A la Une

TRANSPORTS - Une tragédie frappe à nouveau

Cinquante enfants et jeunes adolescents ont perdu la vie quand leur bus scolaire est entré en collision avec un train, dans le centre du pays. Le drame de la circulation, qui a entraîné la démission du ministre des Transports, s'ajoute à de nombreux autres ces dernières années

« La barrière du passage à niveau fonctionnait manuellement, et l'employé qui devait l’abaisser était endormi au moment où le car scolaire traversait la voie ferrée » annonce le gouverneur de la province d'Assiout, Yehya Kechk, pour expliquer le drame de samedi dernier.

Le directeur adjoint de l'hôpital de Manfalout, localité où s’est déroulé le drame, le docteur Mohamed Abdel Razek, a indiqué avoir reçu 51 corps -47 enfants âgés de 4 à 12 ans, ainsi que leur chauffeur, deux surveillants scolaires et un passant.

Peu de temps après, les familles des élèves barré l'autoroute Assiout-Le Caire et mis le feu à des pneus créant une épaisse fumée noire. Certains membres de familles ont réclamé la peine de mort pour les responsables de cet accident.

Le ministre des Transports, Rachad al-Metini, a déclaré "accepter la responsabilité" de cet accident et a présenté sa démission, de même que le chef de l'Autorité des chemins de fer.

Le président Mohamed Morsi a ordonné au Premier ministre Hicham Qandil, aux ministres de la Défense et de la Santé et au gouverneur d'Assiout "d'offrir toute l'assistance possible aux familles des victimes".
Des militants hostiles au pouvoir à dominante islamiste ont appelé à la démission de l'ensemble du gouvernement mis en place durant l'été.

Peu de résultats concrets

Les autorités ont aussi annoncé la mise en place d'une commission d'enquête. Mais par le passé des mesures similaires ont eu peu de résultats concrets. Le gouvernement aurait par ailleurs annoncé que les familles des enfants décédés seraient indemnisées à hauteur de 5000 L.E, soit 650 €, suscitant encore plus d’indignation.

Quelques heures après l'accident du bus, douze personnes ont péri près du Caire dans un autre accident de la circulation quand un camion roulant à contresens a percuté un minibus.
Le 14 décembre 2008, 64 personnes avaient perdu la vie après que leur bus eut plongé dans un canal à 200 km au sud du Caire.

En février 2002, quelque 370 personnes ont péri dans l'incendie d'un train à une quarantaine de kilomètres au sud du Caire, et en octobre 2009, une vingtaine de personnes avaient trouvé la mort dans la collision de deux trains circulant sur la même voie dans le gouvernorat de Guizeh, près du Caire.

Le 10 novembre dernier, cinq personnes ont perdu la vie et des dizaines d'autres ont été blessées dans la collision de deux trains dans le gouvernorat du Fayoum.

LPJ Le Caire (www.lepetitjournal.com/le-caire.html) dimanche 18 novembre 2012

 

QATAR – L’Egypte rompt ses liens

Depuis le lundi 5 juin, l’Egypte, tout comme l’Arabie Saoudite, les Emirats arabes unis, la Libye, le Yémen, les Maldives, l’Ile Maurice et le…
Une internationale
Actu internationale
En direct du Moyen-Orient
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine