Lisbonne

MARIO SOARES – Le Portugal rend hommage à un grand homme

Le Portugal vient de rendre un dernier hommage à celui qui restera comme l’un des pères de la démocratie portugaise. Décédé le 7 janvier, Mario Soares avait dédié sa vie à lutter contre la dictature et à enraciner la démocratie au Portugal. Le gouvernement a décrété trois jours de deuil national et un peu partout dans le monde la nouvelle de son décès à susciter des réactions.

Emotion à Lisbonne
Lundi 9 janvier, le cortège funèbre de Mario Soares a parcouru les principales artères lisboètes. Il a été très applaudi par une foule qui s’est pressée pour rendre un dernier hommage à l’un des personnages les plus important de l’histoire moderne du Portugal. Le 28 avril 1974, son retour à Lisbonne avec d’autres exilés politiques avait suscité grand déplacement de foule ; lundi, c’est l’émotion et la gravité qui étaient au rendez-vous. Cette même émotion s’est retrouvée mardi, toujours dans les rues de Lisbonne, quand la dépouille de l’ex chef d’Etat a été transportée du Mosteiro dos Jeronimos au cimetière dos Prazeres où elle reposera. Un dernier hommage lui a été rendu avant l´enterrement.
(Photo : M.J.Sobral)
La classe politique unanime
Des photos géantes de Mario Soares ont été déployées sur les murs du siège du parti socialiste portugais qu’il a fondé. Des centaines d’anonymes et de militants ont patienté pour pouvoir signer un livre de condoléances mis à disposition pour l’occasion. L’hommage ne s’est pas limité à son propre camp. Dans l’après-midi du 11 janvier, l’Assemblée de la République a voté à l’unanimité une motion de "regret" déplorant ainsi la mort de Mario Soares. Même le parti communiste portugais, que Soares avait combattu lors de la tentative de coup d’Etat en 1975, a voté cette motion. On a pu cependant noté que les applaudissements étaient moins fournis dans cette partie de l’Assemblée que dans les autres bords politiques.
 
Un hommage national
Après avoir parcouru les rues de Lisbonne le 9 janvier, la dépouille de Mario Soares a été transporté au Mosteiro dos Jerónimos, monastère manuélien construit au XVI éme siècle. C’était également un symbole très fort de rendre hommage à Mario Soares,  européen convaincu qui dans ce même lieu avait signé en 1985 le traité d’adhésion du Portugal à la CEE . C´est là également que fût signé en 2007 le traité de Lisbonne – entré en vigueur en 2009-  Ce 10 janvier, près de 500 personnes ont assisté à la cérémonie d’hommage organisée dans le célèbre cloître du Mosteiro dos Jerónimos  "Il a gagné une place parmi les grandes figures de la seconde moitié du siècle dernier" a déclaré João Soares, le fils de Mario Soares lors de l´hommage touchant qu´il a rendu à son père.  Sa fille, Isabel, à son tour à rappeler combien son père et sa mère, Maria Barroso, partie en juillet 2015, ont compté pour elle. Le Président de l’Assemblée de la République, le Président de la République et le Premier ministre (étant en visite en Inde, il s’est exprimé par message enregistré) ont rendu hommage à l’homme d’Etat qu’était Mario Soares, en centrant leur discours sur sa lutte contre la dictadure et son parcours politique. (Photo : RTP Notícias @Nuno Patrício e Pedro A. Pina.)
 
Une aura à l’internationale
Des responsables politiques de tous bords de multiples pays du monde ont réagi à la disparition de Mario Soares. C’est en Europe et dans les anciennes colonies portugaises que l’hommage a été le plus soutenu. Les chefs d’Etat du Cap-Vert ou de la Guinée-Buissau étaient présents au Mosteiro dos Jeronimos pour rendre hommage à celui qui en tant que ministre des Affaires étrangères avait enclenché le processus de décolonisation. Le Brésil était aussi représenté par son Président. La gauche et la droite européenne ont également rendu hommage à l’européen convaincu qu’était Mario Soares. Felipe Gonzales, ancien Premier ministre espagnol s´est déplacé, le roi d´Espagne lui aussi était présent ainsi que la famille royale du Maroc. Lionel Jospin, Premier ministre français entre 1997 et 2002 et qui a côtoyé Mario Soares pendant quelques années, s´est lui aussi déplacé pour accompagner le dernier voyage du  compagnon de route politique qu´était Mario Soares.  

Pablo Menier (www.lepetitjournal.com/lisbonne.html) jeudi 12 janvier 2017

Lire aussi notre article : MARIO SOARES – Un homme qui a marqué l´histoire du Portugal

 
 A la Une à Lisbonne

MICRO TROTTOIR- Le 25 avril vu par les Portugais et les touristes

Mardi 25 avril, le Portugal célèbre le quarante-troisième anniversaire de la révolution du 25 avril 1974. Celle-ci est également connue sous le nom de “révolution des oeillets”, elle a mis fin à 48 ans de dictature dans le pays. Depuis cette date le pays a fait du 25 avril un jour férié. A cette occasion, Lepetitjournal/Lisbonne est descendu dans les rues de la capitale pour voir ce que pensaient Portugais et touristes de passage de ce 25 avril.
Une internationale

PRÉSIDENTIELLES – Les résultats des Français de l'étranger

Les Français de l'étranger, malgré quelques couacs, sont allés voter en nombre pour ce premier tour de la Présidentielle. Et comme souvent, ils font un choix une peu différent de celui des Français de l'Hexagone, en plaçant Emmanuel Macron très largement en tête, devant François Fillon. 
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

PERMIS VACANCES TRAVAIL – Ce qu’il faut savoir avant de partir

Le Permis Vacances Travail permet de vivre une expérience unique, puisqu’il permet de faire un séjour longue durée à l’étranger, en ayant la possibilité de cumuler des petits boulots sur place pour se financer. Avant de s’envoler pour d’autres horizons, mieux vaut toutefois être bien préparé

COACHING - Être pilote de sa vie, ça veut dire quoi ?

Aujourd’hui, j’ai fait une très belle rencontre à Shanghai et cette personne m’a posé une excellente question : “Pour toi, c’est quoi être pilote de sa vie ? Comment est-ce que je peux avoir un peu plus la sensation d’être pilote de ma vie ?”
Expat - Politique

PRÉSIDENTIELLES – Les résultats des Français de l'étranger

Les Français de l'étranger, malgré quelques couacs, sont allés voter en nombre pour ce premier tour de la Présidentielle. Et comme souvent, ils font un choix une peu différent de celui des Français de l'Hexagone, en plaçant Emmanuel Macron très largement en tête, devant François Fillon. 
Magazine