A la Une

TRIBUNE LIBRE – Chez mon coiffeur aux doigts de fée

Lepetitjournal.com Le Caire donne la parole à ses lecteurs. Pour cette première expérience, Gwenaëlle Malak (photo), Française expatriée dans la capitale égyptienne depuis de longues années, raconte, non sans humour, l’une de ses délicieuses séances chez le coiffeur, véritable institution en Egypte


Tiens, voilà qu’il me prend l’envie de me faire cajoler chez le coiffeur! C'est un mot que je peux ici employer sans ambiguïté. Seul cas en Egypte, pays où les femmes subissent maintes fois les gestes déplacés des hommes. Car oui, à ma connaissance tous les coiffeurs égyptiens sont des hommes. Rôle à part ? Ils peuvent sans problème toucher la chevelure de toutes les femmes, quand la plupart des hommes ne peuvent apercevoir la moindre mèche. Contradiction? Souvent coptes mais pas tous. Pourquoi ce privilège? Considérés comme des eunuques? Ou assimilés à leur profession, comme gynécologue, médecin accoucheur, tailleur? On les connaît, on les embrasse, on se dé-voile.

Bref, un délicieux moment, rapide, sans rendez-vous, efficace. Un luxe à prix très abordable en Egypte. Le shampoing se prolonge en massage, votre chevelure devient plus soyeuse que jamais sous l'effet des crèmes. Vous en profitez pour parfaire votre vocabulaire en arabe entre deux coups de ciseaux et expliciter les pages de votre Al-Ahram Hebdo au garçon vivement intéressé.

Le coiffeur en profite pour embrayer sur le fait qu'il monterait bien avec vous dans l'avion de l'été pour venir travailler dans notre hexagone. Pauvre de lui, s'il savait qu'on n'obtient pas "comme ça" un visa, même pour celui qu'on rêverait d'emmener en vacances pour continuer à chouchouter sa tête et celle de ses copines! Pauvre de moi, honteuse à l'idée que ses doigts de fée, pardon de magicien, pourraient se faire recaler à un CAP ou à une embauche pour lesquels, pourtant il a largement le niveau. Sans parler de la différence de salaire, d'horaires et de démarches administratives...

Premier brushing dès 8 ans
La clientèle est constituée d'un concentré hétéroclite qu'on ne se lasse pas d'observer. Chez "mon" coiffeur, qui officie dans le quartier assez huppé de Mohandesseen, c'est plutôt la jeunesse dorée: jeans serrés, talons aiguilles, un physique de starlette libanaise à la Nancy Agram. Mais bon, il y a des exceptions, comme moi, Madame Tout le Monde avec le physique qui va avec... Et parfois la petite fille, venue faire son premier brushing dés 8 ans (est-ce vraiment si tôt en France?). On va chez le coiffeur, comme on va faire ses courses.

L'opération la plus pratiquée semble être le lissage des jolies boucles (mais parfois rebelles), typiques de la chevelure orientale. Alors, vos mèches raides font des envieuses quand vous, vous vous impatientez de voir apparaître à votre tour, des boucles dignes de "Marie-Antoinette". Si, si, c'est le terme donné! Pfff... Sous le fer à friser, chauffé au chalumeau (non non ça ne sent pas le barbecue...). Clic, clac! Le garçon fait bruyamment tournoyer le fer, preuve de sa dextérité, comme le shérif son pistolet ou le barman son shaker. Effet frisson garanti!

Un bon petit salon, honnête et sans prétention. Certains employés travaillent jusqu'à 12h /jour! De petits apprentis observent religieusement à partir de 10 ans et font les menues taches: balayage du sol, courses, boissons

Dans la minuscule cuisine/salle de repos du personnel, le caramel dépilatoire se prépare à même la casserole. Méthode traditionnelle: sucre, huile et vitamine C. A savoir que si vous n'avez pas de citron, ingrédient le plus couramment utilisé, fouillez votre pharmacie car c'est la propriété de cette vitamine qui fait que, de façon quasi magique, le caramel ne "collera" pas aux doigts!

Epilation intégrale possible. Pas de pudeur encore une fois, c'est la plus pratiquée chez les femmes arabes. Mais souplesse requise pour se contorsionner. Vous n'êtes pas installées sur une table, comme en France, mais sur un fauteuil ou une simple chaise. "Poilade" garantie si vous y allez entre copines, les cabines "individuelles" étant sans porte et séparées par des cloisons très minces, on compatit aux cris des voisines. Et ça finit souvent en fou rire communicatif, atteignant même nos jeunes esthéticiennes tortionnaires, pourtant uniquement arabophones, qui nous laissent sans un poil pour l'hiver.

Technique hyper astucieuse
La fille s'attaque maintenant au pourtour de la bouche avec un fil! Cette technique hyper astucieuse, consiste à faire coulisser un double fil, fin et solide, entre ses dents et notre affreuse moustache, les fils se croisent et se décroisent, extirpant le moindre duvet mais aïe! Ouille! Il faut supporter...

Bon courage alors, face à la sacro-sainte douleur qui s'atténue cependant (si ! si ! persévérez...) au fur et à mesure de toutes ces opérations "yéti", à renouveler toutes les 3 semaines environ. Attention! Si l'envie d'utiliser votre rasoir manuel vous prend, réfrénez-vous ! Vous auriez droit à une gentille engueulade professionnelle à votre prochaine visite, et croyez-moi elles ont le coup d'oeil pour reconnaître le poil repoussé trop dru. Reprenez vos esprits lors de la manucure…La "French" a le vent en poupe!

En définitive, n'oubliez pas le bakchich pour tout ce petit monde: jamais recueilli avec les doigts, vous devez le glisser dans la pochette de la blouse ou dans celle du pantalon, parfois indécemment serré... misère?!... mais il n'y a jamais d'ambiguïté, je vous l'avais dit au début.

Gwenaëlle Malak (www.lepetitjournal.com/le-caire.html) mardi 16 octobre 2012

Vous tenez un blog ou avez simplement une bonne plume? Faîtes partager vos écrits, sentiments, expériences de la vie en Egypte aux lecteurs de Lepetitjournal.com Le Caire. Pour cela envoyez un mail à lecaire@lepetitjournal.com. Les propos relatés n'engagent que leurs auteurs.

 
Une internationale

FEMMES D'EXPAT – Quand le succès fait trembler les clichés

Notre édition de Dubaï recueilli le témoignage de cinq femmes installées aux Emirats, toutes ce que l’on appelle communément des « femmes d’expat’». Elles ont mis un terme définitif ou temporaire à leurs carrières pour suivre leur conjoint dans l’aventure de l’expatriation. Mais ces femmes ont refusé de faire rimer cette expatriation avec abandon, et lui ont préféré l’ambition, terme seyant bien plus à leurs âmes de battantes. Elles pensaient…
Actu internationale
En direct d'Afrique/Moyen-Orient
Casablanca - Actualité

MISS MAROC 2016 - Le casting est lancé !

Actuellement, l'agence 3BOX Event, la société organisatrice, est en pleine recherche de la future Miss Maroc 2016. Des castings à travers…
Le Cap - Actualité

METEO - Une tempête au Cap

La ville du Cap a été touché par une tempête vendredi dernier. Les habitations et routes ont été durement touchées par ce phénomène…
Expat
Expat - Emploi

ENTREPRENDRE AU MAROC - Un Royaume en pleine mutation

Si le Maroc est resté dans l'inconscient français une ancienne colonie devenue lieu de villégiature pour retraités de métropole, la modernité s'invite doucement dans le quotidien des Marocains. Qu’en est-il de créer son entreprise au Maroc, et quelles sont les perspectives pour ceux qui seraient tentés par le Royaume ? Découvrez l’analyse du W Project en vidéo ! 
Expat - Politique

EXIL FISCAL - Les plus riches quittent massivement la France

Selon une étude sud-africaine, 10.000 millionnaires français auraient quitté l'Hexagone en 2015. Un exode qui n’a d’équivalent dans aucun autre pays, d’autant que les dernières données publiées par le fisc font état d’une nette baisse du nombre de contribuables dans les tranches supérieures de l’impôt

IMPÔTS 2016 - La déclaration en ligne va devenir obligatoire

La campagne de déclaration des revenus vient d’être lancée, le 12 avril, par le gouvernement. Grosse nouveauté : l’obligation de déclarer ses impôts en ligne pour deux millions de foyers fiscaux. Une mesure d’autant plus importante pour les Français de l’étranger qui méconnaissent souvent ce service en ligne, pourtant très pratique. 
Magazine