RICHARD SIMONNET – S’installer en France après l’Afrique du Sud

Richard Simonnet, responsable du Petitjournal.com de Johannesburg de décembre 2011 à juin 2015, a quitté l’Afrique du Sud en août 2015 pour retrouver la banlieue parisienne. Souvenirs, impressions, tuyaux pour ceux qui préparent leur séjour sud-africain et pour ceux qui sont sur le départ !


Nous sommes venus en Afrique du Sud pour répondre à l’opportunité que TOTAL avait offert à mon épouse en lui proposant la Direction Informatique de la filiale à Johannesbourg. Je n’ai pas hésité à quitter mon emploi d’ingénieur commercial en France, car l’expatriation faisait partie de nos projets depuis longtemps. Nous y sommes restés 4 ans : des années remplies de rencontres et de souvenirs. Pour ma part, j’ai décidé une fois sur place de reprendre la franchise du LPJ à Johannesbourg, mais j’ai pu aussi développer pleins d’activités autour de ma passion : la gastronomie ! Juste avant notre départ nous avons fait un dernier tour du pays et avons profité des derniers « game drive » dans le magnifique lodge de Esiwini (Nambiti).

Où êtes-vous installé maintenant ?
Nous avons repris notre « petite » maison à Boulogne Billancourt, nous avions pu la louer pendant notre séjour sud-africain. Bien sûr les dimensions de la maison ne sont pas les mêmes que celles de notre maison à Bryanston, mais finalement on se réhabitue assez vite, même si c’est compliqué de faire rentrer tous les souvenirs ramenés d’Afrique du Sud.

Les moments forts de votre séjour ? 
♦ Avec le Petitjournal.com de Johannesburg, ce fut bien sûr le décès de Nelson Mandela. En tant que journaliste accrédité, j’ai pu assister à toutes les cérémonies au plus près et je garderai toujours l’image de toutes ces personnes dans leurs plus beaux habits faisant la queue sur des kilomètres dans les rues de Pretoria pour saluer leur héros une dernière fois.


♦ Avec mes « copines » de Jobourg Accueil, car je fus le premier « homme » membre de l’association en AFS en 2011 à notre arrivée, je garde le souvenir de nos randonnées mensuelles autour de Johannesbourg et des week-ends de marche en famille que nous avions pu organiser dans des endroits isolés mais magnifiques.


♦ Et puis tous ces moments passés dans les réserves, notamment ce matin tôt où je suis partis seul de Lower Sabie dans ma voiture car mon ami ne sentait pas de se lever à 5H du matin, et que je me suis retrouvé à suivre deux jeunes lions au lever du soleil dans le bush ! On pense souvent à ces moments-là lorsqu’on est bloqué le matin sur périphérique !

Les visites et expériences à ne pas rater ? 
♦ A Joburg, il ne faut pas hésiter à visiter CBD et ses quartiers « bobo » en restant bien sûr vigilant, mais on découvre une autre image de la ville. Soweto et le musée de l’Apartheid sont bien sûr des endroits à voir et à revoir, car on comprend mieux ces événements après avoir vécu quelques temps dans le pays.
♦ Bien sûr Cape Town, la ville, la péninsule et la route des vins jusqu’à Franschhoek et prendre du bon temps dans les restaurants des caves La Motte ou Overture à Hidden Valley ou en prenant le café à Waterford Estate !


♦ Une expérience à ne pas rater est aussi de louer un 4X4 équipé avec votre « maison » sur le toit et partir découvrir le Drakensberg, l’un de nos meilleurs moments fut de rejoindre le Sani Pass en faisant plusieurs étapes dans ces montagnes et revenir par le Lesotho. En plus comme nous avons fait ce tour pendant le week end de Pâques, on s’est retrouvé à plusieurs français à pique-niquer au sommet du Sani Pass avec de bons produits français que l’un de nos amis avait juste rapporté de France !


Les tuyaux pour bien organiser son départ ? 
♦ La plus grosse contrainte est de gérer son déménagement, surtout faire le tri dans ses affaires en réfléchissant à la place que vous aurez à votre retour à Paris. Il ne faut pas hésiter à donner des habits ou des jouets d’enfants qui de toute façon ne passionnent plus les vôtres car ils ont aussi grandis pendant votre séjour !
On a même géré le retour de notre petit lapin sud-africain « Lilo », après quelques papiers et vaccins et il a pu nous suivre dans notre petit jardin de Boulogne.
♦ Et le plus important est de bien organiser sa « farewell party », pour nous ce fut sans doute le moment le plus fort de ce départ, retrouver tous nos amis pour une bonne soirée même si j’avais du cuisiner pendant 24H sans électricité dans la maison !


Comment s’est passé le retour en France ? 
♦ Finalement on retrouve assez vite ses habitudes d’avant, le changement a été plus important pour les enfants qui ont pu retrouver à 16 et 13 ans une autonomie dans leurs déplacements, même si au début ils n’ont pas trop compris que « Papa » ne faisait plus le taxi et qu’ils devaient utiliser leur Pass Navigo pour aller à l’école !
♦ Mon épouse a retrouvé sa « tour » à la Défense et regrette un peu les tenues colorées de ses collègues sud-africaines.
♦ Pour ma part j’ai dû recréer une activité professionnelle et j’ai choisi de garder un lien avec l’Afrique en ouvrant un cabinet de conseil à l’export (www.cioa-92.com
♦ On retrouve sa famille avec joie, ses amis avec qui on reparle de nos souvenirs en Afrique du Sud, car nous avons la chance d’accueillir beaucoup d’entre eux à Jobourg pendant notre séjour. Mais on retrouve aussi l’anonymat de la région parisienne et la difficulté de partager cette expérience avec ceux qui n’ont pas eu cette chance de vivre une expatriation.

Ce qui vous manque de l’Afrique du Sud ? 
♦ Le soleil et le climat de Jobourg, sans doute l’un des plus agréables que nous ayons connu !
♦ Cynthia, notre maid, qui prenait soin de nous tous les jours et que les enfants ont aussi très vite regrettée et oui un lave-vaisselle ça se vide !
♦ Le « Beef Filet » de Seeman’s à Randburg et les fruits et légumes du Carreira Market et surtout leurs prix !
♦ Les parcours de Golf à 10€, idéal pour apprendre !
♦ Et les grands espaces du bush ou les montagnes du Drakensberg.


Comment retrouver un bout de l’Afrique du Sud en France quand on a le mal du pays ?
♦ Avec nos amis qui sont rentrés aussi en France, on scrute les rares bouteilles de vins sud-africains que l’on trouve dans les supermarchés et on s’organise un repas avec un petit « Braii » dans le jardin.
♦ On retrouve aussi pas mal d’anciens expatriés de Joburg sur les plages bretonnes !
♦ Et en continuant à lire le LPJ de Jobourg !

(www.lepetitjournal.com/johannesbourg) Mardi 20 juin 2017


 
Johannesbourg

BASTILLE DAY – Place aux artistes sud-africains à l’Ambassade de France

Le 14 juillet, les citoyens français du monde entier se rassemblent pour célébrer la fête nationale du pays en commémoration de la prise de la Bastille et la fin de la monarchie absolue. A Pretoria, l’Ambassadeur de France en Afrique du Sud, S.E. Christophe Farnaud, et son équipe avaient réservé de belles surprises à ses 900 invités.

JUILLET - L'hiver à Joburg

C'est l'hiver, les températures se rafraichissent mais Joburg ne se laisse pas abattre par un petit coup de froid ! Des événements pour ceux qui…

COUP DE COEUR – Le ski en Afrique !

Oui c’est possible de chausser une paire de ski et de faire une descente sur une piste en Afrique ! Juliette de Poncins est partie à Afriski, une…
Actualité Afrique du Sud

SABC - Mort subite d'une jeune journaliste sous pression

Son nom ne vous dira rien. Elle s’appelait Suna Venter. Elle a été retrouvée morte chez elle jeudi 29 juin 2017. Un arrêt cardiaque. A trente-deux ans. Un procès avec son ancien employeur, la chaîne publique SABC venait de conclure à sa réintégration (avec sept de ses camarades) et au paiement de dommages et intérêts. Sa vie professionnelle pouvait recommencer, mais son corps a abandonné la partie. Quels sujets tellement délicats avait-elle traités pour mettre sa santé à risque ? Des trafics d’armes, de diamants, des génocides ?
Une internationale

DON'T GO TO ALGERIA – Tolt : "J’ai envie de découvrir les pays qui souffrent des préjugés"

Benjamin Martinie, alias "Tolt". Un an après avoir connu un franc succès avec sa vidéo « Don’t go to Iran » qui efface tous les stéréotypes entendus sur la République islamique, Benjamin Martinie, alias Tolt, revient avec une nouvelle vidéo, cette fois sur l’Algérie, tout en gardant le même concept. Le principe est simple, « Tolt » part deux semaines dans le pays en question, et y découvre sa culture et son peuple.
Actu internationale
En direct d'Afrique
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine