FORGIVENESS PROJECT – Le pardon, un concept fort en ces temps de haine

expat, expatrié, francophone, french, français, R-U, UK, Angleterre, Great, Britain, journal, News, information, actualité, communauté, magazine, Londres, Forgiveness project, pardon, revanche et nos rancœurs, Marina Cantacuzino, crimes, vengeance, victime Sir Anthony Berry, terrorisme, F word, Restore, The Forgiveness Project: Stories for a Vengeful Age, Forgiveness is really strange, Olivier Clerc, Le Don du Pardon et Peut-on tout pardonner, Cercle de Pardon, Forgiveness: cracking open the heart, Anne-Marie Cockburn, Rudolf Steiner HousePeut-on vraiment pardonner à quelqu’un qui a assassiné un être cher, abusé de nous ou tout simplement fait du mal ? Comment mettre de côté la revanche et nos rancœurs pour avancer ? Journaliste britannique, Marina Cantacuzino a fondé en 2004 The Forgiveness Project, une œuvre de charité qui explore le concept du pardon et encourage, à travers de réelles histoires de victimes, mais aussi d’auteurs de crimes, à envisager des solutions de rechange aux représailles et à la vengeance. « Je crois dans le pouvoir du récit et ces histoires puissantes peuvent tranformer leur auditoire» . En ces temps troublés, The Forgiveness Project apporte ainsi un peu d’humanité et surtout une autre voie pour résoudre les conflits que … la loi du Talion !

expat, expatrié, francophone, french, français, R-U, UK, Angleterre, Great, Britain, journal, News, information, actualité, communauté, magazine, Londres, Forgiveness project, pardon, revanche et nos rancœurs, Marina Cantacuzino, crimes, vengeance, victime Sir Anthony Berry, terrorisme, F word, Restore, The Forgiveness Project: Stories for a Vengeful Age, Forgiveness is really strange, Olivier Clerc, Le Don du Pardon et Peut-on tout pardonner, Cercle de Pardon, Forgiveness: cracking open the heart, Anne-Marie Cockburn, Rudolf Steiner HouseDes récits à la fois choquants et touchants qui remettent le pouvoir libératoire du pardon au goût du jour
Afrique du Sud, Amérique, Afrique, Israël, Palestine et Grande-Bretagne… aux quatre coins du monde, Marina Cantacuzino a rassemblé des témoignages poignants, de la fille d’une victime d’attentat à des parents qui ont pardonné à l’assassin de leur enfant, en passant par un ancien membre d’un groupe d’extrême droite. Ces récits de pardon et de repentir bouleversants apparaissent comme l’antidote à la vengeance, une belle alternative à la violence. Ainsi, en 1984, le député Sir Anthony Berry et quatre autres personnes sont tués dans un attentat orchestré par l’IRA, l’Armée Républicaine Irlandaise du nord luttant contre la présence britannique. En 2000, son fils, Jo Berry, rencontre Patrick Magee, l’ancien militant responsable de la mort de son père et commence à travailler de concert avec lui pour the Forgiveness Project, qui promeut la paix et cherche à comprendre l’origine des guerres, du terrorisme et de la violence.
Mais le pardon doit s’appliquer aussi à des cas plus quotidiens, comme à votre partenaire qui vous quitte : « c’est bien sûr traumatique, pas besoin d’aller jusqu’à l’attaque terroriste ou le meurtre pour blesser quelqu’un » confie Marina Cantacuzino. Et d’évoquer cette histoire, récoltée récemment, où elle raconte la rencontre de deux hommes, l’un étant l’amant et l’autre le mari. A la base haï, l’amant deviendra très vite un ami et des années plus tard, à sa mort, l’autre confia : « J’ai autant pleuré le jour où il a quitté ce monde que le jour où il est entré dans ma vie ».


The F word, une exposition qui a fait du chemin : Prise de conscience, éducation, transformation

expat, expatrié, francophone, french, français, R-U, UK, Angleterre, Great, Britain, journal, News, information, actualité, communauté, magazine, Londres, Forgiveness project, pardon, revanche et nos rancœurs, Marina Cantacuzino, crimes, vengeance, victime Sir Anthony Berry, terrorisme, F word, Restore, The Forgiveness Project: Stories for a Vengeful Age, Forgiveness is really strange, Olivier Clerc, Le Don du Pardon et Peut-on tout pardonner, Cercle de Pardon, Forgiveness: cracking open the heart, Anne-Marie Cockburn, Rudolf Steiner HouseA ses débuts en 2004, the Forgiveness Project se composait d’une seule exposition, the F word, retraçant ces histoires de différentes manières. L’intérêt du public s’est très vite ressenti et le projet s’est développé. Après plus de 150 récits récoltés et des expositions réalisées dans 13 pays, une deuxième étape a été franchie, avec le lancement en 2007 de Restore, un programme qui encourage les délinquants de prisons d’Angleterre et du Pays de Galles à explorer les concepts de pardon et de réparation en leur faisant assumer leurs actes. A travers des séances de groupe, victimes et prisonniers partagent leurs histoires. Enfin, l’œuvre de charité a aussi créé une plateforme à destination des professeurs, pour les pousser à diffuser ce concept, avec des victimes qui viennent témoigner dans les classes. Rien de mieux que d’éduquer et familiariser dès le plus jeune âge aux vertus du pardon ! Enfin, en 2015, Marina Cantacuzino a publié un livre, The Forgiveness Project: Stories for a Vengeful Age, où la journaliste rassemble côte à côte des témoignages d’auteurs de crime et violence qui ont opté pour la repentance, et de victimes qui ont su taire leur sentiment de vengeance en faveur du pardon. Un pardon qui n’a rien à voir avec un aspect religieux ou doctrinaire, un point sur lequel Marina insiste : « vous n’avez pas besoin d’être croyant pour pardonner ».

expat, expatrié, francophone, french, français, R-U, UK, Angleterre, Great, Britain, journal, News, information, actualité, communauté, magazine, Londres, Forgiveness project, pardon, revanche et nos rancœurs, Marina Cantacuzino, crimes, vengeance, victime Sir Anthony Berry, terrorisme, F word, Restore, The Forgiveness Project: Stories for a Vengeful Age, Forgiveness is really strange, Olivier Clerc, Le Don du Pardon et Peut-on tout pardonner, Cercle de Pardon, Forgiveness: cracking open the heart, Anne-Marie Cockburn, Rudolf Steiner HouseNe ratez pas…
Le 18 mai, Marina Cantacuzino sortira son deuxième livre intitulé Forgiveness is really strange, coécrit avec un psychologue qui étudie le processus du pardon et les chemins pour y arriver. De l’autre côté de la Manche, Olivier Clerc, conférencier international spécialisé dans le pardon et la spiritualité, a également travaillé sur le sujet et a sorti deux livres : Le Don du Pardon et Peut-on tout pardonner. Et ça tombe justement bien, ces deux spécialistes se réuniront à Londres du 17 au 20 mai lors de différentes conférences sur le pardon.

Camille Bottin et Angélica Tarnowska (www.lepetitjournal.com/londres), le 17 mai 2017

PRATIQUE

*17 mai de 18h30 à 20h15 : Forgiveness: cracking open the heart (conversation avec Olivier Clerc et Anne-Marie Cockburn). St Ethelburga’s Centre 78 Bishopsgate, Londres EC2N 4AG
*18 mai à 19h30 : conférence « Peut-on tout pardonner ? », donnée par Olivier Clerc, en partenariat avec Eleanor Carton de Wiart, Karine Bodaghi, Maguelonne Chassard et Marie-Emmanuelle Gelle. Rudolf Steiner House 35 Park Road, Londres NW1 6XT
*20 mai à 15h30 : Cercle de Pardon, pour vivre un rituel de guérison et se libérer de la rancune, de la tristesse ou de la haine. Rudolf Steiner House 35 Park Road, Londres NW1 6XT

 

 

 
A la Une

AQUABIKE - Où pratiquer cette activité pour un beach body de rêve ?

expat, expatrié, francophone, french, français, R-U, UK, Angleterre, Great, Britain, journal, News, information, actualité, communauté, magazine, Londres, aquabike, sport, tendance, Wetbike, AquaFit, Hydrofit, Wetbikes
Pour ceux chez qui le sport est loin d’être une seconde nature comme pour les drogués de fitness, l’aquabike est la dernière solution miracle : tonus du corps, cardio, relaxation, cette technique a des résultats rapides et se pratique, comme son nom l’indique, dans l’eau. Très répandue en France, la petite reine aquatique pointe discrètement le bout de son guidon au Royaume-Uni. Voici les trois meilleurs plans à Londres et environs, pour…
Une internationale

DON'T GO TO ALGERIA – Tolt : "J’ai envie de découvrir les pays qui souffrent des préjugés"

Benjamin Martinie, alias "Tolt". Un an après avoir connu un franc succès avec sa vidéo « Don’t go to Iran » qui efface tous les stéréotypes entendus sur la République islamique, Benjamin Martinie, alias Tolt, revient avec une nouvelle vidéo, cette fois sur l’Algérie, tout en gardant le même concept. Le principe est simple, « Tolt » part deux semaines dans le pays en question, et y découvre sa culture et son peuple.
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine