Istanbul

IDÉE DE SORTIE – Entrez dans l’univers de Barış Manço

Cheveux longs, moustache, gros bijoux et costumes originaux, Barış Manço a marqué les esprits tant pour ses prouesses musicales que pour sa célèbre émission de télévision. Icône du rock anatolien, Barış Manço a longtemps vécu dans le quartier de Moda, à Istanbul, où sa demeure a été transformée en musée.

Nichée au cœur du quartier de Moda, sur la rive asiatique d’Istanbul, une belle maison victorienne rose. Dans le jardin à l’entrée, de grosses statues de cire en forme de tomates, poivrons et aubergines attisent la curiosité de certains badauds et ne font pas l’ombre d’un doute pour d’autres : il s’agit de la maison de la pop star turque Barış Manço et ces légumes géants sont une référence à sa fameuse chanson "Domates, biber, patlıcan" (tomates, poivrons et aubergines en turc). Dans les années 1970, Barış Manço a acquis cette demeure –qui appartenait jadis à de riches marchands britanniques- et y a vécu jusqu’à sa mort, en 1999. Au grand dam de ses fils mais au bonheur de ses fans, sa maison a été transformée en musée et accueille désormais de nombreux visiteurs.

A l’intérieur, un couple de trentenaires attend son tour pour se photographier avec leur idole, représentée en statue de cire dans le salon. A côté, le piano de celui qui a été l’un des artistes les plus influents du 20ème siècle en Turquie. Et qui a reçu le titre de "Chevalier de l’ordre des arts et des lettres" de la République française le 12 juin 1992. Au total, Barış Manço a collectionné pas moins de 300 prix, trophées et récompenses. Nombreux d’entre eux sont exposés dans le musée, à commencer par ses diplômes du lycée de Galatasaray d’Istanbul et de l’Académie royale des beaux-arts de Liège.

C’est un contrat avec Henri Salvador qui débute sa carrière musicale et la sortie de son 45 tours Dağlar Dağlar, en 1970, marque un tournant : plus de 700.000 exemplaires sont écoulés en cinq mois. Barış Manço entre alors dans la cour des grands classiques de la musique turque. Et rejoint le rang des rockers moustachus célèbres, aux côtés de Frank Zappa ou Lemmy Kilmister. A la différence que Barış Manço, lui, mêle volutes électriques du rock psychédélique à la tradition orientale.

L’auteur-compositeur-interprète a ainsi composé plus de 200 chansons, dont les plus populaires ont été traduites en grec, roumain, bulgare, arabe, kurde, japonais, anglais ou encore français… Le rocker anatolien parlait lui-même plusieurs langues. Son engagement à construire des ponts culturels entre les pays a poussé Barış Manço à faire ses débuts d’animateur de télévision grâce à son émission 7'den 77'e (“de 7 à 77 ans”) en 1988. Elle avait pour but de faire découvrir les cultures et ethnies de chaque coin du monde et a conduit Barış Manço et les téléspectateurs dans plus de 150 pays. L'émission sera considérée comme l’une des plus réussies et reconnues à l’international du paysage audiovisuel turc. Elle a remporté un franc succès pendant huit ans et les cassettes originales des 300 épisodes sont exposées dans le musée. Barış Manço a ensuite présenté l’émission Adam olacak çocuk, dans laquelle tel un Jacques Martin turc –les cheveux longs et les cravates loufoques en plus- il accueillait des enfants venus présenter l’étendue de leur talent sur scène.

Malgré ses détracteurs parmi les Turcs les plus conservateurs – que les grosses bagues et les costumes originaux de Barış Manço ne sont pas parvenus à adoucir -, le chanteur et animateur se voulait fédérateur. Et portait ainsi son prénom à merveille, Barış, qui signifie "paix" en turc. Ses parents l’ont nommé ainsi pour célébrer la fin de la Seconde guerre mondiale, alors que le frère du chanteur, né pendant le conflit, s’appelait Savaş ("guerre" en turc). Barış Manço serait le premier turc à avoir porté ce prénom, très populaire en Turquie depuis. La légende du rock anatolien repose désormais au cimetière de Kanlıca, à Istanbul.


La maison est ouverte tous les jours, sauf le lundi et jours fériés. L’entrée coûte 6 livres turques, et 4 livres turques pour les tarifs réduits. Adresse : Yusuf Kamil Paşa Sokak. No:5, 34710 Kadıköy/İstanbul. Plus d'infos en cliquant ici.

Solène Permanne (http://lepetitjournal.com/istanbul) mardi 14 mars 2017

Rejoignez-nous sur Facebook et sur Twitter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

 
Une internationale

EXPATRIATION ET IMPATRIATION - Le revers de la médaille

De plus en plus d’entreprises transfèrent une partie de leurs activités à l’étranger, vers des pays à moindre coût. L’expatrié et l’impatrié sont destinés à être le lien physique entre le siège et son centre d’opération délocalisé pour assurer le contrôle des opérations et procéder aux transferts de connaissances entre les deux entités. Or il s’avère que le transfert de personnel n’a pas toujours un impact positif !
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

EXPATRIATION ET IMPATRIATION - Le revers de la médaille

De plus en plus d’entreprises transfèrent une partie de leurs activités à l’étranger, vers des pays à moindre coût. L’expatrié et l’impatrié sont destinés à être le lien physique entre le siège et son centre d’opération délocalisé pour assurer le contrôle des opérations et procéder aux transferts de connaissances entre les deux entités. Or il s’avère que le transfert de personnel n’a pas toujours un impact positif !

EXPATRIATION – 10 pays pour booster sa carrière

Etats-Unis, Royaume-Uni, Taïwan... Sur la base des réponses apportées par 14.000 personnes expatriées (de toutes nationalités), la dernière enquête publiée par InterNations compile les pays où il faut s’expatrier si l’on veut booster sa carrière. L'Europe est mal classée.
Expat - Politique
Magazine