NELSON MONFORT - Son "roman de Londres"

A Londres, Nelson Monfort n'est plus un touriste. Cette capitale, il la connait. Parce qu'il y vient régulièrement depuis des années mais surtout parce qu'il lui a consacré un livre. Dans Le roman de Londres (Editions du Rocher), il raconte la ville à travers les épisodes marquants de l'histoire britannique. Un ouvrage ponctué d'humour qui vous fera regarder Londres d'un oeil nouveau, un sourire au coin des lèvres

Lepetitjournal.com - Votre livre s'appelle Le roman de Londres et fait partie d'une collection des éditions du Rocher. Comment avez-vous décidé de l'écrire ?

Nelson Monfort - Il fait en effet partie d'une collection d'une cinquantaine d'ouvrages : le roman de. J'avais déjà publié chez les éditions du Rocher une biographie de Jean Ferrat en 2011. Au début de cette année, nous avons voulu continuer à travailler ensemble et nous nous sommes aperçus que bizarrement, alors que Londres est une ville très connue et aimée des Français, elle ne faisait pas partie de la collection. Nous nous sommes alors dit qu'à l'occasion des Jeux, ce serait une bonne idée de publier un livre sur Londres, même si ce n'est pas un livre sur les Jeux.

Justement, vous parlez des Jeux de 1908 et 1948 mais ceux de cette année ne sont que très peu évoqués...

Je ne voulais pas lier ce livre aux Jeux Olympiques. J'espère que ce livre aura une durée de vie qui dépasse ces derniers.

Quel lien entretenez-vous avec Londres ?

J'y venais étant très jeune avec mes parents. J'ai dû y aller au moins une trentaine de fois. C'est un endroit que je connais assez bien. Mais je n'ai pas fait un livre géographique, j'ai voulu faire un livre descriptif à travers les personnages qui ont peuplé cette ville, puis l'Angleterre de façon générale. Ce livre n'est pas seulement sur Londres finalement, c'est Londres et l'Angleterre.

Comment trouvez-vous les Britanniques ?

Déjà il y a une chose que j'apprécie beaucoup ici, c'est l'humour. Cet humour décalé complètement british qui n'appartient qu'à eux et qui me plait énormément. Dans ce livre j'ai essayé de mettre cette dose d'humour nécessaire. Quand je décris les exécutions capitales qui avaient lieu dans la Tour de Londres, c'était affreux ! J'ai donc essayé d'y mettre un petit peu de recul et d'humour.

Quand on vous lit, grâce à cet humour notamment, on a l'impression que vous avez pris beaucoup de plaisir à écrire ce livre...

J'ai en effet pris beaucoup de plaisir à l'écrire. Je ne me suis jamais ennuyé et d'après les premiers échos que j'ai, les gens ne s'ennuient pas non plus. C'est quand même ça le plus important.

Vous semblez avoir choisi vos sujets en fonction d'épisodes historiques qui ont façonné le Londres d'aujourd'hui ?

C'est exactement ça. Quand je suis allée voir une documentation sur Londres notamment sur internet, j'ai vu qu'il y avait des tonnes d'informations. Je me suis dit : "Mon Dieu, qu'est-ce que je vais faire ?" Et c'est là que j'ai pensé qu'il serait plus intéressant de développer Londres à travers des personnages, des anecdotes. "Anecdotique" est le mot que je cherchais. C'est un livre un peu historique, un peu géographique aussi mais il est surtout anecdotique. C'est ça qui intéresse le lecteur, je pense.

On sent une démarche journalistique dans votre façon d'écrire. Vous relatez les faits passés avec un certain recul...

"Le roman de", c'est seulement le titre d'une collection, une appellation créée par les éditions du Rocher. Mon livre n'est pas vraiment un roman. Tous les personnages décrits ont réellement existé à l'exception de Holmes. Mais il est tellement ancré dans l'imagerie populaire qu'il est devenu beaucoup plus connu que son auteur Conan Doyle, un peu comme James Bond. C'est le seul personnage de fiction. Tous les autres personnages sont réels mais il se trouve qu'ils ont eu des vies très romanesques. Jack l'Eventreur, ce n'est pas moi qui l'ai inventé. La Reine Victoria, les Beatles, les Swinging sixties, tout ça sont des événements qui se sont réellement passés et c'est ce Londres là que j'ai voulu développer. Londres à travers ses personnages.

Quelles ont été vos sources ? Avez-vous fait appel à des experts ?

Non. Je suis venu ici une trentaine de fois, j'ai visité tous les musées, j'ai vu tout ce que Londres proposait en terme d'événements, concerts, spectacles, théâtres. Ma perception de Londres et de l'Angleterre est suffisante. Je ne voulais pas faire appel à des experts.

Le grand public vous connaît surtout comme un homme de télé, comment vous êtes-vous découvert ce goût pour l'écriture ?

Déjà, j'ai beaucoup de pudeur en ce qui concerne le terme d'écrivain. J'ai beaucoup de respect pour les nombreux écrivains qui continuent à accompagner ma vie pour ne pas ne pas me considérer comme tel. "Auteur", c'est déjà quelque chose. L'écriture m'est venue en publiant ce livre sur Jean Ferrat. Je ne voulais pas publier un livre de sport, je voulais faire autre chose, je voulais surprendre. Et Jean Ferrat étant un artiste encore profondément aimé, il m'a incité à continuer.

On peut s'attendre à un nouvel ouvrage ? De quel genre ?

Ce serait peut être de nouveau une biographie, toujours publiée chez les éditions du Rocher.

Propos recueillis par Elodie LLanusa (www.lepetitjournal.com/londres) mardi 21 août 2012

Le Roman de Londres, les Editions du Rocher

NELSON MONFORT - "Les gens sentent quand on les aime"
À Londres, au bord du bassin ou de la piste d'athlétisme, il recueille une nouvelle fois les réactions des plus grands champions quelques minutes après leurs exploits. Nelson Monfort n'est plus à présenter. Le célèbre journaliste sportif couvre ses sixièmes Jeux Olympiques d'été…les douzièmes en comptant ceux d'hiver. Fort de cette expérience, il nous livre ses meilleurs souvenirs, les clés de son succès et ses attentes pour les olympiades londoniennes
 
A la Une

SORTIE – Découvrez un bar secret et d’étonnants cocktails à base de thé,…

Bar, Breakfast, Club, thé, cocktails, Jägermeister, Joe’s, Tea, Co, British, expérience, recette
Ce soir, grâce au site LePetitJournal.com, vous n’allez pas simplement boire un verre entre ami(e)s : vous allez vivre une grande aventure. Vous pensiez connaitre tous les bars branchés de Londres ? Détrompez-vous. La capitale anglaise a plus d’un tour dans son sac, ou devrait-on dire plus d’un cocktail dans ses souterrains… 
Une internationale

HISTOIRE – Le mystique soufi Mansur al Hallaj, premier "expatrié"?

On connaît les pérégrinations de Paul de Tarse dans le monde méditerranéen ou encore l'épopée légendaire de l'apôtre Thomas jusqu'en Inde. Moins connue est la vie de Mansur al-Hallaj, mystique persan du soufisme, qui s'installa longtemps en terre non-musulmane pour répandre sa religion et son amour de Dieu. Cette grande figure mystique a donné lieu à une biographie rédigée par l'islamologue Stéphane Ruspoli qui lui attribue le titre d'"expatrié".
Bleu Blanc Box

BLEU BLANC BOX – lepetitjournal.com chouchoute les expatriés

Les produits français vous manquent ? Découvrez la dernière nouveauté concoctée spécialement pour vous par lepetitjournal.com. Chaque mois, aux quatre coins du monde, la BLEU BLANC BOX vous réserve une surprise avec des produits aussi indispensables qu’introuvables à des milliers de kilomètres !
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

TOURISME EN IRAN - Un secteur en expansion et des défis à surmonter

 Depuis le rétablissement et l’amélioration des relations entre l’Iran et l’Occident, il y a un secteur qui se porte à merveille... le tourisme. Annoncé par les analystes depuis déjà plusieurs années, Marc Botinelli parlait déjà en 2013 de « Bombe touristique à retardement » et il ne s’était pas trompé.
Expat - Politique

ESSAI – Comment concilier vie à l’étranger et citoyenneté ?

Etre citoyen lorsque l’on réside hors de France, ce n’est pas facile. Quels droits ? Quels devoirs ? Passionné de politique, résidant depuis plus de 20 ans à l’étranger, Jacques Saillant publie un essai engagé sur la citoyenneté des Français de l’étranger, en forme de réflexion mais aussi de « coup de gueule » face aux instances qui les représentent

AUDIOVISUEL – Haro sur les anglicismes !

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel s'agace. La multiplication des titres d'émissions en anglais, jusque dans le service public, ne convient pas à l'organe chargé d'encadrer les productions télévisées françaises. Seront donc reçus les patrons des grandes chaînes françaises afin de rappeler la règle établie par la loi du 30 septembre 1986 sur le rôle du CSA : utiliser le français autant que faire se peu.
Magazine