Kuala Lumpur

ENTREPRENARIAT - La présence française en Malaisie

Ils sont plus d’une centaine de Français (dont 20% de Françaises) à s’être lancé dans l’aventure entrepreneuriale en Malaisie ; plus particulièrement 66 depuis 2009 – soit un rythme de huit par an - confortant l’attractivité du pays pour nos compatriotes, créateurs d’entreprises. 

La section des Conseillers du Commerce Extérieur de Malaisie et la MFCCI se sont récemment associé avec l’aide d’Elisabeth Laubel (CCE et fondateur d’All1KL Sdn.Bhd - Asia Career Management) pour étudier et mieux connaitre le profil de l’Entrepreneur Français en Malaisie. 

Le dirigeant de l’Entreprise Française en Malaisie en 2017 approche - à 80 % - de la cinquantaine d’années (à contrario, 5% ont moins de 35 ans).  Il a créée sa structure  - essentiellement dans la Klang Valley - entre 40 et 45 ans, bien souvent pour prolonger une expérience professionnelle acquise auparavant en Malaisie ou dans l’ASEAN. La connaissance d’un marché régional ou d’une industrie spécifique acquise grâce à un précédent emploi au sein d’une grande entreprise française basée sur Kuala Lumpur, l’a incité  - au terme de son contrat salarial - à développer sa propre activité pour rester dans la zone. L’entrepreneur Français en Malaisie est ainsi passé - dans 50 % des cas - d’un statut d’expatrié à celui d’impatrié avec des attaches familiales locales et une forte volonté de saisir les opportunités d’affaires qu’offrent le pays depuis une dizaine d’années.  

La prédominance en Malaisie du pétrole /gaz et de l’aéronautique a motivé plus de 15% d’anciens cadres issus de ces secteurs à développer une activité de services auprès de leurs réseaux de grands comptes et donneurs d’ordres. Les fonctions transversales de type ressources humaines, finance, communication et IT sont proposées par 30% des entrepreneurs français aux sociétés en majorité étrangères ou à leurs représentants. Pays à haute teneur touristique, la Malaisie a aussi convaincu 15% d’entre eux d'ouvrir en partenariat local des agences réceptrices. L’activité « trading » en produits d’équipements ou alimentaires&boissons est assurée respectivement par 10% et 5% des créateurs français. Les secteurs de la santé, construction, transports voire agricoles représentent un poids de 10% chez l’ensemble des entrepreneurs. Enfin véritable signe d’une passion qui a pu se transformer en activité professionnelle, l’ouverture d’un restaurant a permis à 15% des entrepreneurs français en Malaisie de réaliser leur rêve et de créer 200 emplois locaux.

Outre son propre permis de travail qu’il a obtenu grâce à un « Malaysian spouse visa » (10% des cas), un « Resident Pass » (40%) ou un « Employment Pass » (50%) ou autre procédure, l’entrepreneur français a offert un emploi à une trentaine de ses compatriotes. Mais il est avant tout un employeur local : fin 2016, il supervise un effectif total de plus de 800 personnes dont 85% sont de nationalité Malaisienne. Les trentenaires positionnés depuis 2 ou 3 ans sur des marchés de niche ou sur le « digital » sont loin d’être en reste et contribuent à la création d’emplois en Malaisie notamment dans les nouvelles technologies.

Espérons que les dernières réglementations portant sur une augmentation nécessaire du capital de 500.000 ringgits à 1 million de ringgits pour délivrer des « Employment Pass » à tout collaborateur étranger (y compris au fondateur d’une société) ne donneront pas un coup d’arrêt à l’enthousiasme de notre jeune - et moins jeune - Entrepreneur Français en Malaisie.  

Elisabeth Laubel (www.lepetitjournal.com/kuala-lumpur.html) mardi 7 février 2017

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter!

 
Kuala Lumpur

DESPACITO – Le tube de Luis Fonsi censuré en Malaisie

Daddy Yankee (à gauche) et Luis Fonsi. Jugées « inappropriées pour être entendues » par le ministre malaisien de la communication, les paroles sulfureuses du titre planétaire de Luis Fonsi, « Despacito » sont à l’origine de la censure en Malaisie.

INSOLITE - Ciel galactique à Bornéo

Les images pourraient laisser penser à des extraits d’un blockbuster de science-fiction, mais non c’est bien depuis un smartphone que le phénomène a…
Une internationale

DON'T GO TO ALGERIA – Tolt : "J’ai envie de découvrir les pays qui souffrent des préjugés"

Benjamin Martinie, alias "Tolt". Un an après avoir connu un franc succès avec sa vidéo « Don’t go to Iran » qui efface tous les stéréotypes entendus sur la République islamique, Benjamin Martinie, alias Tolt, revient avec une nouvelle vidéo, cette fois sur l’Algérie, tout en gardant le même concept. Le principe est simple, « Tolt » part deux semaines dans le pays en question, et y découvre sa culture et son peuple.
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine