BLACK FRIDAY – J’étais à Sandton (Partie 1)

Les Sud-Africains se sont mobilisés vendredi 7 avril dernier pour parler d’une seule voix contre le président Zuma et ses décisions qui ont plongées le pays dans un grand mécontentement. Selon des rapports, ils étaient environ 60,000 à manifester dans tout le pays : 20,000 au Cap, 10,000 à la marche organisée par le parti d’opposition Democratic Alliance dans le CBD de Joburg, 20,000 à la marche organisée par Save South Africa à Pretoria et 300 à une méditation de groupe à Saxonwold. Lepetitjournal.com publiera chaque jour de la semaine des témoignages de Sud-Africains et étrangers qui ont participé aux manifestions, sur leur expérience et leur ressenti sur les événements récents.


Hassive, une Mexicaine mariée à un Sud-Africain, vit en Afrique du Sud depuis 10 ans. 
« Une responsabilité citoyenne : c’est important de se faire entendre. »

« Pour moi, c’était important de participer à cette marche. Tout d’abord car mes enfants sont Sud-Africains et puis maintenant je me sens presque autant Sud-Africaine que Mexicaine ! Nous ne pouvons pas uniquement nous plaindre, donc j’ai choisi de m’exprimer. Si j’avais pu j’aurai emmené ma fille pour lui apprendre les responsabilités de citoyenne.

J’ai participé à la marche qui s’est déroulée à Sandton car c’était à proximité de mon lieu de travail. Nous nous sommes rassemblés au coin de Grayston et Rivonia et avons marché jusqu’au Johannesburg Stock Exchange. La marche était stratégiquement planifiée à 13h afin que les gens qui travaillent puissent y participer pendant leur pause déjeuner.

Nous avons manifesté dans un environnement animé mais pacifique. Il y avait des enfants, des personnes âgées, en chaise roulante et même des chiens ! Les gens chantaient l’hymne nationale et Shosholoza. On sentait une unité, c’était agréable à voir lorsqu’on est habitué aux messages de divisions raciales. Les pancartes mentionnaient « Zuma doit partir ». Il y avait même des membres du parti de l’ANC qui disaient « Libérons l’ANC». Chacun faisait entendre sa voix.

Je pense que c’est un moment important dans l’histoire de l’Afrique du Sud. Nous entrons dans une ère où les choses changent depuis que Mandela a libéré le pays. De nombreuses personnes brandissaient des photos de lui, il est encore très présent dans le cœur des Sud-Africains. C’est un tournant dans l’histoire de la nation arc-en-ciel. »

Retrouvez les autres témoignages

Black Friday - J'étais à Pretoria (Partie 2)

Emily, une Sud-Africaine de 46 ans, originaire du Mpumalanga. 

« Peu de choses ont changé pour les Sud-Africains. »

Magali, une Française mariée à un Sud-Africain, vit en Afrique du Sud depuis 16 ans.

« Mobilisons-nous ! »



Black Friday - J'étais dans le CBD de Joburg (Partie 3)

Jo, une Sud-Africaine, décrit ce moment historique : « J’ai ressenti de la fierté. »








www.lepetitjournal.com/johannesbourg Lundi 9 avril 2017

 
Johannesbourg

JUILLET - L'hiver à Joburg

C'est l'hiver, les températures se rafraichissent mais Joburg ne se laisse pas abattre par un petit coup de froid ! Des événements pour ceux qui…
Actualité Afrique du Sud
Une internationale
Actu internationale
En direct d'Afrique
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine