DIPLOMATIE - Que faire des réfugiés birmans qui arrivent en Malaisie?

Les Rohingyas, membres d'une ethnie essentiellement musulmane de Birmanie, sont de plus en plus nombreux à quitter leur pays devant les exactions subies. Alors que des centaines de réfugiés fuient vers la Malaisie, les drames en mer se multiplient. Avec en mémoire les boat people vietnamiens, le sujet commence à inquiéter sérieusement la communauté internationale.

Le Bangladesh ne veut plus accueillir de réfugiés
Depuis plus de trente ans, le Bangladesh a été une terre de bienvenue pour les Rohyingyas mais aujourd’hui Dacca déclare avoir atteint sa capacité d’accueil maximum avec plus de 300.000 réfugiés sur son territoire. La Malaisie, pays musulman, s’impose comme une destination privilégiée mais la traversée du Golf du Bengale n’est pas sans risques. En dix jours, deux périples de boat people ont coûté la vie à des dizaines de réfugiés birmans. A ces derniers, il faut également rajouter des Bangladais qui viennent chercher du travail en Malaisie. Abu Bakar, 24 ans, survivant du premier naufrage se souvient  : "Tout le monde pleurait et invoquait Allah alors que le bateau tanguait fort, avant qu'il ne coule rapidement".

Les Rohyngyas, un peuple persécuté
Pour mémoire, les affrontements entre les Rohingyas et l’ethnie rakhine bouddhiste ont fait près de 200 morts et plus de 100.000 déplacés au mois d’octobre. Si les exactions contre ce peuple durent depuis plusieurs siècles, un regain de violence a été constaté en 2012. Le vent de libéralisation de la société birmane, symbolisé par l’élection au parlement d’Aung San Suu Kyi, a paradoxalement relancé l’animosité entre les Rohingyas et le reste du pays.

S’ils sont 800.000 à vivre encore aujourd’hui en Birmanie, l’exil pourrait s’intensifier au regard des derniers évènements, comme l’explique Matthew Smith de Human Rights  Watch, "il est probable que nous assistions à une augmentation massive du nombre de Rohingyas qui prendront la mer cette année".

La Malaisie, terre d’asile…pour le moment
A ce titre, la Malaisie pourrait assez vite vouloir stopper ce flux d’immigrés. Samata Reynolds de Refugee International prévient "La Malaisie et l’OIC (Organisation de la Conférence islamique) seront peut-être bienveillants pour les premiers milliers, mais les gouvernements et les habitants vont très vite se lasser et avoir peur de cet exode massif". Une situation de détresse et d’incertitude qui ne fait donc que commencer.

D’autant que la Malaisie n’a pas ratifié la convention de l’ONU sur les réfugiés. A ce sujet, Anifah Aman, ministre des Affaires étrangères a indiqué: "La Malaisie n’a pas ratifié la convention car cela voudrait dire que nous devrions mieux traiter les réfugiés que notre propre peuple". En outre, sur la question des Rohingya, il rappelle que la Malaisie ne les a "jamais renvoyés chez eux" et appelle la Birmanie à s’engager "sur le chemin de la démocratie". Il lance enfin une question sous forme de conseil : "Comment pouvons-nous vous aider afin que nous ayons la paix dans l’Etat d’Arakan pour obtenir la coexistence, dans la tolérance et l’acceptation des différentes confessions et ethnies ?".

A l’image de l’investissement malaisien pour régler la crise entre la fraction islamiste indépendantiste et le gouvernement aux Philippines, la Malaisie semble vouloir s'offrir un autre coup de projecteur sur sa diplomatie.

Renaud Voisin  (www.lepetitjournal.com/kuala-lumpur.html) Vendredi 16 novembre 2012

 
Kuala Lumpur

CCIFM - Un gala sous le signe de l'Excellence

Le vendredi 13 mai, quelque 400 invités se sont rassemblés au Grand Hyatt de Kuala Lumpur à l’occasion du 26ème gala annuel de la Chambre de Commerce et d’Industrie France-Malaisie (CCIFM), en présence de l’honorable Vice Premier ministre YAB Dato’ Seri Dr. Ahmad Zahid Hamidi et de S.E Christophe Penot, Ambassadeur de France en Malaisie.
Une internationale

FUITE DES CERVEAUX – Est-ce qu’elle fragilise la France ?

La fuite des cerveaux semble inéluctable, c’est ce qu’indiquent deux chercheurs dans une note inédite présentée au Conseil d’analyse économique et social. Le nombre d’actifs français partis à l’étranger aurait doublé entre 2006 et 2011 mais les auteurs de la note relativisent le phénomène et proposent des solutions pour accompagner cette évolution et tirer profit de la mobilité internationale. 
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

FUITE DES CERVEAUX – Est-ce qu’elle fragilise la France ?

La fuite des cerveaux semble inéluctable, c’est ce qu’indiquent deux chercheurs dans une note inédite présentée au Conseil d’analyse économique et social. Le nombre d’actifs français partis à l’étranger aurait doublé entre 2006 et 2011 mais les auteurs de la note relativisent le phénomène et proposent des solutions pour accompagner cette évolution et tirer profit de la mobilité internationale. 

EMPLOI — La Suède, paradis du travail pour les femmes ?

Entre 2013 et 2015, le nombre de plaintes pour discrimination sexuelle déposées auprès de l’agence publique chargée de ce sujet, a presque baissé de moitié (450 et 290 plaintes, respectivement). Paradoxalement, ce sont les hommes qui portent le plus plainte, à 51-52% des affaires enregistrées ! Cela signifierait-il que les femmes sont arrivées à une position égale, voire dominante, par rapport aux hommes, sur le marché du travail suédois ?
Expat - Politique

MATTHIAS FEKL - « Pourquoi la France pourrait dire non au TTIP »

Matthias Fekl, Secrétaire d'Etat au commerce extérieur, a la semaine dernière déclaré officiellement l’opposition de la France au TTIP en l'état. Mais qu’est ce que le TTIP ? Retour sur l’historique et la nature de ce traité de libre-échange entre l’Europe et les Etats-Unis. Un article de notre édition de Rome
Magazine