Lisbonne

A CIDADE - Au travers des corps urbains

 

A "cidade"  est le nouveau spectacle de danse contemporaine de Olga Roriz présenté en ouverture de saison du théâtre Camões les 12 et 13 octobre, à Lisbonne. Titre évocateur et explicite : "la ville"… Des danseurs qui mettent en scène et en mouvement l´imaginaire de l´univers urbain. Une réflexion sur le temps et l’espace de la ville, des corps qui se rencontrent, qui se frôlent.  Des danseurs qui sentent la ville.

Olga Roriz : une chorégraphe portugaise
Olga Roriz est une danseuse et chorégraphe portugaise de renommée internationale, à travers ses créations elle cherche à interpeller et questionner son public. Sa première source d´inspiration est bien le corps, ses émotions, sa sensibilité et ce spectacle "a Cidade" en est une fois de plus la preuve. Même si elle a, au départ, une formation classique, elle a en effet intégré le ballet Gulbenkian en 1976, elle prend son indépendance assez vite et crée sa propre structure dans un style beaucoup plus contemporain dès 1995.

Une réflexion sur le temps et l’espace urbain
Quatre danseurs, Catarina Câmara, Maria Cerveira, Bruno Alexandre et Pedro Santiago Cal dansent la solitude, l´apparence, la pauvreté, les déchets, la pression de l´espace urbain. Les tableaux se succèdent avec intensité et les corps se plient au rythme d´une chorégraphie contemporaine qui exprime les liens éphémères de ceux qui se croisent dans l´anonymat de la "cidade". Des danseurs qui sentent la ville. Boite de nuit, shopping, parc, jardin, un voyage dans les différents espaces urbains où naissent et se racontent les histoires, nos histoires.

Des tableaux en mouvement

Une image forte nous revient, une femme immobile sous une veste, abandonnée face à la cruauté. Un homme, étendu là au centre de la scène, et tout d’un coup un amas de détritus, tombant du ciel. Cynique métaphore de l’homme moderne battu et recouvert par ses propres déchets quotidiens. Et puis, deux corps nus qui se retrouvent avec la seule lumière d’un feu, laissant entre-apercevoir les lignes de leur corps, une brève respiration poétique. Quatre danseurs qui se rencontrent dans un rythme effréné comme celui de la foule qui nous capte et nous enferme dans notre quotidien. Des solos, chaque danseur, ou plutôt chaque interprète propose à sa manière, son regard sur la ville. Au delà des danseurs, c’est bien plus des interprètes qu’il s’agit, danse, théâtre, performance, ils nous donnent tous à voir une identité et une corporalité qui leur est propre. Une danse qui laisse place à l’individu, et qui au travers de son propre mouvement, de sa propre gestuelle offre son ressenti, son vécu. Loin de la danse épurée, et du mouvement technique pur, une danse qui parle, qui s’exprime.

Un rythme effréné
En voyant ce spectacle, le spectateur est pris dans une cadence infernale, les musiques s’enchainent, chaque tableau propose un nouvel univers. Nos oreilles et nos yeux ont du mal à suivre la cadence. Les danseurs, vont et viennent, sans que l’on puisse les distinguer et les reconnaître. Les personnages se démultiplient. Les costumes, simples, quotidiens, avec ou sans couleur se succèdent, comme une course sans fin. Une pièce qui a du rythme ou plutôt des rythmes. Des corps abimés, torturés, mais qui nous suggèrent leur poésie et leur fragilité. Une poésie urbaine, une poésie de l’individu. C’est peut être et sans doute cela que nous propose Olga Roriz, un reflet du quotidien de nos vies modernes, perdues, désorientées, dans la profusion des éléments qui nous entourent. Une histoire de corps qui se construisent et se heurtent à la réalité cynique de notre quotidien urbain.

La pièce se termine. A chacun de retourner dans la ville, avec peut-être un regard nouveau… La pièce sera présentée le 20 Octobre au théâtre Circo de Braga, et le 24 novembre au théâtre municipal d’Almada.

Elsa Loupiac (www.lepetitjournal.com/lisbonne.html) jeudi 18 octobre 2012
(elsa.loupiac@hotmail.fr)

(Publi-Reportage) – Quinta da Murta : un domaine viticole dans la région de Bucelas

Bucelas, appelé le prince des vins blancs, dont le vignoble remonte aux Romains, a été pendant très longtemps le seul blanc sec du Portugal et le vin des rois, le vin des découvreurs (car il pouvait se garder longtemps), de la cour d’Angleterre, notamment au temps de Shakespeare (Le poète et dramaturge cite ce vin dans sa pièce de théâtre Henri VI écrit en 1594).

CINEMA – Deux jours, une nuit

Egoïsme matérialiste contre solidarité humaniste ou symptôme d'une société en crise et vendue au plus offrant... C´est la thématique qui est abordée…
A la une

NOEMIE LVOVSKY - "Le cinéma français est plus chanceux que les autres cinémas européens"

Avec Laura Smet et Marina Foïs, Noémie Lvovsky compose le trio drôle et émouvant du film Tiens-toi droite réalisé par Katia Lewkowicz, en salles depuis le 26 novembre. Elle incarne Sam, une mère de famille nombreuse décidée à prendre son indépendance mais rongée par la culpabilité. Quelques jours avant la sortie du long métrage, lepetitjournal.com a rencontré l’actrice et réalisatrice de 49 ans. Ses métiers, le verbe être, son enfance…
France/Monde
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

COACHING - Partir pour mieux revenir

"Je me sens seul comme au milieu de l’océan". Je suis à l’autre bout du téléphone et je peux ressentir toute la détresse de Patrick, 40 ans. En quinze ans, il s’est construit l’une des plus belles réputations de décorateur en Espagne, les clients se battent littéralement pour avoir ses services, et pourtant il a cette terrible impression d’être arrivé en bout de course. "Je veux arriver à prendre un virage que je n’arrive pas à négocier seul. Ce virage est un nouveau challenge professionnel qui me redonnera l’envie de me lever le matin".
Expat - Politique

MARC VILLARD – "L’AFE doit se concentrer sur l’essentiel"

Marc Villard, premier président élu de l’Assemblée des Français de l’Etranger (AFE), a aujourd’hui la lourde tache d’élaborer les règles de fonctionnement de la nouvelle assemblée. En pleine réflexion sur les rôles de chacun au sein de l’institution, ses priorités n’en demeurent pas moins centrées sur les préoccupations au quotidien des Français de l’étranger
Magazine
Les trophées

TROPHEES 2014 – Les sept lauréats ont été récompensés au Quai d’Orsay

La cérémonie des Trophées des Français de l’étranger, organisée par lepetitjournal.com, s’est déroulée ce jeudi 6 mars, dans le cadre prestigieux du Ministère des Affaires étrangères. Devant leurs proches, les élus, les partenaires et la Ministre déléguée chargée des Français de l’étranger, Hélène Conway-Mouret, les sept lauréats ont été récompensés pour leur parcours d’exception.
Francophonie

POURIA AMIRSHAHI - Francophonie : le sursaut ou le déclin

"Le XVe sommet de la Francophonie qui s’ouvre est avant tout l’occasion de poser les jalons d’une nouvelle vision et, partant, d’une nouvelle orientation stratégique....", déclare dans un communiqué Pouria Amirshahi, Député de la Neuvième circonscription des Français de l’Étranger.

FRANCOPHONIE – Peut-on oublier la langue de Molière?

Le sommet de la francophonie se tiendra ce week-end à Dakar. A cette occasion, nous vous proposons de relire un article consacré aux difficultés rencontrés dans leur propre langue par les expatriés de longue date. Alors que les chefs d’Etat et de gouvernement concernés s'occuperont des thèmes chers aux pays appartenant à l’Organisation internationale de la francophonie, quelles sont donc les préoccupations linguistiques des Français de l’étranger