JEREMY MELUL / JOGABO - Le réseau social pour les amateurs de football

Vous aimez le ballon rond mais vous n’êtes pas inscrits dans un club ? Vous aimeriez jouer plus souvent, de manière plus flexible, savoir où et avec qui ? Pensez 'Jogabo' ! Désormais n’importe qui dans le monde peut décider de créer sa propre communauté, un nouveau terrain et d’y organiser des matchs. Quelques clics suffisent ! Après un démarrage à Londres, direction Santiago au Chili avec Jeremy Melul, son CEO et cofondateur

Jogabo pour « Joga Bonito » en portugais, cela signifie « jouer de manière belle », « Play beautiful ». Alors que toute la planète football vit au rythme de la Ligue des Champions et attend le nom du vainqueur entre Chelsea et le Bayern de Munich, on s’intéresse aujourd’hui à une de ces « passions ordinaires » partagées par un très grand nombre d’individus. Le football en Europe, c’est plus de 60 millions de pratiquants, plus de 220 000 clubs et un nombre incalculable de téléspectateurs. Pourtant, nul besoin d’être inscrit dans un club, ni même de connaître d’autres joueurs : Jogabo est une plateforme qui permet de lancer simplement un match de football dans sa ville (aujourd’hui déjà à Paris, Londres, Madrid, Sao Paulo, New-York, San Francisco, mais aussi en Afrique). Après quelques minutes sur le site, vous pouvez trouver un match près de chez vous et jouer avec la communauté locale 'Jogabo'.

Le terrain de football comme lieu de socialisation

Depuis les années 1980, le football n’a cessé de prendre une place toujours plus importante dans nos sociétés contemporaines, en tant que pratique sportive, spectacle de culture populaire ou activité économique. Force est de constater qu’il s’agit d’un phénomène significatif de la culture de masse. Le sport, de manière générale, est un outil d’intégration et de lien social entre les individus. Après des mois passés en Afrique, Jeremy Melul fait un constat : "En Europe ou aux Etats-Unis, l’église est au centre, c’est la place du village où les gens se rencontrent, interagissent. Les vieux parlent aux plus jeunes et vice-versa. En Afrique, c’est le terrain de football !". Le ballon rond représente, pour un footballeur amateur, des occasions de rencontres, d’échanges et de rapprochement. Cependant, la plupart du temps en Europe, les gens jouent au foot avec des amis et rentrent chez eux une fois le match terminé. "Il n’y a rien de vraiment social. Ils ne connaissent pas les joueurs qui sont sur le terrain avant ou après eux… on a perdu cet aspect social autour du foot, regrette Jeremy, c’est une des choses que l’on voulait créer autour de 'Jogabo'". L’ambition affichée est donc de rapprocher les joueurs des quatre coins de la planète. Aussi, il est possible d’allier l’utile à l’agréable : "lorsque l’on voyage, cela permet de retrouver des gens de la communauté avec qui on peut interagir. On peut alors découvrir la ville à travers ces personnes-là". C’est ça, l’esprit 'Jogabo' !

 

Une récompense du programme Start-Up Chile !

L’aventure 'Jogabo' est avant tout un choix personnel pour ce diplômé de Stanford: "il n’y avait pas d’aspect humain dans mon ancien travail en tant que consultant. Je résolvais des problèmes et passais aussitôt à autre chose". Du jour au lendemain, le jeune entrepreneur a quitté le cercle fermé des agences talentueuses internationales pour l’univers des organisations non gouvernementales (ONG). Un choix plus qu’assumé, puisque le prototype fonctionne avec des communautés qui tournent bien. Les fondateurs, Jeremy Melul, en charge du développement produit et des partenariats, et Mehdi Djabri (ESCP Europe) en charge du marketing et des opérations, doivent ce succès en partie au programme Start-Up Chile. Il s’agit d’une aide financière du gouvernement chilien, d’un montant de 40 000 dollars, pour attirer des entrepreneurs du monde entier. ."Avant de venir à Start-Up Chile, nous étions à Londres. Une fois la bonne nouvelle annoncée, aucune hésitation, la décision de partir était prise dans la semaine", se souvient le co-fondateur. Une levée de fonds est actuellement en cours. Les fondateurs se tournent vers l’avenir. Prochaine étape : "commencer à développer les fonctionnalités un peu plus avancés qui vont suivre tout ce qui tourne autour du terrain".

 

Des projets plein la tête, plus motivés que jamais

Le CEO nous fait part des plans pour les six à neuf prochains mois : "nous voulons soutenir les propriétaires de terrains locaux. S’ils ont des espaces libres, qu’ils n’arrivent pas à louer, nous souhaiterions les promouvoir via la plateforme". Autre objectif : développer trois grosses communautés, Santiago, New York et San Francisco, avec du marketing ciblé dans ces villes. Par ailleurs, un travail est effectué en étroite collaboration avec des ONG. Ensemble, ils cherchent à développer un curriculum qui pourrait apprendre aux sans-abris membres de ces ONG comment utiliser la plateforme. "Devenir organisateur, c’est très formateur. Cela aide à développer le sens de l’organisation et des responsabilités. Autant de qualités qui peuvent être appliquées dans la vie professionnelle. C’est une source de revenus et de contacts. Un organisateur à Londres peut gagner entre 20 et 30 livres par match", argumente-t-il. Pour les fondateurs, il est primordial de développer l’aspect social du projet dès le début. "Social signifie rencontrer des gens, mais aussi aider ceux qui n’ont pas les mêmes chances que nous".

La passion du foot comme moteur

Le jeu autour du ballon rond anime notre CEO. D’ailleurs, il se souvient très bien à quel point il peut être compliqué de lancer un match : "à l’université ou en dehors, d’une manière ou d’une autre, j’aidais à l’organisation. Ce n’est pas la tâche la plus facile. Il y a beaucoup de travail et les outils ne sont pas forcément adaptés". L’aventure Jogabo est source d’épanouissement pour l’entrepreneur : "la vision globale de ce que l’on veut faire, de pouvoir influencer, de changer la manière dont le sport est joué dans le monde, c’est motivant ! Et plus encore quand le feedback des utilisateurs, des ONG qui utilisent la plateforme est positif". Vous savez désormais ce qu’il vous reste à faire, une paire de crampons, deux cages, un ballon rond, un tour sur Jogabo.com… et c’est parti !

Donia Hachem (www.lepetitjournal.com/londres) jeudi 3 mai 2012

Réalisé avec notre partenaire Frog Valley (www.frogvalley.net)

Lire aussi :

OLIVIER DE SIMONE / WEBDOC - Quand le web se démocratise
Utilisés pour des raisons professionnelles ou ludiques, les réseaux sociaux envahissent incontestablement notre quotidien. Facebook, Twitter ou encore Trumblr pour n’en citer que quelques uns. Dans cet univers du web 2.0 en constante évolution, chacun essaie de tirer son épingle du jeu. Webdoc pourrait bien représenter l’avenir de la communication en ligne

VINCENT THOME / NUJI - Ou comment explorer le lèche-vitrine sur le web
À l’heure où le social shopping devient une tendance sur le net, l’idée d’aider les gens à découvrir de nouveaux produits sur la toile émerge. Vincent Thome est un des co-fondateurs de Nuji. Portrait

NATHALIE GAVEAU / SHOPCADE - "50 millions de produits et 23 000 marques en quelques mois"
Après la cession de Price Minister, la co-fondatrice du site, Nathalie Gaveau, s’est fixé un nouveau challenge dans l’univers si particulier et en constante évolution du Web 2.0. Partons à la rencontre de Shopcade et de sa CEO

 
A la Une

RHS CHELSEA FLOWER SHOW – Il fleurit à l’Hôpital Royal, mais aussi dans les…

Flower, show, Chelsea, expat, expatriés, français, francophones, french, communauté, actualités, informations, Londres, Royaume, Uni, UK
157 000, c’est le nombre de visiteurs qu’accueille chaque année le Royal Horticultural Society Chelsea Flower Show. Jardins grandioses, designs avant-gardistes, plantes étonnantes… Cette Grand-messe du jardinage mérite amplement sa renommée internationale ! Visite guidée de ce raz-de-marée floral, qui se déroule du 24 au 28 mai.
Une internationale

FUITE DES CERVEAUX – Est-ce qu’elle fragilise la France ?

La fuite des cerveaux semble inéluctable, c’est ce qu’indiquent deux chercheurs dans une note inédite présentée au Conseil d’analyse économique et social. Le nombre d’actifs français partis à l’étranger aurait doublé entre 2006 et 2011 mais les auteurs de la note relativisent le phénomène et proposent des solutions pour accompagner cette évolution et tirer profit de la mobilité internationale. 
Actu internationale
En direct d'Europe
Rome - Actualité

LA PHOTO DU MOIS - Les parapluies

Parler de la pluie et du beau temps, quel ennui! Mais tout de même, ma première année à Rome presque terminée, je souris. Dans la ville…
Expat
Expat - Emploi

FUITE DES CERVEAUX – Est-ce qu’elle fragilise la France ?

La fuite des cerveaux semble inéluctable, c’est ce qu’indiquent deux chercheurs dans une note inédite présentée au Conseil d’analyse économique et social. Le nombre d’actifs français partis à l’étranger aurait doublé entre 2006 et 2011 mais les auteurs de la note relativisent le phénomène et proposent des solutions pour accompagner cette évolution et tirer profit de la mobilité internationale. 

EMPLOI — La Suède, paradis du travail pour les femmes ?

Entre 2013 et 2015, le nombre de plaintes pour discrimination sexuelle déposées auprès de l’agence publique chargée de ce sujet, a presque baissé de moitié (450 et 290 plaintes, respectivement). Paradoxalement, ce sont les hommes qui portent le plus plainte, à 51-52% des affaires enregistrées ! Cela signifierait-il que les femmes sont arrivées à une position égale, voire dominante, par rapport aux hommes, sur le marché du travail suédois ?
Expat - Politique

MATTHIAS FEKL - « Pourquoi la France pourrait dire non au TTIP »

Matthias Fekl, Secrétaire d'Etat au commerce extérieur, a la semaine dernière déclaré officiellement l’opposition de la France au TTIP en l'état. Mais qu’est ce que le TTIP ? Retour sur l’historique et la nature de ce traité de libre-échange entre l’Europe et les Etats-Unis. Un article de notre édition de Rome
Magazine