DIPLOMATIE - Que faire des réfugiés birmans qui arrivent en Malaisie?

Les Rohingyas, membres d'une ethnie essentiellement musulmane de Birmanie, sont de plus en plus nombreux à quitter leur pays devant les exactions subies. Alors que des centaines de réfugiés fuient vers la Malaisie, les drames en mer se multiplient. Avec en mémoire les boat people vietnamiens, le sujet commence à inquiéter sérieusement la communauté internationale.

Le Bangladesh ne veut plus accueillir de réfugiés
Depuis plus de trente ans, le Bangladesh a été une terre de bienvenue pour les Rohyingyas mais aujourd’hui Dacca déclare avoir atteint sa capacité d’accueil maximum avec plus de 300.000 réfugiés sur son territoire. La Malaisie, pays musulman, s’impose comme une destination privilégiée mais la traversée du Golf du Bengale n’est pas sans risques. En dix jours, deux périples de boat people ont coûté la vie à des dizaines de réfugiés birmans. A ces derniers, il faut également rajouter des Bangladais qui viennent chercher du travail en Malaisie. Abu Bakar, 24 ans, survivant du premier naufrage se souvient  : "Tout le monde pleurait et invoquait Allah alors que le bateau tanguait fort, avant qu'il ne coule rapidement".

Les Rohyngyas, un peuple persécuté
Pour mémoire, les affrontements entre les Rohingyas et l’ethnie rakhine bouddhiste ont fait près de 200 morts et plus de 100.000 déplacés au mois d’octobre. Si les exactions contre ce peuple durent depuis plusieurs siècles, un regain de violence a été constaté en 2012. Le vent de libéralisation de la société birmane, symbolisé par l’élection au parlement d’Aung San Suu Kyi, a paradoxalement relancé l’animosité entre les Rohingyas et le reste du pays.

S’ils sont 800.000 à vivre encore aujourd’hui en Birmanie, l’exil pourrait s’intensifier au regard des derniers évènements, comme l’explique Matthew Smith de Human Rights  Watch, "il est probable que nous assistions à une augmentation massive du nombre de Rohingyas qui prendront la mer cette année".

La Malaisie, terre d’asile…pour le moment
A ce titre, la Malaisie pourrait assez vite vouloir stopper ce flux d’immigrés. Samata Reynolds de Refugee International prévient "La Malaisie et l’OIC (Organisation de la Conférence islamique) seront peut-être bienveillants pour les premiers milliers, mais les gouvernements et les habitants vont très vite se lasser et avoir peur de cet exode massif". Une situation de détresse et d’incertitude qui ne fait donc que commencer.

D’autant que la Malaisie n’a pas ratifié la convention de l’ONU sur les réfugiés. A ce sujet, Anifah Aman, ministre des Affaires étrangères a indiqué: "La Malaisie n’a pas ratifié la convention car cela voudrait dire que nous devrions mieux traiter les réfugiés que notre propre peuple". En outre, sur la question des Rohingya, il rappelle que la Malaisie ne les a "jamais renvoyés chez eux" et appelle la Birmanie à s’engager "sur le chemin de la démocratie". Il lance enfin une question sous forme de conseil : "Comment pouvons-nous vous aider afin que nous ayons la paix dans l’Etat d’Arakan pour obtenir la coexistence, dans la tolérance et l’acceptation des différentes confessions et ethnies ?".

A l’image de l’investissement malaisien pour régler la crise entre la fraction islamiste indépendantiste et le gouvernement aux Philippines, la Malaisie semble vouloir s'offrir un autre coup de projecteur sur sa diplomatie.

Renaud Voisin  (www.lepetitjournal.com/kuala-lumpur.html) Vendredi 16 novembre 2012

 
Kuala Lumpur

ETUDIANTS - Ces Français venus étudier en Malaisie (2)

“But… Why Malaysia?“ Cette question, les étudiants Français présents en Malaisie doivent y répondre tous les jours. Une même incrédulité se retrouve tant en France qu’à Kuala Lumpur. Le pays n’apparait pas comme une destination privilégiée pour y effectuer un séjour d’études universitaires. Pour autant, ils sont quelque 200 étudiants francophones à avoir fait ce choix. 

FRASER HILL - Ce havre de paix

Moins connue et moins développée que Genting ou Cameron Highlands, et donc beaucoup moins touristique, Fraser Hill et ses sept sommets entre 1220 et…
Une internationale

EXPATRIATION - Ces Français installés en Chine pour de bon !

Partir, revenir... ou pas ! Ils sont venus en Chine il y a 8, 10 ans ou plus, pour un semestre, un an, et finalement… ils sont toujours là ! Notre édition de Shanghai a rencontré sept Français pour comprendre ce qui les rentient en Chine.
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

LEPETITJOURNAL.COM - Soyez la voix des Français et francophones dans votre ville

Vous cherchez un défi personnel, professionnel et dans les médias ? Vous voulez être votre propre patron tout en intégrant un réseau en pleine expansion ? Vous possédez de fortes attaches dans la communauté des expatriés et des Francophones de votre ville que vous désirez faire fructifier ? Devenez partenaire du site lepetitjournal.com !

MANAGEMENT - Christian Barqui, président de l'APM : "On n’apprend pas sans émotion"

Créée en 1987 à l’initiative de Pierre Bellon, alors PDG de Sodexo, l’APM, Association pour le Progrès du Management, suscite l’engouement d’un nombre croissant de dirigeants en France et à l’international. L’association compte désormais 353 clubs réunissant une fois par mois de 20 à 25 dirigeants autour d’un expert. Le Président et le Directeur Général de l’APM, reviennent sur les éléments clés qui concourent à ce succès.
Expat - Politique

DIPLOMATIE – Etre consule de France à Istanbul pendant le coup d'Etat militaire

Muriel Domenach a occupé de septembre 2013 à août 2016 le poste de Consule générale de France à Istanbul. Entre suppression des festivités du 14 juillet du fait de menaces terroristes et coup d'Etat militaire, elle raconte comment elle a vécu personnellement les événements, les mesures prises pour rassurer les ressortissants français et revient sur trois années très riches en Turquie

MICHAELLE JEAN - "Nous n’agissons pas seulement pour le français, mais pour le public et les 77 délégations sportives francophones"

La secrétaire générale de la Francophonie était à Rio la semaine dernière afin d’assister à la cérémonie d’ouverture des jeux Olympiques, accompagnée du musicien Manu Dibango, Grand Témoin de la Francophonie pour ces Olympiades. Notre édition de Rio a pu s’entretenir avec la Canadienne lors des premières épreuves d’aviron, à la Lagoa de Rio. 
Magazine