DOCUMENTAIRE - "Les juifs d’Egypte", une œuvre anti-rumeurs

Plus rien n’est pareil pour le réalisateur égyptien Amir Ramsès, ancien assistant de Youssef Chahine. Il est aujourd’hui au cœur d’un tohu-bohu médiatique sans précédent. Entretien à cœur ouvert alors que son film sort au Caire en mars

LePetitJournal.com/Le Caire : Comment peut-on parler de judaïsme en Egypte aujourd’hui sans être soupçonné d’emblée d’avoir trop de complaisance avec Israël ?
Amir Ramsès :
En fait, c'est exactement pour me battre contre ce concept que je viens de réaliser ce film; pour différencier entre le judaïsme en tant que religion et le sionisme en tant que mouvement politique. Laquelle différence devrait être assez claire mais semble être perdue en Egypte maintenant. De même, il ne faut pas oublier qu’il existe de grands mouvements antisionistes et anti-Israël au sein même des communautés juives de part le monde.

La question n'est pas pourquoi s'intéresserait-on à l'histoire des juifs d'Egypte, mais plutôt pourquoi pas ? Autrement dit, qu'est-ce qui fait que ces citoyens égyptiens de confession judaïque ne soient pas fortement présents dans les livres d'histoire ?
D’une certaine manière, les juifs d'Egypte ont été expatriés de chez eux quand le pays était sous un régime militaire et policier. Ce genre de régimes a tendance à remodeler les faits historiques en les décrivant au gré de ses propres objectifs et idéologies et ce, dans le but de glorifier les actes du régime. C’est exactement ce qu’on faisait jadis, au nom de la censure, au lendemain de la chute du roi Farouk. Son image a été fortement déformée dans les films. Tout cela pour dire que les juifs d’Egypte ont subit le même sort.

Ce documentaire fait parler de lui bien au-delà des frontières égyptiennes. Cependant, quel est le but escompté par son message général ?
Je  crois que le film serait moins intéressant pour un public non égyptien. Le film dresse essentiellement le portrait d’une Egypte cosmopolite, tolérante, etc. Une Egypte qui ne se basait pas sur les tendances politiques ou appartenances confessionnelles pour juger l’autre. Chose qui doit être clarifiée aux Egyptiens d’aujourd’hui…

Avez-vous eu des difficultés lors de la réalisation de ce projet cinématographique? Si oui, lesquelles ?
J’ai eu une petite dose de difficultés. Mais la chose la plus difficile a été de trouver des juifs qui vivent en Egypte et de les convaincre de parler et de me faire confiance. J’ai également été confronté au défi de trouver des juifs égyptiens installés en France, lors de mes recherches là-bas.

Avez-vous reçu des échos au sujet de ce documentaire en provenance des juifs du monde ?
J’ai reçu pas mal d’emails de juifs égyptiens des quatre coins du monde qui veulent voir le film qui leur a provoqué une très forte nostalgie pour leur pays d’origine. Ceux-ci vivent aujourd’hui en France, Angleterre, Canada, Etats-Unis …

Où en êtes-vous avec la diffusion de ce film documentaire dans d'autres pays du globe ?
Aujourd’hui, je suis en négociations avec des diffuseurs étrangers essentiellement basés en France et en Angleterre.

Propos recueillis par Houda Belabd (www.lepetitjournal.com/le-caire.html) Mercredi 27 février 2012 (réédition)

A la une
France/Monde
En direct d'Afrique/Moyen-Orient
Alger - Actualité

CAN - Les Verts face à leur destin

 Les Fennecs d’Algérie joueront, ce soir au stade de Malabo face à des Sénégalais très physiques, leur survie dans une compétition abordée…
Les trophées
Expat
Expat - Emploi

RECRUTEMENT - Comment trouver un premier emploi au Canada ?

Elisa est actuellement recruteuse dans le secteur des technologies de l'information au Canada. Elle nous apporte son expertise du monde du travail au Québec pour les nouveaux arrivants mais également beaucoup d'autres informations utiles...

EXPATRIATION - La Coréegraphie

Le W Project s'est rendu à Séoul, Corée du Sud. Quelle surprise ! A vrai dire nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre… mais le wifi et les téléphones gratuits dans le métro nous ont vite convaincus ! Le pays le plus connecté au monde renferme en effet de belles opportunités… à condition de faire les efforts nécessaires et apprendre cette complexe chorégraphie qu’est le business coréen. Reportage vidéo
Expat - Politique

VENTE D'IMMOBILIER À L'ETRANGER – La France dilapide-t-elle son patrimoine ?

En 2011, le patrimoine immobilier de la France à l'Etranger (consulats, ambassades, instituts français, etc) s'élevait à 1.500 biens répartis dans 160 pays, pour une valeur d'environ 5 milliards d'euros. Au cours des six dernières années, 152 biens auraient été vendus par le Ministère des Affaires Etrangères pour une valeur totale de 307 millions d’euros. L'ambassadeur de France en Malaisie nous explique l'impact de cette politique
Magazine
Francophonie