DEPART - Au revoir Carrefour, bonjour Aeon

L'annonce est officielle. Carrefour quitte la Malaisie. Dans un communiqué, l’entreprise française révèle que la vente de sa participation en Malaisie est "effective" après un accord passé avec son concurrent nippon Aeon à hauteur de 250 millions d’euros.

A l’heure où les hypermarchés sont boudés en Europe, notamment en raison du boom des achats en ligne, Carrefour, numéro deux mondial de la distribution, se trouve dans une position délicate. Le groupe aurait besoin de près de trois milliards d’euros pour relancer ses activités. Georges Plassat, qui a pris la tête de l'enseigne en mai dernier se voit dans l’obligation de trouver des solutions. Pour financer cette relance, le marché asiatique qui représente moins de 10% des ventes du groupe semble être une cible toute trouvée.

Ainsi, en 2010, le géant de la grande distribution annonçait déjà la vente de ses magasins en Malaisie et à Singapour après s’être retiré du territoire thaïlandais. Faute d’offres suffisamment élevées aux yeux des dirigeants du groupe, celui-ci s’est maintenu dans la région deux ans durant. Pourtant, aujourd'hui, le désengagement de Carrefour est officiel. Le numéro deux mondial de la distribution était présent en Malaisie depuis 1994 avec 26 hypermarchés pour un chiffre d'affaires de 400 millions d'euros (réalisé sur une période de 12 mois à fin juin). Il était le quatrième distributeur du pays. Couplée au retrait de la marque française de Singapour survenu il y a quelques semaines, la décision annoncée par Georges Plassat marque donc la fin des activités du groupe en Asie du Sud-Est même s’il garde, pour le moment du moins, ses activités en Indonésie.

Après avoir annoncé la vente de sa participation en Colombie le 19 octobre dernier, Carrefour "poursuit ainsi sa stratégie de recentrage et se donne les moyens d'investir dans les pays matures où il détient de bonnes positions historiques et dans les pays émergents où il a un fort potentiel de croissance", selon les mots de l'entreprise . En complément, le PDG a laissé entendre que Carrefour pourrait quitter d’autres pays jugés non stratégiques pour le groupe (tels que la Turquie, la Pologne ou l’Indonésie) afin de se concentrer sur son chantier de redressement en Europe. C'est bien un automne difficile qui s'annonce pour l'enseigne française qui connaissait jusque là un développement à l’international exponentiel.

Renaud Voisin, Marion Le Texier, Camille Bondu (www.lepetitjournal.com/kuala-lumpur.html) Vendredi 2 novembre 2012

 
Kuala Lumpur

CCIFM - Un gala sous le signe de l'Excellence

Le vendredi 13 mai, quelque 400 invités se sont rassemblés au Grand Hyatt de Kuala Lumpur à l’occasion du 26ème gala annuel de la Chambre de Commerce et d’Industrie France-Malaisie (CCIFM), en présence de l’honorable Vice Premier ministre YAB Dato’ Seri Dr. Ahmad Zahid Hamidi et de S.E Christophe Penot, Ambassadeur de France en Malaisie.
Une internationale

REGARDS – La France vue par les Youtubers d’ailleurs

Ils adorent croquer nos travers, pointer nos lubies et nos drôles de manières… Certains étrangers résidant en France vont même jusqu’à faire des web séries pour raconter ce qui les étonne chez nous, et ça prête à sourire. Démonstration en vidéo
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

FUITE DES CERVEAUX – Est-ce qu’elle fragilise la France ?

La fuite des cerveaux semble inéluctable, c’est ce qu’indiquent deux chercheurs dans une note inédite présentée au Conseil d’analyse économique et social. Le nombre d’actifs français partis à l’étranger aurait doublé entre 2006 et 2011 mais les auteurs de la note relativisent le phénomène et proposent des solutions pour accompagner cette évolution et tirer profit de la mobilité internationale. 
Expat - Politique

MATTHIAS FEKL - « Pourquoi la France pourrait dire non au TTIP »

Matthias Fekl, Secrétaire d'Etat au commerce extérieur, a la semaine dernière déclaré officiellement l’opposition de la France au TTIP en l'état. Mais qu’est ce que le TTIP ? Retour sur l’historique et la nature de ce traité de libre-échange entre l’Europe et les Etats-Unis. Un article de notre édition de Rome
Magazine