Face à la croissance exponentielle de sa population, le Caire projette de devenir une Smart-City

Vivre au Caire n’est jamais de tout repos. L’immense capitale de l’Égypte est souvent apparentée à une ville tentaculaire. Une vie urbaine intense, de jour comme de nuit, anime les multiples quartiers de la ville. Le Caire regorge de trésors architecturaux, symboles du passé glorieux de ce pays. La « Mère du Monde », Oum ed-dounia, est aussi le poumon de la francophonie en Égypte grâce à ces nombreux établissements bilingues francophones. Les égyptiens ont une bonne image de la France et la langue française a toujours été valorisée. Elle a été une langue de refuge durant le protectorat anglais et aujourd'hui son apprentissage dès le plus jeune âge représente une valeur ajoutée pour les familles dont les enfants sont déjà bilingues en arabe et en anglais. Un point essentiel apprécié par les expatriés français au Caire. La majorité d’entre eux sont regroupés dans le quartier de Maadi, un quartier aisé situé dans le Sud de la ville, où l’on retrouve le Lycée Français. Le Caire plaît d'autant plus que, selon un classement de l'école polytechnique, de Lausanne en 2017, la capitale égyptienne arrive en 7ème position des villes en Afrique où il fait bon vivre et ce malgré des problèmes de congestion et de pollution souvent déplorés par les Cairotes. En effet la ville possède de nombreux atouts mais doit faire face à la croissance effrénée de sa population qui engendre des problèmes majeurs : généralisation des bidonvilles, insalubrité, réseau de transports obsolète et pollution. Expat.com revient sur les chiffres et les conséquences de cette croissance démographique qui ont poussé la ville à remettre à l'ordre du jour son projet de Smart-City.


En 2030, Le Caire sera une des villes les plus peuplées au monde

En 1960 déjà, l'Agence Française de Développement rapportait que Le Caire était une des seules villes d'Afrique à dépasser le million d'habitants avec Johannesburg. Aujourd'hui la métropole africaine comprend plus de 22 millions d'habitants dont 9,5 millions dans la capitale stricto sensu. Ce chiffre ne cesse d'augmenter, selon les prévisions issues du rapport de l'institut Euromonitor International, Le Caire devrait connaître la plus forte croissance de sa population au monde en 2017 avec l'arrivée de 500 000 nouveaux habitants lorsque Shanghai enregistrera elle une hausse de « seulement » 400 000 habitants. Ainsi, la population du Grand Caire représentera à elle seule le quart de la population égyptienne. Deux causes majeures expliquent cette croissance affolante : l'exode rural et la croissance démographique dont le taux annuel établit à +2,4% correspond au double du taux moyen observé dans d'autres pays en développement. En raison de ces facteurs, un rapport de l'ONU datant de Mars 2017 estime que la population du Caire atteindra les 25 millions d'habitants en 2030 ce qui place la ville dans le top 10 des villes les plus peuplées au monde après Tokyo, New Delhi ou encore Karachi, la capitale du Pakistan.


Une croissance qui fait naître avec elle divers problèmes

Cette croissance exponentielle de la population ne va pas sans créer de nouveaux enjeux pour la ville. La ville sera-t-elle capable d’absorber cet afflux de population ? Au-delà du risque de pénurie de logement au Caire, le phénomène de surpopulation entraîne notamment des problèmes de pollution et d'insalubrité. A cause des embouteillages monstrueux liés à un réseau de transports obsolète qui n'arrive pas à desservir et à désengorger la ville correctement, on observe des taux de pollutions très élevés et bien loin des taux recommandés par l'Organisation Mondiale de la Santé. D'ailleurs, d'après une étude réalisée en Mai 2016 par l'OMS, le Caire figure parmi les villes où l'air est le plus chargé en petites particules (MP10) qui comprennent de nombreux polluants comme le carbone noir ou le sulfate. Mais le Caire est aussi confrontée à une généralisation de bidonvilles insalubres. Près de 351 bidonvilles n'ont pas accès à l'eau potable et 850 000 personnes vivent dans des conditions misérables. De plus, il existe aussi un souci d’empiétement des habitats sur les zones agricoles alors que celles-ci sont déjà rares dans ce pays désertique. Enfin, le taux de chômage, actuellement à 12.7% au niveau national, pourrait de nouveau augmenter avec l’augmentation de la population. Trouver un emploi au Caire pourrait devenir de plus en plus difficile…


«The Capital Cairo» : une réponse aux enjeux de la croissance démographique

Afin de répondre aux enjeux posés par la croissance démesurée de la population, le gouvernement égyptien veut créer une ville intelligente : «The Capital Cairo». Ce projet date déjà depuis 1979 mais face à ce nouveau constat et ces prévisions alarmantes, le gouvernement d'Al-Sissi a remis celui-ci à l'ordre du jour car il devient urgent d'apporter une solution. «The Capital Cairo », se veut être une Smart-City, c'est à dire une zone alliant technologie et espaces de vie agréables. Ce ne sera pas un projet de réaménagement et de développement de la ville du Caire en elle-même, mais une zone à part entière, située à 50km à l'Est de la métropole et à l'entrée du canal de Suez. Cette zone de 700 km² sera censée accueillir 5 millions d'habitants dans un environnement constitué en majorité d'espaces verts. On y trouvera également un quartier d'affaire et des zones dédiées aux institutions et administrations. L'objectif principal étant de décongestionner la ville en délocalisant ces centres d'activité majeurs. «The New Cairo» sera construite sur des piliers tels que la connectivité et l'information et les moyens de transports seront repensés pour mieux répondre aux flux de passagers de plus en plus nombreux. Cette Smart-City gigantesque, qui selon les concepteurs serait «douze fois plus étendue que Manhattan et sept fois plus que Paris intra-muros », devrait voir le jour dans sept ans.

 
Le Caire

QATAR – L’Egypte rompt ses liens

Depuis le lundi 5 juin, l’Egypte, tout comme l’Arabie Saoudite, les Emirats arabes unis, la Libye, le Yémen, les Maldives, l’Ile Maurice et le…
Une internationale
Actu internationale
En direct du Moyen-Orient
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine