français. Envisagez-vous de passer un jour à l'anglais pour vos textes ?

Je ne pense pas. J'ai l'impression que beaucoup de chanteurs francophones qui se mettent à chanter en anglais s'enferment dans une espèce de caricature. J'adore écouter Jacques Brel, ses paroles, et puis un autre grand artiste de chez vous, Serge Gainsbourg, a toujours chanté en français aux quatre coins du monde (rire).

Quels sont vos futurs projets après une année de tournée ? Travaillez-vous sur un nouvel album ?

 

Ça été une année formidable, mais je n'ai pas encore travaillé sur mon prochain album. Pour le moment j'ai un projet de court-métrage tourné au Congo. Mais je ne peux pas vous en dire beaucoup plus, mis à part le fait que j'y joue comme acteur et que je l'ai co-écrit.

Propos recueillis par Camille Belsoeur (www.lepetitjournal.com/londres)

Plus d'info et réservez vos billets ICI

Lire aussi :

CHAPELIER FOU - Un puzzle musical hybride et intemporel

Inclassable, Chapelier Fou, alias Louis Warynski, mêle instruments classiques et electro pour faire naitre une musique raffinée et mélodieuse. En concert le 2 octobre prochain à Londres, il revient pour Lepetitjournal.com sur son parcours, sa musique et son travail de composition

 

1995 - "On n'a jamais eu de plan hormis celui de faire du son"
Quelques semaines après la sortie de leur deuxième album "La Suite", 1995 se produit ce soir au Jazz Café à Camden. L'occasion pour le groupe de rap du sud de Paris de présenter aux lecteurs de Lepetitjournal.com leur ascension ultra-rapide et d'un nouveau genre

 

BIRDY NAM NAM - Le quatuor français défie l'ordre
Birdy Nam Nam était en concert au Jazz Café de Londres vendredi 23 septembre pour la sortie de leur nouvel album intitulé Defiant Order et le début de leur tournée. L'occasion pour lepetitjournal.com de rencontrer les quatre DJs champion du monde de DJ en équipe en 2002

CHINESE MAN - "La course avec le soleil continue"
Les Marseillais du collectif Chinese Man débarquent à Londres, au Rich Mix, vendredi 4 novembre. Les 3 Dj's y défendront leur dernier album Racing With The Sun et leur musique électronique aux accents hip-hop, jazz, trip-hop, dub et reggae. Zé Mateo, High Ku et Sly répondent aux questions du Petit Journal avec naturel et humour

DIY HORROR PLAY OR LE GRAND GUIGNOL RESURRECTED - Une comédie noire, drôle et…

Lors du Festival Voilà! qui se déroulait en Novembre dernier au Cockpit Theatre nous avons pu découvrir une création théâtrale originale autour du genre du Grand Guignol des années 30 en France crée et produit par la Compagnie Billingue Two Tongue Theatre. Ce spectacle d'épouvante, drôle et divertissant revient du 28 au 30 Janvier au Cockpit Theatre pour notre plus grand bonheur. Nous avons pu poser quelques questions aux comédiennes de la…

BLIND MAN’S SONG - Quand le mime nous transporte.

Le London International Mime Festival a ouvert ses portes début janvier pour un mois ! C’est l’occasion de découvrir cet art multidisciplinaire à la fois poétique et porteur de message. Le festival…

CHARLIE HEBDO – Des queues interminables à Londres

Vendredi 16 janvier, pour la première fois à Londres, le numéro 1178 du journal satirique était disponible à la vente. Pour être certains d’obtenir un exemplaire, ils sont nombreux à être venus faire…
A la une
France/Monde
En direct d'Europe
Les trophées
Expat
Expat - Emploi

EXPATRIATION - L'ombre de mon mari

"Après plusieurs expatriation, et à tout juste 34 ans, l'avenir de mon mari s’annonce brillant. Le mien ? Ce déménagement super glamour à Rome il y a déjà 9 mois est la tragique confirmation que je suis devenue malgré moi, l’ombre de mon mari, ou encore pire, « l’ombre de son ombre » comme le chantait Brel. À force de ne penser qu’aux autres et surtout à lui, je me suis oubliée en route. Je n’existe plus".
Expat - Politique

VENTE D'IMMOBILIER À L'ETRANGER – La France dilapide-t-elle son patrimoine ?

En 2011, le patrimoine immobilier de la France à l'Etranger (consulats, ambassades, instituts français, etc) s'élevait à 1.500 biens répartis dans 160 pays, pour une valeur d'environ 5 milliards d'euros. Au cours des six dernières années, 152 biens auraient été vendus par le Ministère des Affaires Etrangères pour une valeur totale de 307 millions d’euros. L'ambassadeur de France en Malaisie nous explique l'impact de cette politique
Magazine
Francophonie

LES CHRONIQUES DE SOPHIE - Le "Roi Lion", Dali et les fêtes au Québec

Sophie est une Québécoise de 13 ans qui vit depuis trois ans à São Paulo avec sa famille. Elève du lycée Pasteur, elle rêve déjà de devenir journaliste. Lepetitjournal.com lui ouvre ainsi ses colonnes pour y accueillir ses chroniques de jeune adolescente expatriée au Brésil.