Lisbonne

APPRENDRE LE PORTUGAIS - Le début du voyage

Si vous avez l’âme d’un aventurier, le portugais est la langue qu’il vous faut. Parlée par plus de 190 millions de personnes, elle vous permettra d’être à l’aise un peu partout dans le monde (Portugal, Brésil, Angola, Goa, Macao…). Pour cela il vous faudra la patience d’un sage, l’attention d’un élève motivé et la souplesse articulatoire d’un chanteur entraîné. Le portugais est une langue qui se mérite

Nous sommes tous capables d’apprendre une nouvelle langue… à la naissance
Faire l’apprentissage d’une nouvelle langue n’est pas facile même pour les plus doués d’entre nous. Si nous sommes tous capables à la naissance d’apprendre n’importe quelle langue, après 25 ans notre oreille perd de sa capacité à distinguer les subtiles différences entre les sons pour ne privilégier que les plus entendus : ceux de notre langue maternelle. Le bilinguisme commence à partir du moment où l’on est capable de se débrouiller dans un environnement. Motivant, non ?

4 attitudes possibles face à l’apprentissage
Il existe plusieurs attitudes possibles face à l’apprentissage du portugais :
- le rejet pur et simple (M’intéresse pas ! Trop dur ! Pas besoin !);
- la curiosité (Tiens, c’est sympa et rigolo !);
- la passion (les 3 F : Fado, Fatima, Football);
- un mélange de tout cela (Pourquoi não ?).
A nous de savoir si nous voulons bâtir des murs ou dessiner des frontières qui nous permettent de communiquer.

Le rejet
Avouons-le sans détour, le portugais est une langue difficile. Tout d’abord, elle nous est étrangère et à ce titre comme pour toutes autres langues, elle demande des efforts (apprendre le vocabulaire, la grammaire, la conjugaison…) ce qui la rend pour beaucoup inaccessible. C’est à ce stade que certains abandonnent.

La curiosité
Passée cette première étape, la curiosité est un excellent stimulant. La langue portugaise prend les couleurs des azulejos, elle quitte la représentation scolaire pour celle des gens qui nous sourient. Il faut bien cela pour dépasser certains sons déroutants. Ce petit chuintement par exemple qui ressemble au début à de "la friture sur la ligne "ou encore les "ões "et autres nasalisations qui produisent sur l’oreille novice quelque chose de furieusement perturbant. Patience !

La motivation jusqu’à la passion
Ce n’est pas que vous vous sentez Portugais mais plutôt que vous avez envie de participer autrement, de vivre quelque chose de plus intense ou tout simplement de plus professionnel. La bonne surprise est que le portugais se lit très bien pour un Français, plus il est littéraire et plus il est accessible (ex : a teoria da aprendizagem das linguas = la théorie de l’apprentissage des langues. Epatant, non ?). Une cinquantaine de mots dont une quinzaine de verbes vous permettent de vous débrouiller au quotidien. Quant à la prononciation autant en faire le deuil dès le début et vous souvenir que tout le monde appréciera votre charmant accent français. Vous pouvez largement vous faire des compliments, bel effort !

L’immersion totale : l’idéal
Si vous êtes en immersion totale (du portugais au moins 5 heures par jour) vous parlerez cependant très bien après trois ou quatre mois. La plupart d’entre nous se contentera d’une relation approximative tout de même efficace pour vivre pleinement son expérience portugaise.

Avec l’aide d’un bon professeur (choisir absolument quelqu’un dont la parole, le ton, le rythme, la personnalité vous enchante) vous parviendrez à une certaine fluidité si vous acceptez de faire des phrases courtes et de ne pas exprimer forcément toute la subtilité de votre pensée.

Bom dia e boa sorte !

Nathalie Vogelsinger-Martinez (www.lepetitjournal.com/lisbonne.html) Reprise, vendredi 11 novembre 2011
Coach de projets personnels et professionnels
www.parlerdesoi.com
(Photos : M.J. Sobral )

ENTREPRISE – Trophées 2014

La 21ème édition des Trophées de la Chambre de Commerce et d’Industrie Luso-Française, s’est déroulée le 16 octobre dernier. Animée par Bernard Chantrelle, Président de la CCILF et en présence de l’Ambassadeur de France, Jean-François Blarel elle a permis de distinguer des entreprises qui se sont illustrées par leurs actions dans différents domaines.

SORTIR - Coup de cœur de nos lecteurs

Cette semaine un de nos lecteurs partage avec nous son coup de cœur pour un lieu culturel à Lisbonne dans le quartier de Bica. Vous aussi faites nous…

STREET ART - Lisbonne sous un autre angle

Alors que souvent lorsque l’on arrive à Lisbonne nos yeux se posent tout d’abord sur les azulejos et les bâtiments colorés, il existe, en réalité, un…
A la une

ERIC-EMMANUEL SCHMITT - "J’ai découvert que j’étais français à l’étranger"

Romancier, réalisateur, dramaturge, conteur… À 54 ans, Éric-Emmanuel Schmitt est une machine naturelle à créer. À succès aussi puisque ses œuvres littéraires et théâtrales sont saluées de par le monde et reçoivent des récompenses en Italie, en Espagne, en Allemagne, en Suisse et, bien sûr, en France. À l’occasion de la sortie de son nouveau roman épistolaire Le poison d’amour, paru aux éditions Albin Michel, qui plonge dans le journal intime de…
France/Monde
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

SINGAPOUR - Paradis des start-up

Start up Singapour
Selon une étude menée par la Singapore Venture Capital and Private Equity Association (SVCA), Singapour serait le meilleur endroit pour créer et développer une start-up en Asie du Sud-Est .

EXPATRIATION - Je me sens nulle… Est-ce normal docteur ?

"Si je vous disais, Docteur Bobo, que pas plus tard qu’hier je suis restée paralysée au téléphone car il fallait que je prenne rendez-vous chez un médecin et que l’on m’a demandé des tas d’informations notamment sur mon assurance, et là j’ai paniqué. C’était un échange dans la langue locale que je pensais « maîtriser » et pourtant en raccrochant je me suis sentie si « nulle »".
Expat - Politique
Magazine
Les trophées

TROPHEES 2014 – Les sept lauréats ont été récompensés au Quai d’Orsay

La cérémonie des Trophées des Français de l’étranger, organisée par lepetitjournal.com, s’est déroulée ce jeudi 6 mars, dans le cadre prestigieux du Ministère des Affaires étrangères. Devant leurs proches, les élus, les partenaires et la Ministre déléguée chargée des Français de l’étranger, Hélène Conway-Mouret, les sept lauréats ont été récompensés pour leur parcours d’exception.