BLACK FRIDAY - J'étais à Pretoria (Partie 2)

Les Sud-Africains se sont mobilisés vendredi 7 avril dernier pour parler d’une seule voix contre le président Zuma et ses décisions qui ont plongé le pays dans un grand mécontentement. Selon des rapports, ils étaient environ 60,000 à manifester dans tout le pays : 20,000 au Cap, 10,000 à la marche organisée par le parti d’opposition Democratic Alliance dans le CBD de Joburg, 20,000 à la marche organisée par Save South Africa à Pretoria et 300 à une méditation de groupe à Saxonwold. Lepetitjournal.com publiera chaque jour de la semaine des témoignages de Sud-Africains et étrangers qui ont participé aux manifestions, sur leur expérience et leur ressenti sur les événements récents.


Emily, une Sud-Africaine de 46 ans, originaire du Mpumalanga. 
« Peu de choses ont changé pour les Sud-Africains. »

« J’ai pris le temps de participer à la marche car je veux que le président démissionne. Il ne sert pas son pays mais ses propres intérêts. L’atmosphère était calme et paisible. Les participants venaient de divers horizons mais étaient unis. Les gens chantaient et protestaient contre Zuma, ils disaient qu’ils ne voulaient plus de lui. Zuma a dégradé notre pays au statut de « junk », référence à la baisse de la note du pays par l’agence de notation Standard & Poor’s. Les gens protestaient dans tout le pays, ainsi que dans la province dont je suis originaire. »


Magali, une Française mariée à un Sud-Africain, vit en Afrique du Sud depuis 16 ans.
« Mobilisons-nous ! »

« J’ai participé à la marche parce que je suis révoltée par les décisions et le comportement irresponsable de Zuma depuis ces 2 à 3 dernières années. Il pense qu’il n’a pas besoin de rendre de compte ce qui est dangereux pour la démocratie. Je ne voulais pas seulement me plaindre auprès de mes amis, au travail ou en famille... alors j’ai décidé de montrer mon mécontentement publiquement.

J’étais à la marche organisée à l’Union Buildings. Nous avons défilé depuis Church Square. La marche était géniale. Disciplinée, avec un message commun et clair. Tous les groupes et partis politiques étaient représentés. D’autre part, beaucoup d’affiches et messages étaient humoristiques, c’était le côté amusant de la marche.


L’histoire nous dira si les événements récents seront décisifs dans l’histoire de l’Afrique du Sud. J’ai le sentiment que le pays est sur une mauvaise pente. Nous devons faire quelque chose en tant que citoyens ordinaires contre l’enrichissement d’un petit nombre au gouvernement. Zuma développe des tendances dictatoriales. Je ne pense pas que nous pouvons nous complaire dans cette situation plus longtemps alors que le pays est en train d’en pâtir. Nous le devons à nos enfants et à tous les Sud-Africains qui vivent encore dans la pauvreté.

Descendons dans les rues jusqu’à ce que Zuma se soumette à la volonté du peuple et démissionne. »

Retrouvez les autres témoignages...

Black Friday - J'étais à Sandton (Partie 1)

Hassive, une Mexicaine mariée à un Sud-Africain, vit en Afrique du Sud depuis 10 ans. 

« Une responsabilité citoyenne : c’est important de se faire entendre. »


Black Friday - J'étais dans le CBD de Joburg (Partie 3)

Jo, une Sud-Africaine, décrit ce moment historique : « J’ai ressenti de la fierté. »





(www.lepetitjournal.com/johannesbourg) Lundi 10 avril 2017

 

 
Johannesbourg

JUILLET - L'hiver à Joburg

C'est l'hiver, les températures se rafraichissent mais Joburg ne se laisse pas abattre par un petit coup de froid ! Des événements pour ceux qui…
Actualité Afrique du Sud
Une internationale

ROAMING – Ni expats, ni immigrants, vivre à l’international au 21e siècle

Ni expatriés, ni locaux, ni immigrants… Comment définir ces citoyens du monde qui s’installent, pour quelques années, sans filet, dans un pays qui n’est pas le leur? Des itinérants, des nomades ? Dans son livre, CM Patha dresse les caractéristiques de ces millions d'individus dont on n’entend pas la voix. Beaucoup d’entre vous se reconnaitront !
Actu internationale
En direct d'Afrique
Expat
Expat - Emploi

"Insécurité, négligence, esclavagisme": enquête dans les dessous des fermes australiennes

L’Australie, c’est easy, facile. Les salaires sont plus élevés, et il y a du soleil toute l’année. Forcément cela attire, et on a envie d’y rester. Pour cela, il faut remplir quelques conditions. Notamment réaliser 88 jours de travail en fermes. Si d’autres solutions existent, celle-ci est la plus utilisée par les PVTites. Disponibilités pour travailler toute l’année, pas besoin d’expérience, les gens se hâtent... Et tombent des arbres une fois qu’ils commencent à se faire arnaquer. Enquête au coeur des fermes et de leurs abus.
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine