PARTI SOCIALISTE - Une délégation à la rencontre du Labour

Lundi 14 novembre, une délégation du Parti socialiste est venue rendre visite à des membres du Labour, le parti travailliste. Ils en ont profité pour échanger avec leurs homologues britanniques et assister au lancement du Labour Friends of France

 

(Crédits: Afp)

"Nous avons eu une journée très remplie, avec beaucoup de rencontres". Ceux sont les mots d'Axelle Lemaire, secrétaire de la section PS au Royaume-Uni et candidate aux élections législatives des Français de l'étranger dans la circonscription. Elle accueillait dans sa ville de Londres, lundi 14 novembre, une délégation socialiste très complète composée de Richard Yung, Sénateur des Français de l'étranger, Christophe Caresche, député de Paris (18ème arrondissement), Liêm Hoang Ngoc, député européen, Monique Saliou qui fait partie de l'équipe de campagne de François Hollande, et enfin Alain Clergerie, ambassadeur du projet socialiste et permanent de la rue Solferino.


Renforcer le dialogue entre les deux partis

Si tout ce monde avait fait le déplacement depuis la France, c'est pour deux raisons. Tout d'abord présenter le projet socialiste à leurs homologues du Labour britannique et enfin officialiser l'amitié entre les deux partis avec le lancement du Labour Friends of France. Cette "nouvelle plateforme" de débat et de réseaux a pour vocation à renforcer le dialogue entre travaillistes et socialistes de chaque côté de la Manche.  

C'est donc au sein même du Parlement britannique, à Westminster, en fin de journée, que la délégation socialiste française a été reçue, notamment par les parlementaires Stuart Bell, ou encore Emma Reynolds, qui occupe le rôle de "Shadow Europe Minister" au sein du Labour. Des discussions ont notamment été engagées autour de la politique énergétique et de la place du nucléaire, mais aussi autour de la mise en place de pôles de compétitivité et bien sûr de la place de la Grande-Bretagne dans l'Europe. "On constate que la droite domine dans une grande majorité de pays européens. Il nous faut donc nous aussi nous organiser. Le Parti Socialiste Européen le fait à Bruxelles mais il faut aussi le faire de parti à parti, de façon bilatérale", explique Axelle Lemaire. Un tour d'Europe qui est déjà bien entamé puisque les ambassadeurs du projet socialiste Catherine Trautmann et Alain Clergerie se sont déjà rendus en République Tchèque, en Suède, en Allemagne, en Autriche ou encore en Italie.

(Crédits: Simon Gleize)

Occupy LSX et Think Tank aussi au programme

Auparavant, la délégation socialiste s'était rendue en fin de matinée sur le parvis de la cathédrale Saint-Paul pour rencontrer des "indignés" de Londres et comprendre leur organisation et leur système de démocratie directe. Dans l'après-midi, c'est face à des "Think tanks" progressistes que le débat s'est ouvert pour comparer les sujets franco-français à ce qui peut être fait en Grande-Bretagne.

Désormais, la section PS de Londres n'attend plus qu'une chose : que François Hollande fasse le déplacement jusqu'à elle afin qu'il rencontre des responsables politiques britanniques et surtout, ses militants londoniens.

Simon Gleize (www.lepetitjournal.com/londres) mercredi 16 novembre 2011

Londres
A la une
France/Monde
En direct d'Europe
Les trophées
Expat
Expat - Emploi

RECRUTEMENT - Comment trouver un premier emploi au Canada ?

Elisa est actuellement recruteuse dans le secteur des technologies de l'information au Canada. Elle nous apporte son expertise du monde du travail au Québec pour les nouveaux arrivants mais également beaucoup d'autres informations utiles...

EXPATRIATION - La Coréegraphie

Le W Project s'est rendu à Séoul, Corée du Sud. Quelle surprise ! A vrai dire nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre… mais le wifi et les téléphones gratuits dans le métro nous ont vite convaincus ! Le pays le plus connecté au monde renferme en effet de belles opportunités… à condition de faire les efforts nécessaires et apprendre cette complexe chorégraphie qu’est le business coréen. Reportage vidéo
Expat - Politique

VENTE D'IMMOBILIER À L'ETRANGER – La France dilapide-t-elle son patrimoine ?

En 2011, le patrimoine immobilier de la France à l'Etranger (consulats, ambassades, instituts français, etc) s'élevait à 1.500 biens répartis dans 160 pays, pour une valeur d'environ 5 milliards d'euros. Au cours des six dernières années, 152 biens auraient été vendus par le Ministère des Affaires Etrangères pour une valeur totale de 307 millions d’euros. L'ambassadeur de France en Malaisie nous explique l'impact de cette politique
Magazine
Francophonie