Lisbonne

JARDIN – Le jardin botanique de Ajuda (1ere partie)

 


Un jardin créé pour étudier et collectionner le maximum d’espèces du monde végétal.

"Le jardin botanique de Ajuda fut fondé à la manière des anciens jardins, sans aucune classification scientifique alors qu’on y trouve beaucoup de plantes rares et utiles à la médecine, à l’agriculture et aux arts; afin de le réformer et de le moderniser, selon la méthode que j’ai appliqué à celui de l’Université de Coimbra, il faudrait arracher toutes les plantes, tous les ornements de buis et les carrés de pierre du terrain supérieur où ils se trouvent établis; les travaux de cette réforme dureront quelques années, on y perdra de nombreuses espèces et les dépenses seront énormes."
Telles sont les impressions de Félix Avelar Brotero (1744-1828) quand il prend la charge de directeur de ce jardin, en 1811, fonction qu’il maintiendra jusqu’à sa mort.

Ce jardin est certainement le plus ancien du pays. Il a d’abord été mis en place sur ordre du Marquis de Pombal, en 1768, dans le but de faire connaître à la population de Lisbonne des espèces botaniques venant des quatre coins du monde. Projeté par le botaniste italien Domingo Vandelli (1735-1816), ce dernier enseigna les principes élémentaires de l’établissement d’un tel jardin, qui deviendra ainsi le 15º jardin botanique européen, 200 ans après ceux de Florence et de Bologne, en Italie et 133 ans après la création de celui du Muséum d’histoire naturelle de Paris.
Le terrain avait d’abord été converti, juste après le terrible tremblement de terre du 1 novembre 1755, en jardins potagers et vergers de la voisine et provisoire résidence royale établie dans un édifice en bois, la "Real Barraca", construction qui abrita le monarque Dom José I et sa famille et qui sera brûlée après la mort du roi.

(Photos : M.J Sobral)

Bien que Lisbonne ait eu avant des sites de regroupement de ses collections de plantes exotiques, le Jardin botanique royal de Ajuda sera le premier jardin dessiné afin de maintenir, étudier et collectionner le maximum d’espèces du monde végétal. Vandelli, tout comme Brotero, le génie portugais de la botanique, sauront acclimater des espèces exotiques à ce jardin. Aujourd’hui encore, c’est au pied de certains arbres qu’ils auront planté que nous flânons. Quelques uns d’entre eux, après avoir poussé avec succès sur les versants amènes de la colline de Ajuda, furent replantés dans tout Lisbonne. Il s’agit de genres comme les Jacarandas, les Podocarpus (pin de São tomé), les Chorisias (kapokier), les Tipuanas du Brésil, les Lagerstromias de Chine ou les Mélias d’Arménie. Ils sont restés présents dans le paysage urbain tel un témoignage vivant de l’effort de botanistes qui, tout en enrichissant la palette d’espèces nouvelles et de couleurs vibrantes capable de fleurir la capitale, préparèrent aussi le chemin pour d’autres jardiniers et paysagistes à venir.

Un jardinier français lance la mode des arbres exotiques dans Lisbonne
Sous la direction de Brotero, le jardin de Ajuda vivra sans nul doute sa période de splendeur. Avec le temps, cette splendeur perdra de sa vivacité par manque de soin et d’entretien. Huit ans après la mort du grand botaniste, Dom Fernando de Saxe Cobourg et Goethe (1816-1885), prince allemand et roi du Portugal en 1837, amant de la nature et des jardins, s’installera à Lisbonne. Avec l’aide de son jardinier particulier, un Français dénommé Bonnard, il prendra la relève en s’occupant de la «Tapada das Necessidades», premier jardin du jeune roi qui y planta de multiples espèces déjà bien acclimatées au jardin de Ajuda. C’est là aussi que Bonnard gagnera de l’expérience pour pouvoir appliquer par la suite toutes les nouveautés au jardin de Estrela ou dans le jardin panoramique de São Pedro de Alcântara. La mode se répandit à partir de ces lieux publics et les jardins privés de la capitale, les nombreuses places, avenues et rues se parèrent d’arbres exotiques dont la beauté des formes et des couleurs marquèrent Lisbonne à jamais.

Lire la suite demain...

André Laurins (www.lepetitjournal.com/lisbonne.html) Reprise du jeudi 25 octobre 2012

Technicien agronome (maria.friesen@sapo.pt)

Ouvert tous les jours, horaires d´hiver : 10h00-18h00 (9h00-20h00 en été) - Entrée par la Calçada do Galvão (l´entrée de la Calçada da ajuda ferme à 17H00)
Entrée : 2€, gratuit pour les enfants jusqu´à l´âge de 7 ans

En savoir plus :
www.jardimbotanicodajuda.com

(Publi-Reportage) – Quinta da Murta : un domaine viticole dans la région de Bucelas

Bucelas, appelé le prince des vins blancs, dont le vignoble remonte aux Romains, a été pendant très longtemps le seul blanc sec du Portugal et le vin des rois, le vin des découvreurs (car il pouvait se garder longtemps), de la cour d’Angleterre, notamment au temps de Shakespeare (Le poète et dramaturge cite ce vin dans sa pièce de théâtre Henri VI écrit en 1594).

EXPOSITION - Alexandre FARTO dit VHILS

Alexandre Farto dit VHILS est un "jeune" portugais de 27 ans né à Seixal (en face de Lisbonne); il a aujourd'hui une réputation internationale!…

SORTIR - Nos suggestions pour septembre

En ce mois de septembre de nombreuses activités sont proposées dans divers quartiers de Lisbonne et très souvent en plein air et à l´entrée gratuite.…
A la une

RETOUR D'EXPATRIATION - 10 conseils pour le réussir

Les expatriés sont de plus en plus nombreux à renoncer au retour, surtout passé le cap des dix ans de vie à l’étranger. Le choc culturel inversé associé à de nombreuses difficultés économiques rendent le retour au pays difficile, car les employeurs français ne reconnaissent pas ou peu l’expérience acquise à l’étranger, sans compter que les “expats’” sont souvent perçus comme arrogants (comprenez: gourmands au niveau du salaire et volontaires…
France/Monde
En direct d'Europe
Varsovie - Actualité

MASSACRE DE KATYN - Commémoration

Le Président Bromislaw Komorowski et les ambassadeurs de 20 pays étaient réunis dans la Citadelle de Varsovie, mercredi, lors d'une…
Expat
Expat - Emploi

RETOUR D'EXPATRIATION - 10 conseils pour le réussir

Les expatriés sont de plus en plus nombreux à renoncer au retour, surtout passé le cap des dix ans de vie à l’étranger. Le choc culturel inversé associé à de nombreuses difficultés économiques rendent le retour au pays difficile, car les employeurs français ne reconnaissent pas ou peu l’expérience acquise à l’étranger, sans compter que les “expats’” sont souvent perçus comme arrogants (comprenez: gourmands au niveau du salaire et volontaires pour prendre des responsabilités). Voici les conseils d'Anne-Laure Fréant, de retour après un séjour de cinq au Canada et d'un an en Nouvelle-Zélande, pour retravailler rapidement en France.

VILLE DURABLE EN TURQUIE – Pour la France, “le potentiel est énorme”

Istanbul accueillera le 23 septembre un grand “colloque franco-turc sur la ville durable”. Ubifrance, agence française pour le développement international des entreprises, organise cet évènement avec le soutien de Vivapolis et de nombreux partenaires*. Près de 250 participants sont attendus à l’hôtel Grand Hyatt, dont une cinquantaine de France. Eric Fajole, directeur d’Ubifrance Turquie, nous en dit plus sur ce colloque.
Expat - Politique

MATTHIAS FEKL – Un Franco-allemand en charge des Français de l’étranger

A 36 ans, le député du Lot-et-Garonne remplace au pied levé Thomas Thévenoud comme secrétaire d’Etat chargé du Commerce Extérieur, de la Promotion du tourisme et des Français de l’étranger. Pur produit des grandes écoles françaises, de père allemand, cet ancien partisan de Strauss-Kahn avait choisi de soutenir Hollande lors des primaires du PS
Magazine
Les trophées

TROPHEES 2014 – Les sept lauréats ont été récompensés au Quai d’Orsay

La cérémonie des Trophées des Français de l’étranger, organisée par lepetitjournal.com, s’est déroulée ce jeudi 6 mars, dans le cadre prestigieux du Ministère des Affaires étrangères. Devant leurs proches, les élus, les partenaires et la Ministre déléguée chargée des Français de l’étranger, Hélène Conway-Mouret, les sept lauréats ont été récompensés pour leur parcours d’exception.