A la Une

ONG FRANCOPHONES – La lutte commune en faveur de l'enfance

A l'initiative de Caritas Egypte, une journée de solidarité à l'enfance a été organisée à la résidence de l’ambassadeur de Belgique. L'occasion de serrer les liens de ce réseau déjà très dense avec à la clé la signature de plusieurs partenariats

"Nous sommes présents dans plus d’une centaine de pays de part le monde et œuvrons essentiellement dans le domaine de l’enfance négligée ou à besoins spécifiques, les femmes en situation difficile et les centres de formation contre la recrudescence des métiers précaires". Ces propos plein d’enthousiasme sont de Magdy Garas, président de Caritas Egypte.

Présent lors de la rencontre de samedi dernier à la résidence de l'ambassadeur de Belgique au Caire, le militant associatif constate que la situation des personnes en situation difficile n’est pas aussi catastrophique qu’elle peut en avoir l’air. La cause en serait que les partenariats internationaux dans le domaine n’ont jamais boudé l’Egypte.

Quoi qu’il en soit, bon an mal an, des enfants et adultes en situation difficile remplissent les artères des grandes et petites villes égyptiennes. Les statistiques gouvernementales, elles, affichent des chiffres alarmants qui présagent un avenir incertain à ces personnes dont le quotidien ressemble au parcours du combattant.

A l’écoute des sans-abris
"Les statistiques gouvernementales donnent une idée mais cachent l’essentiel du vécu des personnes en situation difficile. A titre d’exemple, France Volontaires est toujours à l’écoute des sans-abris, enfants délaissés ou mères célibataires. Seulement voilà, une seule main n’applaudit jamais et le relai doit être pris par le commun des associations qui œuvrent dans ce domaine qui relève de la témérité", entrevoit Hend Hussein, responsable de formation est de gestion au sein de la branche égyptienne de France Volontaires.

Toutefois, la plus grande difficulté réside dans la peur d’échouer l’intégration sociale. Maro, militante des droits de l’homme et exposante d’un atelier d’accessoires et bijoux raconte : "J’avais rencontré une jeune mère célibataire, il y a quelques années de cela, qui m’avait dit qu’elle vivait pendant de longues années au sein d’une association de réintégration des femmes vivant dans la même situation qu’elle. A l’heure de notre rencontre elle venait d’abandonner son foyer puisque la direction l’avait mise à la porte sous prétexte qu’elle n’avait pas saisi la chance de trouver un gagne-pain lors de ses quelques années passées dans cette association qui prétend être de bienfaisance".

Mener à bien les efforts fournis par une association quelconque commence par la collecte des dons et accords. Etant convaincu par cette règle, l’ambassadeur de Belgique en Egypte a organisé cette rencontre qui n’a pas raté son objectif essentiel, à savoir la signature de plusieurs partenariats.

Houda Belabd (www.lepetitjournal.com/le-caire.html) jeudi 18 octobre 2012

 

Les coraux de mer Rouge font de la résistance

Maoz Fine et son équipe plongent dans les eaux azur de la mer Rouge pour étudier une variété exceptionnelle de coraux qui résistent au réchauffement climatique... au moins pour le moment.

QATAR – L’Egypte rompt ses liens

Depuis le lundi 5 juin, l’Egypte, tout comme l’Arabie Saoudite, les Emirats arabes unis, la Libye, le Yémen, les Maldives, l’Ile Maurice et le…
Une internationale

EXPATRIATION ET IMPATRIATION - Le revers de la médaille

De plus en plus d’entreprises transfèrent une partie de leurs activités à l’étranger, vers des pays à moindre coût. L’expatrié et l’impatrié sont destinés à être le lien physique entre le siège et son centre d’opération délocalisé pour assurer le contrôle des opérations et procéder aux transferts de connaissances entre les deux entités. Or il s’avère que le transfert de personnel n’a pas toujours un impact positif !
Actu internationale
En direct du Moyen-Orient
Expat
Expat - Emploi

EXPATRIATION ET IMPATRIATION - Le revers de la médaille

De plus en plus d’entreprises transfèrent une partie de leurs activités à l’étranger, vers des pays à moindre coût. L’expatrié et l’impatrié sont destinés à être le lien physique entre le siège et son centre d’opération délocalisé pour assurer le contrôle des opérations et procéder aux transferts de connaissances entre les deux entités. Or il s’avère que le transfert de personnel n’a pas toujours un impact positif !

EXPATRIATION – 10 pays pour booster sa carrière

Etats-Unis, Royaume-Uni, Taïwan... Sur la base des réponses apportées par 14.000 personnes expatriées (de toutes nationalités), la dernière enquête publiée par InterNations compile les pays où il faut s’expatrier si l’on veut booster sa carrière. L'Europe est mal classée.
Expat - Politique
Magazine