LIBRAIRIES FRANCOPHONES - Un destin incertain

 

Le 9 mai dernier étaient supprimées les garanties Coface, obligeant les librairies à payer  comptant à la commande tous les livres commandés auprès des éditeurs français. Quelques mois plus tard et malgré une amélioration notable de la réglementation, les conséquences sont toujours aussi importantes pour les librairies

La coface, assureur crédit à l'export français, avait estimé que la situation économique et politique du pays ne lui permettait plus de maintenir ses garanties. A la suite de cela, les librairies francophones avaient envoyé un courrier commun auprès de la Centrale d'édition pour témoigner de leur incapacité à se plier aux nouvelles directives.

Fin mai, grâce au travail de discussion menée par celle-ci auprès des éditeurs et des pouvoirs publics, les libraires ont obtenu le droit de payer d’avance leurs commandes à hauteur de 25%. Une avancée qui ne suffit pas selon Agnès Debiage, directrice de la librairie Oum El Dounia : « Auparavant nous pouvions passer des commandes à la demande, aujourd'hui nous limitons leurs nombres car le processus est devenu compliqué ».

Nouvelle organisation

Tout le secteur de la librairie francophone est chamboulé, l'offre de nouveaux livres se retrouve réduit, la qualité du service client fragilisé. « La garantie coface permettait de commander des livres sans acompte, maintenant à la réception du devis émis par l'éditeur il faut payer 25% de la facture. Une fois la commande émise nous disposons de 60 jours pour payer la facture » explique Agnès Debiage. Autrement dit sans capital suffisant il est impossible d'importer de nouveaux livres.

Ce nouveau processus connaît aussi quelques défauts informatiques. En effet la coordination entre le service commercial et la comptabilité des éditions est quelque fois capricieuse. Selon Nourhane Nabil, directrice de la Librairie Renaissance, certaines librairies n'ont pas reçu leurs livres malgré le versement d'acompte de 25%. « Pour contrer cette problématique j'ai fait le choix de payer 100% en avance mais je ne pourrai pas le faire tout le temps » s'exclame Nourhane Nabil.

Les partenaires des librairies doivent aussi s'adapter, cela a été le cas des écoles pour la préparation de la rentrée scolaire. « Il a fallu qu'on s'organise, dès que j'ai su que la garantie coface allait être supprimée j'ai prévenu mes clients » précise Agnès Debiage. Cette contrainte pose toutefois des barrières. « Certaines écoles n'ont pas pu commander leurs livres scolaires à défaut de payer l'avance » relate Nourhane Nabil, gérante de la Librairie Renaissance. Les éditeurs ont fait eux aussi un geste commercial. Jusqu'alors garantis à hauteur de 90% de leurs factures en cas d'impayés, ils ont porté ce montant à 50% en cas de défaillance de paiement.

Reprise de dialogue

Cette suppression peut à terme engendrer de néfastes conséquences'' souligne Agnes Debiage. ''La francophonie est déjà peu présente en Egypte, ajoutons à cela les difficultés économiques engendrées par la révolution, l'avenir n'est pas des plus optimiste'' précise-t-elle.

Toutefois une récente reprise de dialogue pourrait apporter quelques changements. « Dans le cadre des mes activités associatives et en tant que secrétaire générale de l'Association internationale des librairies francophones (AILF), nous avons eu à Paris plusieurs rendez-vous importants ces derniers jours dont un entretien avec Madame Yamina Benguigui, ministre déléguée auprès du ministère des Affaires étrangères, chargée de la Francophonie » rapporte Agnès Debiage. Elle confie également avoir pu s'entretenir quelques minutes sur ce sujet avec Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères. « Tous ces interlocuteurs se sont montrés très concernés par le problème de la coface » indique-t-elle. Une porte entrouverte qui donne espoir pour les librairies francophones.

Emilie Rolland (www.lepetitjournal.com/le-caire.html) mercredi 10 octobre 2012  (réédition)

Le Caire

TFTZ - L’Egypte en passe d’adhérer à un traité de libre-échange interafricain

Si le traité satisfait les représentants des 26 pays africains présents à Charm el-Cheikh, une nouvelle zone de libre-échange verra le jour ce mercredi 10 juin sur le continent africain. Réunis depuis dimanche dans la station balnéaire du nord de la Mer Rouge, les hauts fonctionnaires des pays signataires tracent les contours d’une union économique en devenir qui s’étendra du Caire jusqu’au Cap. 
Une internationale

MALADIE DES OS DE VERRE – Aidez Beth à faire le tour du monde !

Beth est une jeune Australienne de 12 ans atteinte de la maladie des os de verre. Avant l’entrée au lycée, sa mère Katie a souhaité qu’elle puisse vivre la grande aventure de sa vie en partant à la découverte du monde. L'hébergement représente un gros budget lors d'un tel voyage mais vous pouvez les aider grâce au home-sitting en les invitant chez vous !
Actu internationale
En direct d'Afrique/Moyen-Orient
Tunis - Actualité

TERRORISME - Attentat mortel à Sousse

Un attentat a fait 37 morts à l'hôtel Marhaba à Port El Kantaoui et autant de blessés ce vendredi 26 juin. L'auteur a été abattu et son…
Expat
Expat - Emploi

INTERNATIONALISATION – Les PME-ETI disent « oui »

L’internationalisation ne se limite pas aux grands groupes et concerne de plus en plus les PME (Petites et Moyennes Entreprises) et les ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire) françaises. Elles sont chaque année plus nombreuses à sauter le pas et à vanter les mérites de l’extension de leur activité à l’étranger. 

ALAIN BENTEJAC – "La compétitivité est un enjeu majeur"

Le Comité National des Conseillers du Commerce Extérieur de la France (CNCCEF) est un réseau mondial d’entrepreneurs français ayant une expérience à l’international. Les CCE sont présents dans 140 pays. Alain Bentéjac en est le Président. Il a pour mission principale de conseiller les pouvoirs publics et de promouvoir l’attractivité du secteur privé français.
Expat - Politique

FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Etude sur le vote par Internet, le cas de la République Tchèque

En 2014, les Français de l'étranger ont à nouveau pu voter par Internet. Si ce moyen est de plus en plus utilisé, l'abstention reste en hausse. Pour tenter d'expliquer ce paradoxe, Alix Guillard a utilisé les données collectées sur sa circonscription de Prague pour y voir plus clair. Curieux sur le fonctionnement des nouvelles technologies en général, Alix Guillard s'intéresse au vote par Internet depuis 2011; il a été suppléant aux élections législatives de 2012 et candidat à l'élection partielle de 2013.

ANNE-MARIE DESCOTES – "Il est nécessaire de prendre en compte les enjeux globaux du développement"

Anne-Marie Descotes est la Directrice Générale à la Mondialisation, au Développement et aux partenariats (DGM) du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International (MAEDI). Nommée par Laurent Fabius à l’été 2013, elle a notamment pour mission d’étendre la diplomatie économique de la France. Lepetitjournal.com l’a rencontrée en pleine préparation de la COP21, la conférence du Bourget sur le climat
Magazine