A la Une

ATTAQUE DU SINAI - Echange d'accusations

 

Alors que 35 hommes armés ont ouvert le feu sur une position de l'armée égyptienne dans le Sinaï dimanche dernier, Israël a restitué à l'Egypte les corps de "six à huit" assaillants qui ont tué 16 gardes-frontières

L'armée égyptienne a promis de "venger" ces gardes-frontières en qualifiant l'attaque de "terroriste".

Tandis que pour le chef du gouvernement du Hamas à Gaza Ismaïl Haniyeh, "aucun Palestinien ne veut tuer qui que ce soit en Egypte. Toute attaque contre la sécurité de l'Egypte vise aussi la sécurité des Palestiniens. Nous appelons l'Egypte à discuter de toutes les questions touchant aux intérêts mutuels de l'Egypte et des Palestiniens", a-t-il dit.

En conséquence, l'Egypte a décidé de fermer "sine die" le terminal de Rafah, à sa frontière avec la bande de Gaza. Le terminal est l'unique point de passage entre le territoire palestinien, contrôlé par le mouvement islamiste Hamas, et le monde extérieur à ne pas être contrôlé par Israël.

Pour les Frères musulmans d'Egypte, "ce crime peut être attribué au Mossad, qui tente de faire avorter la révolution depuis qu'elle a eu lieu et la preuve en est qu'il a donné pour instruction à ses citoyens sionistes se trouvant dans le Sinaï de partir immédiatement il y a plusieurs jours".

Ils estiment aussi que que l'attentat visait notamment à "tenter d'entraver le projet de réforme du président", à montrer que son tout nouveau gouvernement est en situation "d'échec", et à "créer un gros problème pour l'Egypte (...) à la frontière en plus de problèmes internes".

En état d'alerte

Du côté israélien, le chef d’état-major de l’armée Benny Gantz estime avoir "évité un attentat gravissime qui aurait pu nous coûter cher en vies humaines. Notre politique sécuritaire se poursuivra donc et les forces israéliennes stationnées le long du désert du Sinaï resteront en état d’alerte "le temps qu’il faudra".

Le porte-parole du département d'Etat américain, Patrick Ventrell, a quant à lui déclaré que "la situation en terme de sécurité dans le Sinaï est un sujet que nous avons abordé avec les autorités égyptiennes, c'est une question d'inquiétude permanente pour nous", avant de préciser que Washington "se tenait 'prêt à aider le gouvernement égyptien' dans ses effort".

Depuis le début de cette année, les accrochages et les tirs de roquettes se sont multipliés le long de la frontière entre les deux pays.

Le président égyptien Mohamed Morsi a proclamé lundi trois jours de deuil national après l'attaque et a promis de reprendre en main la péninsule du Sinaï. Mais mardi, il a décidé de ne pas se rendre aux funérailles des soldats tués, en raison de sa sécurité qui ne pouvait pas être assurée convenablement.

Ce qui n'a pas manqué de provoquer la colère de ses opposants. Et surtout de soulever une question: "comment l'armée ne peut elle pas assurer la sécurité du président?" s'interrogeait un activiste sur Twitter.

LPJ Le Caire (www.lepetitjournal.com/le-caire.html) mercredi 8 août 2012

 
Une internationale
Bleu Blanc Box

BLEU BLANC BOX – lepetitjournal.com chouchoute les expatriés

Les produits français vous manquent ? Découvrez la dernière nouveauté concoctée spécialement pour vous par lepetitjournal.com. Chaque mois, aux quatre coins du monde, la BLEU BLANC BOX vous réserve une surprise avec des produits aussi indispensables qu’introuvables à des milliers de kilomètres !
Actu internationale
En direct du Moyen-Orient
Téhéran - Société

SARA KAMALVAND - A la découverte des qanats

Sara Kamalvand, née à Téhéran, est Architecte Urbaniste diplômée de l’Ecole Spéciale d’Architecture où désormais elle enseigne, et première…
Expat
Expat - Emploi
Expat - Politique

ESSAI – Comment concilier vie à l’étranger et citoyenneté ?

Etre citoyen lorsque l’on réside hors de France, ce n’est pas facile. Quels droits ? Quels devoirs ? Passionné de politique, résidant depuis plus de 20 ans à l’étranger, Jacques Saillant publie un essai engagé sur la citoyenneté des Français de l’étranger, en forme de réflexion mais aussi de « coup de gueule » face aux instances qui les représentent

AUDIOVISUEL – Haro sur les anglicismes !

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel s'agace. La multiplication des titres d'émissions en anglais, jusque dans le service public, ne convient pas à l'organe chargé d'encadrer les productions télévisées françaises. Seront donc reçus les patrons des grandes chaînes françaises afin de rappeler la règle établie par la loi du 30 septembre 1986 sur le rôle du CSA : utiliser le français autant que faire se peu.
Magazine