ARBRE - Le jacaranda (Jacaranda mimosifolia)

 

S’il y a bien un arbre que l’on remarque dans les rues de Lisbonne à cette époque de l’année, c’est bien lui. Tous les ans, d’ailleurs, il y a un rituel institué entre les Lisboètes de découvrir le premier jacaranda en fleur et de le signaler aux services municipaux afin d’obtenir une reconnaissance de fin observateur. Cela semble déjà trop tard pour cette année, car la floraison a déjà commencée. Cette dernière va s’étendre jusqu’au début du mois de juin pour recouvrir ensuite d’un tapis bleuté les rues, trottoirs et voitures qui se trouvent à proximité de tels arbres

(Photos : M.J. Sobral)

Un arbre au ton bleuté
Le jacaranda est, sans conteste, l’une des rares plantes de la nature à donner cette tonalité de bleu, entre la lavande et le Paulownia (P. tomentosa). Son nom vient de la langue indigène tupi de la côte du Brésil et désigne les arbres ayant un bois de qualité.
Sa distribution géographique originelle s’étend depuis la Bolivie, Paraguay et le nord de l’Argentine jusqu’au sud du Brésil. L’épithète "mimosifolia", qui le qualifie en botanique, se rapporte à ses feuilles proches de celles des Mimosas, sans pour autant appartenir à la même famille. Le jacaranda est plutôt de celle des Bignoniacées, qui se caractérise par des fleurs en forme d’entonnoir. Officiellement, le jacaranda a des feuilles caduques à la saison sèche, mais à Lisbonne, on peut constater que selon l’endroit où il se trouve, l’arbre gardera ses feuilles d’une année sur l’autre ou du moins ne les perdra pas toutes en même temps. Si cela arrive, celles-ci apparaîtront après le début de la floraison et on pourra admirer alors un arbre au tronc et ramifications sombres avec des fleurs au ton bleuté d’un très bel effet ornemental.

Le jacaranda se trouve un peu partout dans Lisbonne
Le jacaranda est donc de grand intérêt pour valoriser les zones urbaines où on l’implante et, dans la capitale portugaise, on le trouve partout avec quelques exemples notoires comme l’avenue D.Carlos I, entre le Parlement et la station de Santos, sur la place de Rossio, autour du parc Eduardo VII ou enfin dans le jardin de Santa-Clara, celui de la foire aux Puces (Feira da Ladra).

L´exploitation du jacaranda
Dans les premiers temps de la découverte du Brésil, les Portugais l’exploitèrent comme essence précieuse pour son bois clair et facile à travailler, très recherché en ébénisterie. Cette exploitation se fera au même titre que celle du bois-brésil ou bois à la couleur de braise (Hematoxylum brasiletto), ce dernier fournissant un colorant rouge très précieux et qui donnera à la colonie de Vera Cruz le nom de Brésil. Les coupes massives s’accompagneront d’une destruction de son habitat et en fera un bois de plus en plus rare.

Aujourd’hui, l’implantation du jacaranda est multiple dans les régions essentiellement subtropicales au climat chaud avec saison sèche et proche des tropiques. Dans l’hémisphère Nord, il ne supporte pas les rigueurs d’un hiver trop froid, mais on le trouve aisément dans le sud de l’Europe, tout comme en Californie. Il s’est aussi très bien adapté au climat d’Afrique du Sud, de l’est de l’Australie jusqu’en Nouvelle-Zélande, où il est devenu courant en zone urbaine.

Comment reconnaître le jacaranda
A Lisbonne, les premiers jacarandas ont dû être plantés à partir du XVII siècle, mais n’étant pas un arbre de grande longévité, il dépasse difficilement les 80 ans.
C’est aussi la raison pour laquelle le jacaranda pousse relativement vite et peut atteindre les 20 à 25 mètres de hauteur maximale en quelques dizaines d’années.
On reconnaît le jacaranda en dehors de la période de floraison à ses fruits qui restent accrochés longtemps aux branches et ont la forme de castagnettes formées par deux coquilles ligneuses avec les graines blotties au milieu, l’ensemble de couleur marron foncé.

Un arbre dont les origines remontent dans le temps
Un peu de paléobotanique maintenant ; comme toutes les plantes à fleur, le jacaranda n’a pas plus de 130 millions d’années d’existence sur la terre, puisqu’il appartient à cette évolution de plantes ayant leur graines protégées à l’intérieur d’un fruit, le terme scientifique étant celui d’Angiosperme. Les conifères, par contre, sont présents sur notre planète depuis bien plus longtemps (280 millions d’années) et exposent leurs graines à l’air libre. Ils appartiennent au groupe des Gymnospermes, avec environ 750 espèces différentes, alors que pour les Angiospermes, on compte de 270.000 à 300.000 espèces recensées. Les premiers ont dominé la terre pendant si longtemps que l’on peut dire qu’ils sont en train de laisser la place aux seconds, du moins en zone climatique favorable pour les plantes à fleur qui sont plus sensibles au froid.

Même pour celui qui ne fait que rarement attention aux arbres qu’il croise dans Lisbonne, la beauté d’un jacaranda en fleur ne peut pas le laisser indifférent et ceux qui viennent d’ailleurs nous envient certainement d’avoir le privilège de vivre dans un lieu où de tels arbres se plaisent autant.

André Laurins (www.lepetitjournal.com/lisbonne.html) Reprise du jeudi 26 mai 2011
Technicien agronome (maria.friesen@sapo.pt)

Lisbonne

24 juin - Porto fête la Saint Jean

Dans la nuit du 23 au 24 juin la ville de Porto se remplit de rythmes endiablés, de couleurs, de danses populaires, de musique. Les portuenses fêtent…
Une internationale

ALAIN BENTEJAC – « La compétitivité est un enjeu majeur

Le Comité National des Conseillers du Commerce Extérieur de la France (CNCCEF) est un réseau mondial d’entrepreneurs français ayant une expérience à l’international. Les CCE sont présents dans 140 pays. Alain Bentéjac en est le Président. Il a pour mission principale de conseiller les pouvoirs publics et de promouvoir l’attractivité du secteur privé français.
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

ALAIN BENTEJAC – « La compétitivité est un enjeu majeur

Le Comité National des Conseillers du Commerce Extérieur de la France (CNCCEF) est un réseau mondial d’entrepreneurs français ayant une expérience à l’international. Les CCE sont présents dans 140 pays. Alain Bentéjac en est le Président. Il a pour mission principale de conseiller les pouvoirs publics et de promouvoir l’attractivité du secteur privé français.

MALAISE D'UNE EXPAT - "Et moi dans tout ça?"

Rentrée 2005: Anne rencontre John à la cafétéria de La Sorbonne. Le coup de foudre est immédiat. Et réciproque. Elle étudie la sémantique. Il finit son doctorat en communication grâce à un programme d’échange entre la célèbre université parisienne et Columbia University à New York, dont il est originaire. Hiver 2012: Une limousine rutilante se gare en face d’un immeuble bourgeois de l’Upper West Side de New York. Anne et ses deux fils viennent rejoindre John, embauché deux mois plus tôt comme directeur du marketing d’une agence de publicité sur Madison Avenue.
Expat - Politique

FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Etude sur le vote par Internet, le cas de la République Tchèque

En 2014, les Français de l'étranger ont à nouveau pu voter par Internet. Si ce moyen est de plus en plus utilisé, l'abstention reste en hausse. Pour tenter d'expliquer ce paradoxe, Alix Guillard a utilisé les données collectées sur sa circonscription de Prague pour y voir plus clair. Curieux sur le fonctionnement des nouvelles technologies en général, Alix Guillard s'intéresse au vote par Internet depuis 2011; il a été suppléant aux élections législatives de 2012 et candidat à l'élection partielle de 2013.

ANNE-MARIE DESCOTES – "Il est nécessaire de prendre en compte les enjeux globaux du développement"

Anne-Marie Descotes est la Directrice Générale à la Mondialisation, au Développement et aux partenariats (DGM) du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International (MAEDI). Nommée par Laurent Fabius à l’été 2013, elle a notamment pour mission d’étendre la diplomatie économique de la France. Lepetitjournal.com l’a rencontrée en pleine préparation de la COP21, la conférence du Bourget sur le climat
Magazine