Lisbonne

LE JARDIN DES GEANTS - Le jardin de la Place de Alegria ou Alfredo Keil

Si vous flânez du côté de l’Avenue da Liberdade, venant du Rossio ou de Restauradores et en remontant vers Marquês Pombal, faites un petit détour par cette place au nom si joyeux pour y découvrir des exemplaires d’arbres plus ou moins exotiques et de proportions démesurées. Fans de botanique, nous vous proposons une visite de ce jardin

(Photos : M.J. Sobral)

En hommage à Alfredo Keil
Ce petit jardin, pas plus grand qu’un mouchoir de poche (0,3 ha), fut crée en 1882 et rend hommage à Alfredo Keil (1850-1907), poète, peintre et musicien, compositeur de l’hymne national – A Portuguesa--  dont nous trouverons le buste sculpté contre la haie de buis (Buxus sempervirens).

De 1809 à 1835, cet endroit voyait se dérouler une fois par semaine la foire aux puces (Feira da Ladra) avant que celle-ci ne soit transférée vers le Campo de Santa-Clara où elle a lieu encore de nos jours.

Le jardin et sa botanique
En ce qui concerne la botanique, ce petit jardin recense six arbres classés d’intérêt spécial, un statut de protection et une reconnaissance officielle de leur importance.
D’abord, en arrivant dans le jardin, nous remarquons l’ombre épaisse que fournit un gros tilleul (Tilia sp.) sur la gauche. Il est vrai qu’en hiver, ayant ses feuilles caduques, on pourra passer sans trop le remarquer. Cet arbre sacré, protecteur des guerriers pour les peuples germaniques, dont le genre comprend pas moins de 30 espèces, est très commun dans les forêts des zones tempérées de l’hémisphère Nord. Aussi bien son bois clair que ses fleurs parfumées sont appréciés depuis toujours.

Côté droit, une Erythrine (Erythrina cistagalli), une légumineuse de la famille des Fabacées, qui provient d’Amérique du Sud et fleur nationale de l’Argentine, gagne à être vu quand ses fleurs "à la crête de coq" s’épanouissent d’avril jusqu’en octobre. Son nom vient du grec erythros, rouge, pour la couleur de ses fleurs et de ses graines.

Une petite lignée de Micocouliers
Si nous avançons davantage vers le bassin central, nous avons sur notre gauche une petite lignée de Micocouliers (Celtis australis), peut-être l’arbre le plus planté à Lisbonne, un habitué de la région méditerranéenne, qui a été longtemps exploité pour son bois de qualité, clair et résistant, qui servait entre autres à fabriquer les fameuses fourches à trois doigts, pour sa végétation, fourrage apprécié par les animaux d’élevage et pour son ombre généreuse, bien qu’il soit de feuille caduque. On le reconnaît facilement à son tronc lisse et gris "à la peau d’éléphant". Sa croissance relativement lente s’accorde avec le fait qu’il peut vivre facilement plus de 200 ans. Ses fruits, semblables à de petites guignes, sont comestibles et très appréciés par la gent volatile, en septembre, quand ils sont bien rouges au milieu d’une végétation encore verte. En hiver, ces mêmes fruits, séchés, resteront accrochés aux brindilles de l’arbre pendant longtemps.

Les géants de la Place de Alegria
Passons maintenant aux véritables géants de cet espace vert avec les deux Sidéroxylons (Metrosiderus excelsa) de dimension impressionnante, que l’on trouve en remontant côté gauche toujours, avec leurs racines aériennes de couleur rougeâtre qui pendent aux branches et qui nous aident à reconnaître cet arbre en provenance de Nouvelle-Zélande, où les Maori l’appelle "pohutukawa", qui signifie littéralement "éclaboussé par la mer" , référence à sa bonne adaptation en zone côtière, à l’air marin et au vent du littoral. D’ailleurs, on le plante de plus en plus au Portugal en bord de mer. Il est aussi connu comme "arbre de Noel", à cause de sa floraison aux  pompons  rouges, semblable à celle du Rince-bouteille(Callistémone), qui apparaît à la fin de l’année dans l’hémisphère Sud. Au Portugal, par contre, les fleurs s’épanouissent en juin.

Arbres en provenance d´Amérique latine
Dans la parcelle délimitée par le buis, nous remarquerons un Avocatier (Persea americana) très élancé, au feuillage persistent et brillant comme tous les Lauracées, tout comme à côté de lui le Magnolia (Magnolia grandiflora), deux arbres originaires d’Amérique du Nord et amenés pour le premier en Europe par les Espagnols qui le découvrirent au Mexique et pour l’autre par le botaniste français Pierre Magnol (1638-1715) qui parcourut le sud des Etats-Unis actuels.

Pour finir la visite en beauté, il suffit de contempler l’énorme Kapokier (Chorisia speciosa) de 200 ans d’âge, 25 mètres de haut, couvert d’épines, le tronc bombé et exceptionnel par sa floraison en automne, preuve de sa provenance d’Amérique latine, qui est un témoignage vivant du climat favorable de Lisbonne au développement de telles espèces tropicales.

André Laurins (www.lepetitjournal.com/lisbonne.html) reprise, vendredi 25 novembre 2011
Technicien agronome (maria.friesen@sapo.pt)

LITTERATURE - Comment expliquer une foi immense?

Olivier Rolin, un des écrivains français les plus réputés, dans son tout nouveau et magnifique récit Le météorologue, paru le 11 septembre, évoque l´émotion de ces premières années d´engouement pour le communisme mais aussi la spirale de violence qui s´est emparée du régime soviétique sous la férule de Staline, a fortiori dans les années trente.

CINEMA – Deux jours, une nuit

Egoïsme matérialiste contre solidarité humaniste ou symptôme d'une société en crise et vendue au plus offrant... C´est la thématique qui est abordée…
A la une
France/Monde
En direct d'Europe
Turin - actualité italie

BANLIEUES – Le malaise italien

Le mois de novembre a été marqué par de fortes tensions à la périphérie de quelques grandes villes italiennes. L’agitation, amplement…
Expat
Expat - Emploi

COACHING - Partir pour mieux revenir

"Je me sens seul comme au milieu de l’océan". Je suis à l’autre bout du téléphone et je peux ressentir toute la détresse de Patrick, 40 ans. En quinze ans, il s’est construit l’une des plus belles réputations de décorateur en Espagne, les clients se battent littéralement pour avoir ses services, et pourtant il a cette terrible impression d’être arrivé en bout de course. "Je veux arriver à prendre un virage que je n’arrive pas à négocier seul. Ce virage est un nouveau challenge professionnel qui me redonnera l’envie de me lever le matin".
Expat - Politique

MARC VILLARD – "L’AFE doit se concentrer sur l’essentiel"

Marc Villard, premier président élu de l’Assemblée des Français de l’Etranger (AFE), a aujourd’hui la lourde tache d’élaborer les règles de fonctionnement de la nouvelle assemblée. En pleine réflexion sur les rôles de chacun au sein de l’institution, ses priorités n’en demeurent pas moins centrées sur les préoccupations au quotidien des Français de l’étranger
Magazine
Les trophées

TROPHEES 2014 – Les sept lauréats ont été récompensés au Quai d’Orsay

La cérémonie des Trophées des Français de l’étranger, organisée par lepetitjournal.com, s’est déroulée ce jeudi 6 mars, dans le cadre prestigieux du Ministère des Affaires étrangères. Devant leurs proches, les élus, les partenaires et la Ministre déléguée chargée des Français de l’étranger, Hélène Conway-Mouret, les sept lauréats ont été récompensés pour leur parcours d’exception.
Francophonie

POURIA AMIRSHAHI - Francophonie : le sursaut ou le déclin

"Le XVe sommet de la Francophonie qui s’ouvre est avant tout l’occasion de poser les jalons d’une nouvelle vision et, partant, d’une nouvelle orientation stratégique....", déclare dans un communiqué Pouria Amirshahi, Député de la Neuvième circonscription des Français de l’Étranger.

LANGUE FRANÇAISE – Le monde compte 274 millions de francophones

La francophonie progresse dans le monde. C’est la conclusion du second rapport quadriannuel de l’OIF sur l’usage de la langue française dans le monde, présenté au siège de l’organisation à Paris mercredi 5 novembre. En 4 ans, le nombre de francophones a augmenté de près de 25%. Le français est aujourd’hui la seconde langue la plus étudiée dans le monde. D’ici 2060, les francophones pourraient être 767 millions à travers le monde, ce qui constitue un formidable potentiel économique et culturel. Encore faut-il soutenir cette dynamique, prévient l’OIF.