TÉMOIGNAGE – Le programme Comenius permet une ouverture vers d´autres cultures

Julie Adou est arrivée au Portugal en septembre dernier pour un séjour de 5 mois dans le cadre du programme Comenius. Elle vient de repartir et nous a laissé le témoignage de son expérience, cependant séduite par le pays, son désir confié est de revenir enseigner au Portugal

Lepetitjournal.com/Lisbonne - Quelle est votre formation et votre expérience professionnelle ?

Julie Adou  - Tout d’abord, j’ai fait un BAC SMS (science médico-sociale) en France puis je suis partie en Belgique pour faire une formation d’institutrice primaire (formation en 3 ans). J’ai obtenu mon diplôme en juin 2011.
De plus depuis l’âge de 17 ans, je travaille dans les centres aérés pendant les vacances scolaires.

Dans quel cadre êtes-vous venue au Portugal ?
Je suis venue au Portugal avec le programme Comenius. J’ai été assistante de français à l’école Dr Joaquim de Barros à Paço d’Arcos. J’ai aidé le professeur de français à faire des activités mais j’ai aussi fait découvrir aux élèves la culture et les traditions françaises.

Pourquoi avoir choisi le Portugal ?
Lors de l’inscription au programme, nous devions mettre 5 choix de pays. Mon premier choix était l’Espagne et ensuite le Portugal car je pensais que les deux pays se ressemblaient. Je ne regrette pas du tout d’avoir été envoyée au Portugal car c’était un pays que je ne connaissais vraiment pas contrairement à l’Espagne. Cela m’a permis de découvrir un très joli pays avec différents paysages.

Quels sont les aspects positifs et négatifs de cette expérience ?
Je trouve que c’est une chouette expérience ! J’ai appris à connaître la culture et les traditions portugaises, la langue, les grandes villes du Portugal telles que Lisbonne, Porto, Braga, Faro, Aveiro et des nouvelles méthodes d’enseignements.

Comment s´est passée votre adaptation ?
Très bien, j’ai été très bien accueillie, que ce soit par ma tutrice, par les professeurs, par les élèves ou par ma propriétaire.

Quel bilan faites-vous de cette expérience au niveau professionnel d'une part et personnel d'autre part?
Au niveau professionnel, cette expérience a confirmé qu’il était important de faire des activités ludiques pour motiver les élèves et qu’il fallait favoriser l’oral pour l’apprentissage d’une langue.
Au niveau personnel, cette expérience m’a fait "grandir", cela m’a permis de devenir responsable et autonome.

Si c´était à refaire que changeriez-vous ?
Si je devais refaire cette expérience, j’apprendrais le portugais avant d’arriver car la barrière de la langue a été mon seul problème au Portugal.

Quel souvenir allez-vous garder de Lisbonne ?

C’est une très jolie ville, très agréable, avec plein de choses à faire (promenade, musée, boutiques …) et des personnes très accueillantes.

Il y a t´il un endroit ou quelque chose qui restera associé à ce séjour dans la région de Lisbonne ?

Le soleil et la mer, chose qu’il manque beaucoup dans le Nord de la France.

Propos recueillis par Maria Sobral (www.lepetitjournal.com/lisbonne.html) lundi 20 février 2012

En savoir plus : www.europe-education-formation.fr

Lisbonne

(Publi-Reportage) – Quinta da Murta : un domaine viticole dans la région de Bucelas

Bucelas, appelé le prince des vins blancs, dont le vignoble remonte aux Romains, a été pendant très longtemps le seul blanc sec du Portugal et le vin des rois, le vin des découvreurs (car il pouvait se garder longtemps), de la cour d’Angleterre, notamment au temps de Shakespeare (Le poète et dramaturge cite ce vin dans sa pièce de théâtre Henri VI écrit en 1594).

CINEMA – Deux jours, une nuit

Egoïsme matérialiste contre solidarité humaniste ou symptôme d'une société en crise et vendue au plus offrant... C´est la thématique qui est abordée…
A la une

NOEMIE LVOVSKY - "Le cinéma français est plus chanceux que les autres cinémas européens"

Avec Laura Smet et Marina Foïs, Noémie Lvovsky compose le trio drôle et émouvant du film Tiens-toi droite réalisé par Katia Lewkowicz, en salles depuis le 26 novembre. Elle incarne Sam, une mère de famille nombreuse décidée à prendre son indépendance mais rongée par la culpabilité. Quelques jours avant la sortie du long métrage, lepetitjournal.com a rencontré l’actrice et réalisatrice de 49 ans. Ses métiers, le verbe être, son enfance…
France/Monde
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

COACHING - Partir pour mieux revenir

"Je me sens seul comme au milieu de l’océan". Je suis à l’autre bout du téléphone et je peux ressentir toute la détresse de Patrick, 40 ans. En quinze ans, il s’est construit l’une des plus belles réputations de décorateur en Espagne, les clients se battent littéralement pour avoir ses services, et pourtant il a cette terrible impression d’être arrivé en bout de course. "Je veux arriver à prendre un virage que je n’arrive pas à négocier seul. Ce virage est un nouveau challenge professionnel qui me redonnera l’envie de me lever le matin".
Expat - Politique

MARC VILLARD – "L’AFE doit se concentrer sur l’essentiel"

Marc Villard, premier président élu de l’Assemblée des Français de l’Etranger (AFE), a aujourd’hui la lourde tache d’élaborer les règles de fonctionnement de la nouvelle assemblée. En pleine réflexion sur les rôles de chacun au sein de l’institution, ses priorités n’en demeurent pas moins centrées sur les préoccupations au quotidien des Français de l’étranger
Magazine
Les trophées

TROPHEES 2014 – Les sept lauréats ont été récompensés au Quai d’Orsay

La cérémonie des Trophées des Français de l’étranger, organisée par lepetitjournal.com, s’est déroulée ce jeudi 6 mars, dans le cadre prestigieux du Ministère des Affaires étrangères. Devant leurs proches, les élus, les partenaires et la Ministre déléguée chargée des Français de l’étranger, Hélène Conway-Mouret, les sept lauréats ont été récompensés pour leur parcours d’exception.
Francophonie

POURIA AMIRSHAHI - Francophonie : le sursaut ou le déclin

"Le XVe sommet de la Francophonie qui s’ouvre est avant tout l’occasion de poser les jalons d’une nouvelle vision et, partant, d’une nouvelle orientation stratégique....", déclare dans un communiqué Pouria Amirshahi, Député de la Neuvième circonscription des Français de l’Étranger.

FRANCOPHONIE – Peut-on oublier la langue de Molière?

Le sommet de la francophonie se tiendra ce week-end à Dakar. A cette occasion, nous vous proposons de relire un article consacré aux difficultés rencontrés dans leur propre langue par les expatriés de longue date. Alors que les chefs d’Etat et de gouvernement concernés s'occuperont des thèmes chers aux pays appartenant à l’Organisation internationale de la francophonie, quelles sont donc les préoccupations linguistiques des Français de l’étranger