A la Une

JEAN-LUC LAVAUD - Nouveau directeur de l'Institut français d’Egypte

 

Arrivé au Caire fin août dernier, il a aussi pris la fonction de Conseiller de coopération et d'action culturelle auprès de l'ambassade de France. Cet habitué du Moyen-Orient est bien décidé à approfondir le dialogue franco-égyptien

Lepetitjournal.com/Le Caire- Quel est votre parcours et quelles sont les raisons qui vous ont amené au Caire ?
Jean-Luc Lavaud- Après avoir travaillé quelques années au ministère de la Culture et occupé divers postes auprès du ministère des Affaires étrangères, j'ai été chargé de la coordination des questions de coopération à la direction d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Mon intérêt pour l’Egypte, la place qu'occupe ce pays dans la région et ses récentes évolutions m'ont donné l'envie de postuler à l'Institut Français.

En quoi consiste votre travail ?
Il faut savoir que l'Institut Français comprend de multiples activités, allant de l'offre de cours de langues à la coopération dans des domaines d'interventions tels que la recherche universitaire, la culture, la science.

Nous travaillons également avec des institutions égyptiennes telles que le Conseil d’État, l’École de la magistrature. Je suis donc chargé de coordonner les différents responsables sectoriels et d'impulser des orientations en lien avec l'ambassade française et le service du ministère des Affaires étrangères de Paris.

Quels sont les grands défis qui vous attendent ?
Tout d'abord accompagner l’Egypte vers la démocratie, par le partage, entre autres, du savoir de nos experts dans les secteurs où nous possédons une plus-value. Il faut savoir que nous avons connu une période de flottement d'un an et demi après la révolution qui s'est illustrée par une plaque tournante des représentants égyptiens. Aujourd'hui, nous avons des interlocuteurs stabilisés depuis la mise en place du gouvernement, ce qui va nous permettre de mieux appréhender les demandes.

Dans un deuxième temps, nous allons développer le dialogue en organisant plus de débats franco-égyptiens, portant sur leurs préoccupations, aussi bien à l'Institut français que dans d'autres lieux pour se rapprocher de la population égyptienne. Nous voulons ainsi divulguer en France une image plus fidèle de la réalité en Egypte.

Troisièmement, nous voulons développer l'offre numérique et faire découvrir les ressources en ligne aux Egyptiens. Prenons un exemple : dans la réalité peu de personnes vont prendre le temps de se déplacer à l'Institut français pour emprunter un livre, leur faire découvrir le site Gallica est un exemple d'ouverture au numérique.

Quel est votre objectif principal ?
Cibler un public plus large, toucher toutes les sensibilités qui ont émergé depuis la révolution sont nos préoccupations. Aujourd'hui, toutes les voix ont une importance, les langues se sont déliées, nous pouvons désormais partager les préoccupations de chacun, sans distinction de ligne politique ou de milieu social. Ce que je souhaite avant tout c'est donner la parole aux Egyptiens et privilégier le dialogue.

Qu'est-ce qui vous attire dans ce travail ?

Tout d'abord, il est réellement stimulant intellectuellement. Il permet d'approfondir sa connaissance du pays puis de partager son savoir afin de créer des ponts.

Ce qui me plaît c'est cet état d'instabilité, comprendre et ne pas comprendre. Certaines logiques propres au pays nous échappent et donnent la sensation d'avoir la tête dans les nuages et les pieds dans la glaise. Mais je suis curieux !

Propos recueillis par Emilie Rolland (www.lepetitjournal.com/le-caire.html) dimanche 4 novembre 2012 (réédition)

 
Une internationale

FUITE DES CERVEAUX – Est-ce qu’elle fragilise la France ?

La fuite des cerveaux semble inéluctable, c’est ce qu’indiquent deux chercheurs dans une note inédite présentée au Conseil d’analyse économique et social. Le nombre d’actifs français partis à l’étranger aurait doublé entre 2006 et 2011 mais les auteurs de la note relativisent le phénomène et proposent des solutions pour accompagner cette évolution et tirer profit de la mobilité internationale. 
Actu internationale
En direct d'Afrique/Moyen-Orient
Expat
Expat - Emploi

FUITE DES CERVEAUX – Est-ce qu’elle fragilise la France ?

La fuite des cerveaux semble inéluctable, c’est ce qu’indiquent deux chercheurs dans une note inédite présentée au Conseil d’analyse économique et social. Le nombre d’actifs français partis à l’étranger aurait doublé entre 2006 et 2011 mais les auteurs de la note relativisent le phénomène et proposent des solutions pour accompagner cette évolution et tirer profit de la mobilité internationale. 

EMPLOI — La Suède, paradis du travail pour les femmes ?

Entre 2013 et 2015, le nombre de plaintes pour discrimination sexuelle déposées auprès de l’agence publique chargée de ce sujet, a presque baissé de moitié (450 et 290 plaintes, respectivement). Paradoxalement, ce sont les hommes qui portent le plus plainte, à 51-52% des affaires enregistrées ! Cela signifierait-il que les femmes sont arrivées à une position égale, voire dominante, par rapport aux hommes, sur le marché du travail suédois ?
Expat - Politique

MATTHIAS FEKL - « Pourquoi la France pourrait dire non au TTIP »

Matthias Fekl, Secrétaire d'Etat au commerce extérieur, a la semaine dernière déclaré officiellement l’opposition de la France au TTIP en l'état. Mais qu’est ce que le TTIP ? Retour sur l’historique et la nature de ce traité de libre-échange entre l’Europe et les Etats-Unis. Un article de notre édition de Rome
Magazine