Istanbul

DESTINATION TURQUIE J-298 – Le mal du pays

Belkis Jeridi est une jeune femme vivant en France mais persuadée depuis des années que son destin l’attend en Turquie, au détour d’une rue d’Istanbul. Étudiante en dernière année de master, elle prépare minutieusement son départ. Tous les quinze jours, Belkis nous relate ses démarches, les anecdotes, les rencontres et les doutes qui jalonnent son parcours. Quatrième épisode

“Mais pourquoi tu veux vivre en Turquie ?” Je n’y échappe jamais.

Je savais bien qu’aller à ce repas de famille était une mauvaise idée, c’est toujours pareil…

Chacun y va de ses “arguments” :

L’oncle accro aux infos :

- “Vu la conjoncture, c’est mieux de trouver un travail bien gentil, de faire gentiment des économies, et d’aller en Turquie autant que tu veux pour les vacances.”

La cousine qui étudie la comptabilité :

- “Les gens font tout pour venir en France, et toi tu veux la quitter. Pfff, c’est n’importe quoi.”

Le voisin de passage, que je n’ai jamais vu avant ce jour :

- “En plus ça doit être chiant de devoir porter le voile.”

Euh… No comment!

Mais ce dimanche, j’ai envie de parler de tout sauf de la Turquie…

J’en ai plus qu’assez d’entendre des choses du style :

“J’ai trouvé que c’était différent du Maroc quand même, on n'y mange pas pareil.” - (Normal ce n’est pas la même culture. Merci de revoir ta géographie)

“Je trouve que c’est plutôt dangereux Istanbul  pour une femme, moi j’ai l’impression de n’avoir vu que des hommes dans la rue.” (Tu traînes où toi, aussi ?!)

“Le gouvernement est islamiste, t’es inconsciente !”

“Moi à ta place je réfléchirais à deux fois, tu as vu ce qui est arrivé à Sevil Sevimli. Y’a pas de libertés là-bas.”

“Moi je les ai trouvés super évolués, on peut y boire de l’alcool sans problème.” (Youhou si l’évolution se résumait juste à ça…)

J’ai l’impression, pour les gens qui connaissent ma passion pour la Turquie, que sous prétexte que je m’y rends plusieurs fois par an et que je souhaite y vivre, je dois sans cesse répondre de tout :

Un procès ? Une loi ? Un billet pas cher ? Un hôtel ? On me sollicite.

“Toi qui connais bien la Turquie…” - Euh, c'est-à-dire que…

On me provoque, on abuse de clichés en me toisant les bras croisés dans l’attente d’une réaction.

J’ai arrêté de répondre sous le coup de la passion, ça ne change rien au résultat.

La Turquie, mais surtout ses habitants, sont bien trop mal connus, des idées reçues tellement ridicules subsistent à leurs égards, et c’est navrant.

Le tourisme a tout de même permis de la faire connaître du grand public, ce qui j’espère éveillera petit à petit la curiosité des gens pour ce beau pays.

Mais ce dimanche, plus que tous les autres, je suis cafardeuse.

Ces discussions me vexent et me blessent. J’aimerais que les gens soient plus ouverts et curieux des autres cultures, mais surtout qu’ils arrêtent de se mêler de mes projets !

Même si je devais perdre en salaire, ou soi-disant en opportunités d’évolution dans ma carrière, j’ai décidé de privilégier mon cadre de vie et mon épanouissement personnel. L’argument économique, je n’en ai que faire. Je suis une sentimentale, moi. J’ai besoin de rêvasser mains dans les poches en donnant des coups de pied dans une canette abandonnée.

Alors que je boude dans mon coin, ma mère vient à mon secours d'un : “Ça suffit, on peut changer de discussion, s’il vous plait ?… Elle a le mal du pays.”

Belkis Jeridi (http://www.lepetitjournal.com/istanbul.html) vendredi 16 novembre 2012

Retrouvez la dernière chronique de Belkis ici.

CLASSEMENT– La Turquie, un bon pays pour faire des affaires?

Le 12ème rapport annuel de la Banque mondiale, rendu mercredi 29 octobre, classe la Turquie au 55ème rang des pays dans lesquels il est facile de faire des affaires, sur un total de 189 Etats. Le pays perd quatre places au classement en raison de réformes ayant conduit à l'augmentation du seuil minimum de capital nécessaire à la création d'une entreprise.
A la une

ERIC-EMMANUEL SCHMITT - "J’ai découvert que j’étais français à l’étranger"

Romancier, réalisateur, dramaturge, conteur… À 54 ans, Éric-Emmanuel Schmitt est une machine naturelle à créer. À succès aussi puisque ses œuvres littéraires et théâtrales sont saluées de par le monde et reçoivent des récompenses en Italie, en Espagne, en Allemagne, en Suisse et, bien sûr, en France. À l’occasion de la sortie de son nouveau roman épistolaire Le poison d’amour, paru aux éditions Albin Michel, qui plonge dans le journal intime de…
France/Monde
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

SINGAPOUR - Paradis des start-up

Start up Singapour
Selon une étude menée par la Singapore Venture Capital and Private Equity Association (SVCA), Singapour serait le meilleur endroit pour créer et développer une start-up en Asie du Sud-Est .

EXPATRIATION - Je me sens nulle… Est-ce normal docteur ?

"Si je vous disais, Docteur Bobo, que pas plus tard qu’hier je suis restée paralysée au téléphone car il fallait que je prenne rendez-vous chez un médecin et que l’on m’a demandé des tas d’informations notamment sur mon assurance, et là j’ai paniqué. C’était un échange dans la langue locale que je pensais « maîtriser » et pourtant en raccrochant je me suis sentie si « nulle »".
Expat - Politique
Magazine
Les trophées

TROPHEES 2014 – Les sept lauréats ont été récompensés au Quai d’Orsay

La cérémonie des Trophées des Français de l’étranger, organisée par lepetitjournal.com, s’est déroulée ce jeudi 6 mars, dans le cadre prestigieux du Ministère des Affaires étrangères. Devant leurs proches, les élus, les partenaires et la Ministre déléguée chargée des Français de l’étranger, Hélène Conway-Mouret, les sept lauréats ont été récompensés pour leur parcours d’exception.