POLITIQUE - Le député Arnaud Leroy s´exprime sur son mandat

Arnaud Leroy, député de la 5ème circonscription des  Français établis hors de France (Espagne, Portugal, Monaco, Andorre) a accordé, pour la première fois depuis qu´il a été élu, une interview à l´édition Portugal du Petitjournal.com. Il évoque son mandat et ses engagements notamment comme secrétaire de la "commission de développement durable et de l´aménagement du territoire".

(Photo : Assemblée Nationale)

Premières permanences : Porto et Lisbonne
Le député Arnaud Leroy qui a été élu le 17 juin dernier au deuxième tour des élections législatives avec 52,7% des voix a réalisé une première permanence consulaire le 7 septembre dernier au Consulat Général de Porto. Le député a notamment eu l´occasion en compagnie de l´ambassadeur de France au Portugal, M. Pascal Teixeira da Silva, de visiter le chantier d´extension du Lycée français et de participer à la session de rentrée de l´Association française du Nord. A Lisbonne, il a également tenu une permanence au Consulat Général le 10 septembre où il a reçu des ressortissants français. Fin septembre, il a été présent lors de la soirée du "Souvenir français" au Sofitel de Lisbonne.

Des projets en cours

Lors de cet entretien, le jeune député s´est montré soucieux de ses électeurs et n´a pas semblé jusqu´à présent avoir oublié la dimension de proximité de son travail. Il s´est montré égal à lui-même : combatif et confiant. L´ambition de faire un bon travail avec "des premiers fruits au cours de l’année 2013" est clairement affichée dans l´entretien qui suit. Nous aurons l´occasion de suivre les actions à venir et d´en tenir informer nos lecteurs.

Lepetitjournal.com : Qu´est ce que vous pouvez nous dire à propos de vos nouvelles fonctions comme député des Français de l´étranger ?
Arnaud Leroy : Cette fonction de député des Français établis hors de France est nouvelle et ne demande qu’à être pleinement intégrée. Il s’agit d’une fonction d’élu de la République rattachée à un territoire hors de France.
Au niveau national, je siège dans différentes instances, par exemple, dans la Commission du développement durable, des Commissions spéciales temporaires comme celle sur le pilotage des finances publiques, ou encore à l’AFE, l’Assemblée des Français de l’étranger, et bien entendu je participe aux votes de l’Assemblée en séance plénière. En parallèle, afin d’enrichir mon travail parlementaire, je multiplie les auditions et les rencontres avec les personnalités politiques, industrielles, associatives pour échanger sur les thématiques sur lesquelles je travaille.

Au niveau local, le travail est quotidien et je suis en rapport constant avec mes collaborateurs sur place. Conformément aux engagements de campagne, j’ai organisé mes premières permanences au Portugal et en Espagne. Ces rencontres avec les Français me confirment les problèmes que j’avais pu voir lors de la campagne. C’est ainsi que je m’efforce actuellement de travailler sur les problèmes de double imposition (travail sur une possible révision de la convention fiscale), sur les problématiques d’emploi au Portugal ainsi que sur les questions liées aux bourses pour les lycées français.

Dans quelle commission vous êtes-vous davantage investi et pourquoi ?

J’ai décidé de m’investir pleinement au sein de la commission du développement durable. Ma candidature a été acceptée et j’ai non seulement été désigné membre de cette commission mais aussi élu secrétaire. Tout ceci ne m’empêche pas bien entendu de m’investir et d’être informé des décisions et des problématiques gérées par les autres commissions permanentes.

La commission de développement durable est celle qui a tout d’abord, retenu mon attention car il s’agissait pour moi de la commission dans laquelle j’estimais avoir le plus de légitimité. Elle aborde les thèmes des affaires maritimes, des technologies vertes et des affaires climatiques. Autant de thématiques importantes non seulement pour la préservation de notre environnement, mais aussi pour notre économie et pour la mise en place de cette "économie verte" dont l’Europe aura tant besoin pour s’assurer une sortie de la crise. Travailler pour le développement durable et la mise en place des nouvelles technologies, c’est travaillé pour l’industrie et les emplois de demain. C’est surtout contribué à léguer une société un peu moins hostile à nos enfants.

C’est la multiplicité des travaux et la complémentarité avec les autres collègues des Français de l’étranger, y compris sénateurs, qui nous permettent de suivre l’ensemble des dossiers qui concernent les Français établis hors de France.

Pouvez-vous nous parler un peu de ce que vous compter mettre en place au long de ce mandat de 5 ans comme député ? Y a t´il déjà des "nouveautés" que vous pouvez annoncer à nos lecteurs et qui peuvent directement les intéressés dans leur quotidien ?
Dans ma profession de foi proposée lors des élections législatives, j’avais mis en avant 10 points que je souhaitais mettre en place durant les cinq années de mandat. Ils restent d’actualité même si les permanences font émerger de nouvelles thématiques. Je souhaite aussi offrir un cadre attractif pour les personnes désireuses de mener à bien un projet professionnel. Je suis bien placé, car vivant au Portugal, pour savoir que les crédits bancaires sont difficiles (voire impossibles) à obtenir en ce moment, c’est pour cela que je travaille actuellement sur la mise en place au Portugal d’une antenne de l’association France Initiative qui a pour objectif de proposer des prêts d’honneur aux porteurs de projets, ce qui devrait leur faciliter l’obtention de prêts bancaires. En parallèle, je discute avec Oséo (entreprise publique, à fonctionnement privé qui a pour mission de soutenir l'innovation et la croissance des PME et qui est aussi une banque publique à destination des PME) pour explorer la mise en place d’un fonds de garantie.

D’autres projets sont aussi en cours. Ils concernent l’Education, comme par exemple l’équivalence des diplômes. Il s’agit de projet en cours et leur mise en place prendra du temps, mais je suis confiant pour pouvoir faire profiter nos compatriotes des premiers fruits au cours de l’année 2013.

Propos recueillis par Custódia Domingues (www.lepetitjournal.com/lisbonne.html) lundi 22 octobre 2012
custodia.domingues@lepetitjournal.com

Pour contacter votre député : aleroy@assemblee-nationale.fr

 
Lisbonne

MUSÉE DU CHIADO – La fin des travaux du MNAC prévue pour le 17 juin

En travaux depuis le mois de janvier pour la mise en œuvre d'un couloir interne et partiellement accessible aux visiteurs, le musée du Chiado à Lisbonne devrait ouvrir complètement au public dès le 17 juin. Les visiteurs peuvent accéder depuis le 7 mai aux deux premiers étages. Jusque là, le tarif des billets d'entrée est 50% moins cher.
Une internationale

FUITE DES CERVEAUX – Est-ce qu’elle fragilise la France ?

La fuite des cerveaux semble inéluctable, c’est ce qu’indiquent deux chercheurs dans une note inédite présentée au Conseil d’analyse économique et social. Le nombre d’actifs français partis à l’étranger aurait doublé entre 2006 et 2011 mais les auteurs de la note relativisent le phénomène et proposent des solutions pour accompagner cette évolution et tirer profit de la mobilité internationale. 
Actu internationale
En direct d'Europe
Rome - Actualité

LA PHOTO DU MOIS - Les parapluies

Parler de la pluie et du beau temps, quel ennui! Mais tout de même, ma première année à Rome presque terminée, je souris. Dans la ville…
Expat
Expat - Emploi

FUITE DES CERVEAUX – Est-ce qu’elle fragilise la France ?

La fuite des cerveaux semble inéluctable, c’est ce qu’indiquent deux chercheurs dans une note inédite présentée au Conseil d’analyse économique et social. Le nombre d’actifs français partis à l’étranger aurait doublé entre 2006 et 2011 mais les auteurs de la note relativisent le phénomène et proposent des solutions pour accompagner cette évolution et tirer profit de la mobilité internationale. 

EMPLOI — La Suède, paradis du travail pour les femmes ?

Entre 2013 et 2015, le nombre de plaintes pour discrimination sexuelle déposées auprès de l’agence publique chargée de ce sujet, a presque baissé de moitié (450 et 290 plaintes, respectivement). Paradoxalement, ce sont les hommes qui portent le plus plainte, à 51-52% des affaires enregistrées ! Cela signifierait-il que les femmes sont arrivées à une position égale, voire dominante, par rapport aux hommes, sur le marché du travail suédois ?
Expat - Politique

MATTHIAS FEKL - « Pourquoi la France pourrait dire non au TTIP »

Matthias Fekl, Secrétaire d'Etat au commerce extérieur, a la semaine dernière déclaré officiellement l’opposition de la France au TTIP en l'état. Mais qu’est ce que le TTIP ? Retour sur l’historique et la nature de ce traité de libre-échange entre l’Europe et les Etats-Unis. Un article de notre édition de Rome
Magazine