Istanbul

À LA RENCONTRE DE NOS LECTEURS – Valérie Çelebi, des avions aux pinceaux

Une semaine avant sa prochaine exposition intitulée “Visages d’Istanbul”, la peintre Valérie Çelebi nous a ouvert les portes de son atelier…

Lepetitjournal.com d’Istanbul : Comment avez-vous atterri en Turquie ?
Valérie Çelebi :
Par amour d'un Turc. Nous vivions en France. Au début des années 90, il a eu une opportunité de travail intéressante à Istanbul, alors je l’ai suivi. Nous nous sommes mariés deux ans après. Et avons eu depuis deux filles, de 16 et 18 ans. Je travaillais dans le financement aéronautique. Comme il a pris la vice-présidence, puis la direction, de la compagnie Turkish Airlines, je ne pouvais plus exercer mon métier ici sans conflit d’intérêt. Voilà le destin dramatique d’une femme d’expat’ ! (rires) L’avantage de mon “séjour” à Istanbul, c’est que j’ai pu me mettre à la peinture. J’en rêvais depuis toujours. J’ai donc voulu entrer aux Beaux-Arts. Mais il fallait un bac turc, et pas d’équivalence possible avec mes diplômes français. J’ai finalement participé assidûment à un atelier de préparation aux Beaux-Arts pendant trois ans. Puis j’ai suivi les cours à l’Irfan Önurmen Atölyesi pendant deux ans. Et je dois beaucoup à mon professeur.

Crédit photo FF

Quelle est votre relation au petitjournal.com d’Istanbul ?
Je connais lepetitjournal.com depuis la création de l’édition d’Istanbul. J’ai rencontré sa fondatrice, Brigitte Benedetto, devenue depuis une amie. Et je me suis tout de suite abonnée. Je reçois la newsletter tous les matins, et tôt en plus, c’est parfait ! Même si on n’est pas très loin de la France, lorsque l’on est anti-télé comme moi, on est tout de même un peu isolé. Comme je parle turc, je n’ai pas forcément besoin de lire les informations sur la Turquie en français. Mais c’est tout de même intéressant d’avoir un regard français sur la ville et son actualité. J’aime particulièrement les rubriques rigolotes, comme l’expression du jour. Je regarde aussi beaucoup l’agenda culturel. Et j’apprécie la vidéo de la semaine car c’est un moyen efficace de me tenir informée de ce qui est “en vogue”, sans passer ma journée à fouiller sur YouTube.

Qu’aimez-vous à Istanbul ?
J’aime le fait que ce soit une métropole qui bouillonne. Peut-être aussi parce que j’ai la chance d’habiter au vert. J’aime l’hospitalité des Turcs, je les trouve souriants et sympathiques, et naturellement confiants. Il y a ici quelque chose qui existait jadis en France: les gens ne culpabilisent pas de profiter de la vie, des petits instants. Ils osent prendre cinq minutes pour aller boire un thé près du Bosphore. Et cela ne les empêche pas de travailler énormément.

Votre restaurant préféré ?
Pour déguster un bon repas entre amis, alors sans aucun doute : Tarabya Kıyı. Il s’agit d’un restaurant de poissons très ancien. J’y suis allée lors de mon arrivée à Istanbul et contrairement à des centaines d’autres adresses stambouliotes, il est toujours là après toutes ces années. C’est un peu mon phare.

Vous avez déjà fait plusieurs expositions de vos toiles. En quoi consiste la prochaine ?
Elle s’appelle “Visages d’Istanbul”. J’ai refait une série de bateaux. Je peins souvent des cargos, des tankers… Parce que c’est ce qui m’a le plus impressionnée à mon arrivée à Istanbul. Ces immenses bateaux qui traversent le Bosphore remplis à ras bord de produits pouvant exploser à tout moment. Ils sont souvent complètement disproportionnés comparés à la largeur du détroit. Et puis avec toutes les habitations de part et d’autre, ça pourrait être très dangereux. Je suis encore mi-fascinée mi-terrorisée par ce phénomène. Beaucoup de mes toiles sont réalisées à l’acrylique. Je peins d’abord tout proprement, avec de belles lignes maîtresses. Puis je passe au couteau pour ne conserver que la silhouette. Je n’aime pas les contours, ça m’étouffe. J’exposerai aussi des choses plus variées sur Istanbul. J’ai fait quelques tableaux à l’encre de chine, au brou de noix et des lithographies que j’imprime à la main. “Visages d’Istanbul” est une exposition privée. Elle se déroulera chez mon amie Agnès Sagot, l’investigatrice de cet événement, à Istinye, les 23 et 24 novembre prochains.

Propos recueillis par Fanny Fontan (http://www.lepetitjournal.com/istanbul.html) vendredi 16 novembre 2012

Exposition “Visages d’Istanbul”

Vernissage :  Vendredi 23 Novembre 2012 de 14 h à 19 h

Exposition :  Samedi  24 Novembre 2012 de 11 h à 18 h

Adresse :  Sebakdağ Dream Sitesi, A1 blok, daire 6 ,Balabandere      Caddesi, Istinye

Contacts : 0532-234 82 82 / 0538-336 92 44

A la une

LET'S TRAIL - Sur les traces de Napoléon

Suivre le parcours de Napoléon, de son départ de l’île d’Elbe, en passant par son débarquement à Golfe Jua , sa remontée vers Paris, pour enfin finir en Belgique, lieu de sa chute, à Waterloo; c'est ce que propose Let’s Trail Napoleon Hundred Days (Sur les pas des 100 jours de Napoléon). Un ouvrage présenté par notre édition de Dublin.
France/Monde
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

PARTIR A L'ÉTRANGER - Le PVT, la formule qui cartonne chez les jeunes !

En 2013, près de 40.000 jeunes Français sont partis à l’étranger dans le cadre du Programme Vacances-Travail (PVT), également appelé Working Holiday Visa (WHV). Si ce programme les a séduits, c’est parce qu’il permet d’envisager toutes sortes de projets (voyage, travail, bénévolat, cours de langue…) dans des pays et régions où il n'est habituellement pas facile de partir travailler.

COACHING – Maman expatriée : comment gérer le syndrome du nid vide ?

Les enfants sont partis, mon conjoint est très pris par ses fonctions et je continue à ses côtés notre vie d’expatriés. Je n’ai pas travaillé depuis des années, car mon métier c’était le plus beau métier du monde : celui de Maman. Aujourd’hui, je suis seule, les murs résonnent et le silence me pèse. Quelle femme n’a pas connu ce qu’on appelle le "syndrome du nid vide ?" comment gérer l’absence et retrouver un projet qui fait sens une fois que les enfants ont pris leur envol ?
Expat - Politique

EXPATRIATION – Fuite à droite, ouverture à gauche

Le rapport de la commission d’enquête parlementaire sur "l’exil des forces vives" vient d’être adopté à l’Assemblée à une courte majorité. Toutefois, le débat demeure entre la droite et la gauche pour savoir ce que représente aujourd’hui l’expatriation des Français dans le monde. Entre "un atout dans la mondialisation" pour le PS et la nécessité de "refaire de la France une terre de réussite" pour l’UMP, chacun campe sur ses positions
Magazine
Les trophées

TROPHEES 2014 – Les sept lauréats ont été récompensés au Quai d’Orsay

La cérémonie des Trophées des Français de l’étranger, organisée par lepetitjournal.com, s’est déroulée ce jeudi 6 mars, dans le cadre prestigieux du Ministère des Affaires étrangères. Devant leurs proches, les élus, les partenaires et la Ministre déléguée chargée des Français de l’étranger, Hélène Conway-Mouret, les sept lauréats ont été récompensés pour leur parcours d’exception.