RENTRÉE 2012 - Arrêt de la prise en charge des frais de scolarité à l’étranger

Le projet de loi de finances rectificative, présenté en conseil des ministres le 4 juillet, prévoit la suppression de la prise en charge (PEC) des frais de scolarité pour les lycéens français à l’étranger dès la rentrée 2012. La mesure était une promesse de François Hollande, qui avait dénoncé pendant la campagne présidentielle une “prétendue gratuité” ne profitant “qu’à 2% des enfants français à l’étranger, sans considération du revenu des familles”.

Depuis 2008, les frais de scolarité étaient pris en charge par l’Etat pour les élèves de nationalité française scolarisés en classes de seconde, première et terminale. Cette prise en charge, jugée trop coûteuse et injuste par le nouveau gouvernement, se faisait quel que soit le niveau de ressources des parents de l’élève.

“Des mesures d’accompagnement adaptées”
Cette réforme est nécessaire dans un but d’équité et de justice sociale. Elle l’est aussi dans le but de retrouver une capacité de maîtrise budgétaire qui permettra de financer de façon pérenne le dispositif d’aide à la scolarité,” annonce le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué à l’AEFE, l'Agence pour l'enseignement français à l'étranger.

Le ministère assure que la suppression de la PEC ne placera aucune famille en situation de difficulté à la rentrée 2012” car “l’attribution de bourses sur critères sociaux est maintenue” et car “des mesures d’accompagnement adaptées” sont prévues. Le gouvernement envisage à terme une réforme du dispositif de bourses scolaires.

“Cette suppression, qui intervient sans préavis important, pourra être accompagnée d’un examen particulier de la situation des familles qui rencontreraient des difficultés financières et voudraient dès lors déposer une demande de bourses”, précise le Consulat général de France à Istanbul sur son site internet.

Retrouvez toutes les informations concernant les délais et les conditions de la deuxième campagne de bourses scolaires 2012/2013 sur le site du consulat.

Anne Andlauer (www.lepetitjournal.com/istanbul) lundi 9 juillet 2012

Istanbul

CLASSEMENT– La Turquie, un bon pays pour faire des affaires?

Le 12ème rapport annuel de la Banque mondiale, rendu mercredi 29 octobre, classe la Turquie au 55ème rang des pays dans lesquels il est facile de faire des affaires, sur un total de 189 Etats. Le pays perd quatre places au classement en raison de réformes ayant conduit à l'augmentation du seuil minimum de capital nécessaire à la création d'une entreprise.
A la une

ERIC-EMMANUEL SCHMITT - "J’ai découvert que j’étais français à l’étranger"

Romancier, réalisateur, dramaturge, conteur… À 54 ans, Éric-Emmanuel Schmitt est une machine naturelle à créer. À succès aussi puisque ses œuvres littéraires et théâtrales sont saluées de par le monde et reçoivent des récompenses en Italie, en Espagne, en Allemagne, en Suisse et, bien sûr, en France. À l’occasion de la sortie de son nouveau roman épistolaire Le poison d’amour, paru aux éditions Albin Michel, qui plonge dans le journal intime de…
France/Monde
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

SINGAPOUR - Paradis des start-up

Start up Singapour
Selon une étude menée par la Singapore Venture Capital and Private Equity Association (SVCA), Singapour serait le meilleur endroit pour créer et développer une start-up en Asie du Sud-Est .

EXPATRIATION - Je me sens nulle… Est-ce normal docteur ?

"Si je vous disais, Docteur Bobo, que pas plus tard qu’hier je suis restée paralysée au téléphone car il fallait que je prenne rendez-vous chez un médecin et que l’on m’a demandé des tas d’informations notamment sur mon assurance, et là j’ai paniqué. C’était un échange dans la langue locale que je pensais « maîtriser » et pourtant en raccrochant je me suis sentie si « nulle »".
Expat - Politique
Magazine
Les trophées

TROPHEES 2014 – Les sept lauréats ont été récompensés au Quai d’Orsay

La cérémonie des Trophées des Français de l’étranger, organisée par lepetitjournal.com, s’est déroulée ce jeudi 6 mars, dans le cadre prestigieux du Ministère des Affaires étrangères. Devant leurs proches, les élus, les partenaires et la Ministre déléguée chargée des Français de l’étranger, Hélène Conway-Mouret, les sept lauréats ont été récompensés pour leur parcours d’exception.