RAMADAN - Instants d'une rupture

 

19 heures au Caire. Le silence. Enfin presque le silence : seulement le bruit de toute une ville qui rompt le jeûne au même instant. Une tranquilité remarquable comparé au reste de l'année

D'habitude c'est le trafic, ininterrompu, la circulation cairote, qui se fait au klaxon, et une multitude de bruits du quotidien, qui font que le Caire n'est pas une ville paisible. Les vendeurs ambulants, qui essaient d'attirer les clients, les voisins qui s'interpellent, ou les chauffeurs de taxis qui rappellent leur présence, toujours au klaxon..

Pendant le ramadan, tout change. "Déjà, le rythme de la journée est différent" explique Sami, épicier. Pas trop de différences le matin, mais l'après-midi, la fatigue du jeûne se fait sentir et "la ville tourne au ralenti". Puis dès 17h, les bruits de la circulation repartent crescendo. En cause : tous les employés de bureau, les travailleurs en général, qui veulent être chez eux pour la rupture du jeûne. A 18h30, c'est une tornade de scooters, de voitures, et autres taxis, mais aussi de charrettes et de vélos, qui se croisent en zigzaguant dans les rues de la ville.

Dans la journée, au Caire (Photo: JG)

 

Derniers achats

Pas le calme avant la tempête, mais l'inverse. Sami est débordé : les Cairotes rentrés du travail viennent faire les derniers achats pour le repas du soir. Il manque quelques dattes à l'un, un autre est envoyé par sa femme chercher quelques abricots confits, une des douceurs du mois de ramadan. D'autres encore prennent d'assaut les vendeurs ambulants de jus de fruits, secondés par des enfants pendant cette demie-heure fatidique, qui distribuent aux clients des pochettes pré-remplies de jus de raisin, de caroube ou de noix de coco.

L'appel à la prière du maghreb (coucher du soleil) commence. Euphorie parmi les retardataires. Tous les autres sont déjà attablés, prêts à rompre le jeûne quotidien. À la fin de celui-ci, quelques secondes de flottement, et c'est le silence. Plus une voiture ne circule dans les rues. Plus une parole, pendant ces premiers instants où chacun calme sa soif et sa faim. Dans le métro, certains mangent une datte, que des enfants viennent de distribuer, pendant que d'autres sortent un sac de jus de fruit de leur sac, et le vident d'un trait.

Quelques instant avant la rupture du jeûne, avec quelques retardataires qui pressent le pas (Photo: JG)

 

Brouhaha léger

Après ce premier instant, les rires et les conversations reprennent doucement. Un brouhaha léger par rapport au reste de la journée. Un calme retrouvé que beaucoup, parmi les français du Caire apprécient. C'est le cas de Marie qui vante ce moment. "Le ramadan est vraiment reposant : moins de monde et de vrais instants de calme". Certains compatriotes sont partis, dénonçant les difficultés de ce mois et fuyant la chaleur, mais pour elle, il s'agit bien de "la seule période de l'année où l'on peut vraiment prendre son temps au Caire".

Julien Giry (www.lepetitjournal.com/le-caire.html) lundi 6 août 2012

A la une
France/Monde
En direct d'Afrique/Moyen-Orient
Alger - Actualité

CAN - Les Verts face à leur destin

 Les Fennecs d’Algérie joueront, ce soir au stade de Malabo face à des Sénégalais très physiques, leur survie dans une compétition abordée…
Les trophées
Expat
Expat - Emploi

RECRUTEMENT - Comment trouver un premier emploi au Canada ?

Elisa est actuellement recruteuse dans le secteur des technologies de l'information au Canada. Elle nous apporte son expertise du monde du travail au Québec pour les nouveaux arrivants mais également beaucoup d'autres informations utiles...

EXPATRIATION - La Coréegraphie

Le W Project s'est rendu à Séoul, Corée du Sud. Quelle surprise ! A vrai dire nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre… mais le wifi et les téléphones gratuits dans le métro nous ont vite convaincus ! Le pays le plus connecté au monde renferme en effet de belles opportunités… à condition de faire les efforts nécessaires et apprendre cette complexe chorégraphie qu’est le business coréen. Reportage vidéo
Expat - Politique

VENTE D'IMMOBILIER À L'ETRANGER – La France dilapide-t-elle son patrimoine ?

En 2011, le patrimoine immobilier de la France à l'Etranger (consulats, ambassades, instituts français, etc) s'élevait à 1.500 biens répartis dans 160 pays, pour une valeur d'environ 5 milliards d'euros. Au cours des six dernières années, 152 biens auraient été vendus par le Ministère des Affaires Etrangères pour une valeur totale de 307 millions d’euros. L'ambassadeur de France en Malaisie nous explique l'impact de cette politique
Magazine
Francophonie