A la Une

LIBRAIRIES FRANCOPHONES - Un destin incertain

 

Le 9 mai dernier étaient supprimées les garanties Coface, obligeant les librairies à payer  comptant à la commande tous les livres commandés auprès des éditeurs français. Quelques mois plus tard et malgré une amélioration notable de la réglementation, les conséquences sont toujours aussi importantes pour les librairies

La coface, assureur crédit à l'export français, avait estimé que la situation économique et politique du pays ne lui permettait plus de maintenir ses garanties. A la suite de cela, les librairies francophones avaient envoyé un courrier commun auprès de la Centrale d'édition pour témoigner de leur incapacité à se plier aux nouvelles directives.

Fin mai, grâce au travail de discussion menée par celle-ci auprès des éditeurs et des pouvoirs publics, les libraires ont obtenu le droit de payer d’avance leurs commandes à hauteur de 25%. Une avancée qui ne suffit pas selon Agnès Debiage, directrice de la librairie Oum El Dounia : « Auparavant nous pouvions passer des commandes à la demande, aujourd'hui nous limitons leurs nombres car le processus est devenu compliqué ».

Nouvelle organisation

Tout le secteur de la librairie francophone est chamboulé, l'offre de nouveaux livres se retrouve réduit, la qualité du service client fragilisé. « La garantie coface permettait de commander des livres sans acompte, maintenant à la réception du devis émis par l'éditeur il faut payer 25% de la facture. Une fois la commande émise nous disposons de 60 jours pour payer la facture » explique Agnès Debiage. Autrement dit sans capital suffisant il est impossible d'importer de nouveaux livres.

Ce nouveau processus connaît aussi quelques défauts informatiques. En effet la coordination entre le service commercial et la comptabilité des éditions est quelque fois capricieuse. Selon Nourhane Nabil, directrice de la Librairie Renaissance, certaines librairies n'ont pas reçu leurs livres malgré le versement d'acompte de 25%. « Pour contrer cette problématique j'ai fait le choix de payer 100% en avance mais je ne pourrai pas le faire tout le temps » s'exclame Nourhane Nabil.

Les partenaires des librairies doivent aussi s'adapter, cela a été le cas des écoles pour la préparation de la rentrée scolaire. « Il a fallu qu'on s'organise, dès que j'ai su que la garantie coface allait être supprimée j'ai prévenu mes clients » précise Agnès Debiage. Cette contrainte pose toutefois des barrières. « Certaines écoles n'ont pas pu commander leurs livres scolaires à défaut de payer l'avance » relate Nourhane Nabil, gérante de la Librairie Renaissance. Les éditeurs ont fait eux aussi un geste commercial. Jusqu'alors garantis à hauteur de 90% de leurs factures en cas d'impayés, ils ont porté ce montant à 50% en cas de défaillance de paiement.

Reprise de dialogue

Cette suppression peut à terme engendrer de néfastes conséquences'' souligne Agnes Debiage. ''La francophonie est déjà peu présente en Egypte, ajoutons à cela les difficultés économiques engendrées par la révolution, l'avenir n'est pas des plus optimiste'' précise-t-elle.

Toutefois une récente reprise de dialogue pourrait apporter quelques changements. « Dans le cadre des mes activités associatives et en tant que secrétaire générale de l'Association internationale des librairies francophones (AILF), nous avons eu à Paris plusieurs rendez-vous importants ces derniers jours dont un entretien avec Madame Yamina Benguigui, ministre déléguée auprès du ministère des Affaires étrangères, chargée de la Francophonie » rapporte Agnès Debiage. Elle confie également avoir pu s'entretenir quelques minutes sur ce sujet avec Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères. « Tous ces interlocuteurs se sont montrés très concernés par le problème de la coface » indique-t-elle. Une porte entrouverte qui donne espoir pour les librairies francophones.

Emilie Rolland (www.lepetitjournal.com/le-caire.html) mercredi 10 octobre 2012  (réédition)

 
Une internationale

EXPATRIATION – Toujours plus de Français à l'étranger

1.710.945. C'est le nombre de Français inscrits au registre mondial des Français établis hors de France pour l'année 2015. Quelles sont les régions où ils affluent ? Celles qu'ils désertent ? Analyse du rapport du gouvernement sur la situation des Français établis hors de France 2016.
Bleu Blanc Box

BLEU BLANC BOX – lepetitjournal.com chouchoute les expatriés

Les produits français vous manquent ? Découvrez la dernière nouveauté concoctée spécialement pour vous par lepetitjournal.com. Chaque mois, aux quatre coins du monde, la BLEU BLANC BOX vous réserve une surprise avec des produits aussi indispensables qu’introuvables à des milliers de kilomètres !
Actu internationale
En direct du Moyen-Orient
Téhéran - Société

SARA KAMALVAND - A la découverte des qanats

Sara Kamalvand, née à Téhéran, est Architecte Urbaniste diplômée de l’Ecole Spéciale d’Architecture où désormais elle enseigne, et première…
Expat
Expat - Emploi

FEMMEXPAT - Des outils exclusifs pour un retour en France réussi!

Le retour est rarement le moment le plus facile d'une expatriation. En plus du décalage entre votre vie d'expatrié et votre vie en France, vous prenez conscience de l'écart qui s'est creusé entre votre vie avant l'expatriation et votre vie après votre retour... Expat Communication, l'éditeur de FemmExpat, vous propose quatre pistes pour faciliter ce retour !

ALEXANDRE LE BEUAN - La passion du voyage et de l'entreprenariat

Fasciné par les voyages et notamment l'Asie, Alexandre Le Beuan a fondé sa propre agence de voyage, Shanti Travel, en 2005, dans l'un des pays qui l’inspirent le plus, l'Inde. Onze ans plus tard, la société est présente dans 14 pays d'Asie, emploie près de 100 salariés, et a accompagné plus de 35.000 voyageurs.
Expat - Politique

ESSAI – Comment concilier vie à l’étranger et citoyenneté ?

Etre citoyen lorsque l’on réside hors de France, ce n’est pas facile. Quels droits ? Quels devoirs ? Passionné de politique, résidant depuis plus de 20 ans à l’étranger, Jacques Saillant publie un essai engagé sur la citoyenneté des Français de l’étranger, en forme de réflexion mais aussi de « coup de gueule » face aux instances qui les représentent

AUDIOVISUEL – Haro sur les anglicismes !

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel s'agace. La multiplication des titres d'émissions en anglais, jusque dans le service public, ne convient pas à l'organe chargé d'encadrer les productions télévisées françaises. Seront donc reçus les patrons des grandes chaînes françaises afin de rappeler la règle établie par la loi du 30 septembre 1986 sur le rôle du CSA : utiliser le français autant que faire se peu.
Magazine