INVESTISSEMENTS - La France prépare un futur prometteur

 

Une mission du MEDEF International (Mouvement des Entreprises de France) vient de quitter l’Egypte. Avec un dîner organisé par la Chambre de Commerce Française en Egypte (CCFE), en présence du ministre de l’Investissement égyptien, une importante rencontre a eu lieu avec la communauté des affaires du Caire

L’Egypte traverse une période économique difficile depuis près de deux ans, mais les entreprises étrangères, et notamment françaises, saisissent bien le potentiel considérable que présentera le marché local dans un très proche avenir.

La toute récente visite (18-20 novembre) du MEDEF International (Mouvement des Entreprises de France) au Caire, conduite par Patrick Lucas, Président de Gras Savoye, Vice-Président de MEDEF International et co-Président du Conseil Présidentiel Franco-Egyptien des Affaires (CPFEA), vient le démontrer.

Composée d’une vingtaine de chefs de grandes entreprises et de PME, actives dans un large éventail de secteurs – tourisme, luxe, banques et assurances, nouvelles technologies, aéronautique, énergie, transport et logistique, BTP – la délégation a rencontré les plus hautes autorités de l’Etat, ses homologues du secteur privé ainsi que les partenaires potentiels.

Ces rencontres ont permis aux membres de la délégation de faire part de leurs projets et également de s’informer sur les réformes en cours, sur l’évolution de l’environnement des affaires et sur les nouvelles priorités économiques du pays.

Approfondissement des échanges
Un bilan et des perspectives que la délégation est venue exposer lors du dîner organisé le 19 novembre par la Chambre de Commerce Française en Egypte (CCFE), désormais dirigée par Mme Natacha Tempez, en présence du ministre égyptien de l’Investissement, Osama Saleh.

Pour Patrick Lucas, "cette dixième mission du MEDEF International au Caire témoigne de la volonté des entreprises françaises de poursuivre l’approfondissement des échanges et des investissements avec l’Egypte. Elle s’inscrit dans la continuité et le renforcement des relations établies entre nos deux pays".

De son côté, et entamant son allocution par un hommage à "la révolution rendue possible grâce à la jeunesse égyptienne représentant  60% de la population du pays" le ministre n’a pas manqué d’indiquer que "si l’Egypte traverse une période de défis, sa vision claire du futur fera d’elle l’une des plus importantes économies au monde dans 10 ans".

L'Egypte devra ainsi pendant cette période travailler à résorber le chômage de 12.7% selon le ministre, réduire le déficit budgétaire et lutter contre la corruption endémique.

M. Saleh prévoit près de 280 milliards de dollars d’investissements dans les années à venir et "la France, qui est un des 10 plus importants investisseurs en Egypte et connaît donc bien le marché égyptien trouvera de nombreux moyens de coopérer" à ce boom économique.

Deux futurs mégas projets
Un boom économique dont les prémices s’observent déjà aujourd’hui avec les toutes récentes implantations dans le pays de grands noms de l’industrie asiatique et la signature prochaine de 14 contrats de partenariat public privé (PPP) dans le secteur des services.

Mais ce sont deux futurs mégas projets que le ministre a tenu à exposer. Le premier concerne le développement du couloir du Canal de Suez. "11% du commerce mondial passe par le Canal de Suez, nous avons donc un projet de développement d’une plateforme de services liés à ce trafic commercial, qui donnera naissance à une nouvelle Egypte dans 10 ou 20 ans", prévoit le ministre.

Le second projet est relatif au développement l’axe routier entre la Haute Egypte et la mer Rouge, avec là aussi un ensemble de services à venir.

Pour insister davantage sur le potentiel égyptien, Osama Saleh n’a pas manqué de rappeler que "la position géographique de l’Egypte, et l’accès à l’Afrique sub-saharienne qu’elle permet est un élément clé pour les investisseurs".

Une Afrique convoitée par les économies émergentes, avec une Chine qui s’y est depuis longtemps engouffrée.

Olivier Hubert (www.lepetitjournal.com/le-caire.html) mercredi 21 novembre 2012

A la une

EXPATRIATION - La Coréegraphie

Le W Project s'est rendu à Séoul, Corée du Sud. Quelle surprise ! A vrai dire nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre… mais le wifi et les téléphones gratuits dans le métro nous ont vite convaincus ! Le pays le plus connecté au monde renferme en effet de belles opportunités… à condition de faire les efforts nécessaires et apprendre cette complexe chorégraphie qu’est le business coréen. Reportage vidéo
France/Monde
En direct d'Afrique/Moyen-Orient
Alger - Actualité

CAN - Les Verts face à leur destin

 Les Fennecs d’Algérie joueront, ce soir au stade de Malabo face à des Sénégalais très physiques, leur survie dans une compétition abordée…
Les trophées
Expat
Expat - Emploi

EXPATRIATION - La Coréegraphie

Le W Project s'est rendu à Séoul, Corée du Sud. Quelle surprise ! A vrai dire nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre… mais le wifi et les téléphones gratuits dans le métro nous ont vite convaincus ! Le pays le plus connecté au monde renferme en effet de belles opportunités… à condition de faire les efforts nécessaires et apprendre cette complexe chorégraphie qu’est le business coréen. Reportage vidéo

EXPATRIATION - L'ombre de mon mari

"Après plusieurs expatriations, et à tout juste 34 ans, l'avenir de mon mari s’annonce brillant. Le mien ? Ce déménagement super glamour à Rome il y a déjà 9 mois est la tragique confirmation que je suis devenue malgré moi, l’ombre de mon mari, ou encore pire, « l’ombre de son ombre » comme le chantait Brel. À force de ne penser qu’aux autres et surtout à lui, je me suis oubliée en route. Je n’existe plus".
Expat - Politique

VENTE D'IMMOBILIER À L'ETRANGER – La France dilapide-t-elle son patrimoine ?

En 2011, le patrimoine immobilier de la France à l'Etranger (consulats, ambassades, instituts français, etc) s'élevait à 1.500 biens répartis dans 160 pays, pour une valeur d'environ 5 milliards d'euros. Au cours des six dernières années, 152 biens auraient été vendus par le Ministère des Affaires Etrangères pour une valeur totale de 307 millions d’euros. L'ambassadeur de France en Malaisie nous explique l'impact de cette politique
Magazine
Francophonie